Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une bénédiction

« Le pape François lui aussi vous envoie ses vœux, invoquant pour votre famille l'abondance des grâces divines, pour vivre constamment et fidèlement en tant que chrétiens comme de bons enfants de Dieu et de l'Église. » Suit la bénédiction apostolique.

Ce message de la Secrétairerie d’Etat, au nom du pape François, s’adresse à une « famille » qui est ouvertement un « couple homosexuel » avec des enfants adoptés.

Comme dans l’affaire de l’éditrice lesbienne militante de livres pour enfants faisant la promotion de l’idéologie du genre et de l’inversion sexuelle, le Vatican prétend que cette lettre est une lettre type comme en envoie la bureaucratie vaticane à tous ceux qui demandent une bénédiction du pape pour un motif ou pour un autre.

D’abord ce n’est pas vrai. Je suis bien certain que si je demandais une bénédiction au pape (abstraction faite de ce que j’écris sur mon blog) je n’aurais aucune réponse.

Mais surtout c’est nous prendre pour des imbéciles. En l’occurrence, la lettre envoyée au pape commençait ainsi : « Nous sommes un couple homosexuel. » C’était annoncé d’emblée. C’était un « couple homosexuel » qui demandait une bénédiction au pape en tant que couple homosexuel, et qui a obtenu une bénédiction du pape en tant que couple homosexuel.

En outre il ne s’agit pas d’une paire d’invertis lambda. Et j’imagine qu’à la Secrétairerie d’Etat on sait utiliser Google. Lequel nous dit en exactement deux clics que le « professeur » Toni Reis qui demande cette bénédiction est le président d’un lobby de « conscientisation et émancipation homosexuelle », Grupo Dignidad. Qu’il est le fondateur et secrétaire général de l’Association nationale des Gays, Lesbiennes et Transsexuels du Brésil. Qu’il enseigne la sexualité et la dynamique de groupe, et que, par un jugement qui a fait date (et jurisprudence), il a obtenu en 2003 pour son « compagnon » anglais un permis de séjour permanent.

Il était donc évident qu’il demandait cette bénédiction pour voir s’il l’aurait, et si tel était le cas, d’en faire une vaste publicité. Et, naturellement, Toni Reis l’a publiée, et a commenté que cela « signifie un grand progrès dans une institution qui pendant l'Inquisition a brûlé les gays et nous envoie maintenant une lettre officielle pour féliciter notre famille. Je suis très heureux, maintenant je peux mourir en paix ».

On pourra toujours faire valoir que François n’a pas eu connaissance de cet échange. Cela n’a aucune importance. Ce qui importe est que la Secrétairerie d’Etat, comme on l’a déjà vu avec l’immonde éditrice, applique la praxis du pape (qui ne touche pas à la doctrine, comme chacun sait). Praxis qui avait été illustrée de façon spectaculaire par le fait que François, à Washington, n’avait accepté qu’une seule audience : celle d’un professeur sodomite athée et de son giton du moment, et les images montraient qu’on s’était bien amusé…

Commentaires

  • Désolé cher Yves

    Mais je connaissais il n'y a pas si longtemps un commissaire de police Franc maçon qui avait affiché dans son bureau deux bénédictions (une de Jean Paul II et l'autre de Benoit XVI). Je m'en étais étonné (au nom de la,laïcité ...) il avait éclaté de rire en estimant au contraire que l'automaticité des réponses montraient bien le peu de sérieux du saint siège ...

  • Pouvez vous expliquer :"en estimant au contraire que l'automaticité des réponses montraient bien le peu de sérieux du saint siège ..."
    Merci

  • @Bernard
    il serait peut-être plus pertinent de poser la question à ce commissaire de police

  • Totalement d'accord avec Roger et c'est aussi vieux que le Vatican lui-même.
    Je crois qu'on demanderait une bénédiction pour : "Monsieur Jean Valjean maire de Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais)", on l'aurait.
    Cela dit à l'ère du "pape François" évidemment, comme toutes choses à Rome, c'est une voie dans laquelle peuvent s'engouffrer toutes les subversions et celles-ci ne sen priveront pas.
    Les images des différentes rencontres auxquelles vous faites allusion le prouvent.
    Le Christ recevait tous les pêcheurs, dira-t-on...mais nuance, il ajoutait : va et ne pêche plus.

  • Merci Club
    J'ai l'impression que de nos jours s'est répandue une culture de la manipulation qui est assez nouvelle.
    En 1905 un anticlérical mettait un point d'honneur à ne pas entrer dans une église...mais aujourd hui on me parle de jeunes (surtout au Quebec d'ailleurs) qui tournent en dérision la confession en avouant de monstrueux et imaginaires péchés simplement pour voir au bout de combien de temps le confesseur comprend que le pseudo pénitent se paye sa tête ...

