Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Démolition

François a supprimé hier l’Institut pontifical Jean-Paul II d’études sur le mariage et la famille, dont le premier président avait été le cardinal Caffara, et l’a remplacé par un « Institut théologique Jean-Paul II pour les sciences du mariage et de la famille ».

Le motu proprio qui l’annonce est daté du 8 septembre, deux jours après la mort du cardinal Caffara. La page est donc tournée. Exit l’enseignement de Jean-Paul II, le nouvel institut s’inscrira explicitement dans la foulée d’Amoris laetitia, dans un sens sociologique, écologique, etc. D’où la mention des « sciences » profanes, primordiales pour la nouvelle « pastorale » qui s’adresse à « toutes les familles sans distinction » qui sont tout simplement « la famille ».

Voir l’article de Jeanne Smits.

Commentaires

  • Je suppose que par "toutes les familles", il faut entendre aussi les familles gays, les "Lesbian-trans", les hommes qui vivent avec plusieurs femmes, les "familles" ayant eu recours à la fécondation in vitro, à la PMA ou à la GPA, sans oublier cette proportion non négligeable de la population qui vit en concubinage avec un teckel, un python royal ou une collection de godemichés... L'Eglise doit s'ouvrir, et si je n'avais pas peur de blasphémer, j'ajouterais : dans tous les sens du terme. Y'a encore des pithécanthropes qui vont me trouver obscur...

  • Je ne vois vraiment pas comment on va favoriser des conversions vers le catholicisme. si ça continue comme ça! Se convertir à quoi? Qui va les accueillir et qui leur donner un fondement théologique suffisamment solide pour grandir dans la foi? Ne baissons pas le bras, nous n'avons pas le droit!

  • Et comme d'hab aucune concertation ni débat ni consultation... L'église de François c'est l'Eglise caporalisée !!!

    Et l'Eglise synodale ? C'est pour les discours ?

  • Vous allez, tout à votre haine pour Bergolio, un peu vite en besogne. Ca ne s'appelle pas rayer le passé d'un trait de plume. Il faut attendre pour voir. Ne serait-ce que parce qu'en dehors de la note de bas de page sensible, tout dans Amoris Laetitia n'est pas à jeter.

  • @fd
    Je ne sais pas si vous étiez né lors du concile Vatican II. La protestantisation de l'Eglise s'est faite sur de petites phrases ambigües insérées dans des textes parfaitement orthodoxes.. Ces phrases ambigües ont permis l'interprétation la plus hétérodoxe et ont causé la crise que nous vivons. Ceux qui comme vous proposaient d'attendre pour voir, ont vu, certes, mais n'ont toujours rien compris.
    Il serait bon pour vous de lire les objections faites par le professeur Seifert sur cette petite note "insignifiante" d'"Amoris Laetitia", note qu'il qualifie de "bombe atomique" contre l'Eglise ou lire la lettre des 4 cardinaux au pape. Que voulez-vous attendre? Que les évêques du monde entier imitent leurs confrères d'Argentine, Malte, Allemagne, Grenade, etc...et autorisent la communion aux divorcés remariés?

Écrire un commentaire

Optionnel