  • @Roger
    pourquoi en 1905 ?
    beaucoup plus récemment, M. Michel Charasse, ministre des finances, a refusé d'entrer dans la cathédrale de Rouen où se célébrait la messe de funérailles d'un de ses subordonnés, inspecteur principal des douanes, tué alors qu'il essayait d'empêcher un hold-up; il devait lui remettre la Légion d'Honneur; on lui proposa de la lui remettre sur le parvis; l'architecture religieuse ne devant pas être au programme de l'ENA, aucun des membres de son cabinet ne savait ce qu'était un parvis, ce fut donc refusé aussi et il fut décidé que la décoration serait remise au cimetière; Jean Lecanuet était maire de Rouen à l'époque et il donna vraisemblablement des instructions pour que le corbillard prenne le chemin des écoliers : il mit plus de deux heures pour aller de la cathédrale au cimetière, et c'était un jour de grand froid; M. Charasse n'entra donc pas dans une église mais grelotta en attendant

  • Je vous sens un un peu crispé, cher Daoudal. Jouez-là plus cool :
    "J'aime bien m'emmancher dans les parkings et je voudrais une bénédiction Urbi et orbi du Pontifex maximus, et si possible communier sous les deux Espèces (celles du modernisme et de l'abjection)". Sûr que Bergog-et-Magog ne vous le refusera pas...

  • Je confirme que les lettres sont lues à la secrétaitererie d'Etat, par le substitut de Mgr Becciu, un certains Mgr Borgia qui signe les réponses.

    J'avais acheté un beau papier et une belle enveloppe, et j'avais écrit à la plume une belle lettre à Benoît XVI, à son adresse directe à Mater Ecclésiae. Je lui disait mon affection, mes prières avec mon trouble et découragement du moment à l'endroit de son successeur (je ne vais pas recopier la lettre ici). Bref, deux mois plus tard, je reçois une réponse non pas de Mater Ecclesiae, mais de ce Mgr Borgia de la secrétairerie d'Etat, dans laquelle il m'informe que Benoît à bien lu mon courrier, qu'il est touché par mes prières, et qu'il priera pour moi. Mais le plus gros du message était pour me rassurer sur la parfaite orthodoxie de son successeur, mon devoir de catholique de lui accorder ma pleine confiance, etc.

    Je ne suis qu'un type lambda qui n'a ni blog ni renommée, je suis certain que les lettres sont filtrée avant Mater Ecclésiae, et je confirme que le type qui la lit et qui répond, a très bien compris le problème et répond en conséquence. Ensuite, Mgr Borgia signe.

    Donc aucun doute à avoir, ce n'est pas une lettre type, c'est une réelle réponse officielle du Vatican.

  • Merci beaucoup pour ces précisions.

  • D'aucuns prétendent plus que les réponses sont "automatiques" et effectivement impersonnelles, d'autres que ces réponses sont bien personnalisées, alternative qui semble être le problème principal évoqué dans cet article, comme si l'automaticité de la réponse dédouanait le fonctionnaire vaticanesque de commettre des bergogliades (à mon sens le sujet principal).

    Bref. Ceci dit pour vous faire part de mon expérience.

    Demander une bénédiction pour un mariage par exemple entraîne de fait une réponse automatique : un joli parchemin calligraphié accordant voeux de bonheur et tout ça avec signature du pape régnant. C'est assez courant chez les catholiques comme demande. Tous les lecteurs de ce blog ont dû le voir parmi leur proche. Personnellement, la plupart de mes amis l'ont fait pour leur mariage. Certes c'était sous Benoît XVI.

    Par contre mon courrier personnel à la Congrégation pour la discipline des Sacrements concernant la nécessaire révision des "accords" avec la France sur la nécessité du mariage civil avant le religieux suite à la taubirade réduisant le mariage à un simple contrat aux dispositions contraires aux droits naturels puisqu'elles incluent explicitement ce qui s'y oppose (et donc pour réclamer aux clercs le statut d'officier d'état civil ou à défaut de leur permettre de passer outre le civil), quoique très argumenté, est resté sans réponse, alors que la nonciature et même la cef y ont répondu, quoique de manière laconique.

    Conclusion? Il est logique que certains courriers entraînent une réponse automatique (ce qui dans le cas présent n'enlève rien à la conclusion de l'auteur, bien au contraire, mais prouve juste que le Vatican est une administration qui exécute docilement la politique de son "chef" même si elle est contraire à sa nature à sa raison d'être), tandis que pour les autres types de courrier, que dire sinon qu'ils ont eu de la chance d'avoir eu une réponse...

  • Une autre bénédiction, celle du "mariage" second du président Colombien, a été faite par le pape lors de son dernier voyage apostolique. Source N. O. Watch...

Écrire un commentaire

Optionnel