Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La honte

Le Conseil constitutionnel a validé la loi qui abolit la liberté d’expression sur l’avortement.

Comme c’est quand même gros, il fait semblant d’émettre deux réserves, purement cosmétiques.

Commentaires

  • C'est une ignominie absolue.
    Le pouvoir infanticide ne peut être que liberticide !
    Il faut appeler tous les hommes épris de justice et de vérité à dire la vérité sur l'horreur de l'avortement tous les jours sur Internet et a dénoncé de plus bel le massacre des innocents, cet l'autogénocide du peuple français, et de beaucoup de peuples il faut le dire et le répéter. Quand on pense que pas un candidat à l'élection présidentielle n'a une position claire de condamnation radicale de cet acte, on ne peut être que déçu. Mais le combat contre l'ignominie commence aujourd'hui, gloire éternelle à ceux qui l'engagent.
    Quels chances ont d'autres pays d'avoir des politiciens qui accordent à ce sujet l'importance fondamentale qu'il mérite !
    La honte et le déshonneur de cette classe politico-médiatique ne doivent pas nous impacter dans le noble combat pour sauver la vie des enfants !

  • On peut imaginer que cette loi qui est l'une des plus ignobles et répugnantes qui ait jamais existé peut facilement ne pas être appliquée, ne serait-ce que parce que les sites internet peuvent être hébergés à l'étranger.

  • Je lis sur le site du Figaro que le Conseil constitutionnel "insiste sur le fait que pour qu'un délit soit constitué il doit bien s'agir d'une "information", et non d'une "opinion", donnée par "une personne détenant ou prétendant détenir une compétence en la matière"."
    S'agit-il d'une restriction hypocrite, destinée à sauvegarder les apparences de la liberté d'opinion telle que définie dans les articles 10 et 11 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen ? Sans doute, mais la liberté d'informer est-elle moins élevée en dignité, dans un Etat de droit, que celle de donner son avis ? Ce qui aurait pu être condamné, me semble-t-il, ce n'est pas l'information, qui est subséquente à la vérité, mais la désinformation, qui véhicule le mensonge.
    S'il n'y a pas d'erreur dans la citation du Figaro, comment le Conseil constitutionnel d'un pays comme la France, qui n'est pas une dictature bananière, peut-il pondre un texte aussi inepte. Il est vrai qu'on a entendu le Président de cette institution, quand il était l'un des plus infâmes ministres des Affaires étrangères que la France ait jamais eus, affirmer que Monsieur Assad ne méritait pas de vivre...
    Cosmétique aussi, ce que l'industrie fait des foetus avortés. Je suppose que le jeu de mots est voulu.

  • ""la France, qui n'est pas une dictature bananière" En êtes-vous sûr? Si elle ne l'est pas encore, elle est en passe de le devenir et plus que bananière, stalinienne.

  • La France n'est pas une République bananière. La dictature des marchés financiers, des multinationales, des lobbies et des médias est rendue possible parce que la convergence de leurs intérêts est de plus en plus prégnante. Cela ne concerne pas seulement la France, mais la plupart des pays du Monde. On peut parler d'un totalitarisme mou, plutôt que d'une dictature stalinienne. Il y a encore quelques garde-fous, comme la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Je ne dis pas que c'est un bon texte, mais c'est un garde-fou.

  • c'est vrai qu'Assad mérite 100 fois la chaise électrique...

  • Si c'est au premier degré, il faut vous documenter, en lisant par exemple les nombreux articles que Thierry Meyssan a consacrés à la question syrienne, ou en écoutant les conférences de la soeur Agnès Mariam de la Croix et de Bassam Tahhan. L'opinion (en l'occurrence, le mot est juste) des gratte-papier officiant pour Pierre Bergé et Patrick Drahi, ou celle des speakers de la télévision, véhicule le mensonge le plus criminel.

  • peut-on savoir sur quoi est basée cette opinion, si ce n'est pas sur celle des media et des hommes de notre régime ?
    je constate surtout que sous Assad les Chrétiens vivent en paix alors que sous ses adversaires ils seraient égorgés

  • Pendant ce temps, en Argentine, c'est le délire :

    https://churchpop.com/2017/03/16/priests-moving-letter-to-woman-in-vile-aborting-jesus-protest-goes-viral/

  • MON OPINION ne change ABSOLUMENT PAS :
    - L'AVORTEMENT est un MEURTRE,
    Mon OPINION est que ;
    - l'AVORTEMENT est MEURTRE qui OCCASIONNE des SOUFFRANCES aux FOETUS ASSASSINÉS par EMPOISONNEMENT CHIMIQUE ou DEMEMBREMENT.
    Mon OPINION est que :
    - L'AVORTEMENT est un MEURTRE qui OCCASIONNE des SOUFFRANCES PSYCHIQUES aux enfants qui vivront la grossesse suivante.
    Mon OPINION est que :
    - L'AVORTEMENT est un MEURTRE qui OCCASIONNE des SOUFFRANCES PHYSIQUE et PSYCHIQUES pour la mère qui souvent sous pression IDEOLOGIQUE de son entourage ou du corps MEDICAL a recourt à l'ASSASSINAT de son ENFANT !!
    VOILÀ MON OPINION !!!

  • Je lis que Assad mérite 100 fois la chaise électrique...

    C'est un jugement suivant des critères occidentaux pétris de christianisme. Ces critères ne s'appliquent donc pas aux pays musulmans et à leurs dirigeants qui ont, eux, une tradition et des coutumes pétris par l'Islam dont on sait combien il peut être meurtrier.

    L'humanisme et la simple humanité sont enfants de la culture chrétienne. Jamais ces valeurs ni la démocratie n'auraient pu naître en milieu musulman. L'histoire des pays musulmans n'est que massacres, tyrannie sanglante et gouvernement arbitraire et discriminatoire.

    Qu'on me cite un pays musulman, aujourd'hui, qui respecte les droits de l'homme ! Cela n'existe tout simplement pas, car en Islam seuls les droits de Dieu sont reconnus et ils s'opposent aux droits de l'homme, alors que dans le Christianisme l'un ne va pas sans l'autre, suivant la parole du Christ : ne faites pas aux autres ce que vous ne voulez pas qu'on vous fasse, voilà la Loi et les prophètes.

    Tous les dirigeants musulmans ont du sang sur les mains et cela a toujours été ainsi, rien de nouveau sous le soleil !

    De plus Assad a toujours protégé les Chrétiens et cela me suffit pour que je lui souhaite de rester encore lontgemps au pouvoir...et en bonne santé.

  • Qui plus est, il faut rappeler qu'Assad et son clan ne sont pas des sunnites, et sont chiites sur les bords plutôt que centralement. Leur sort probable en cas de prise de pouvoir des sunnites, c'est l'élimination, sauf sécession géographique.

  • Assad , n est il pas un Alaouite ? Il a pourtant une tradition laïque avec le parti BAAS oû toutes les communautés pouvaient vivre ensemble comme en Irak mais hélas , les ricains sont passés par là. On en veut au fils parce que le père à saigné le Liban et il est aussi à l origine du massacre au Drakkar ( enfin officiellement ) mais le fils n est pas le père ; voire tous les reportages de Charlotte d Ornelas sur le sujet .

  • Il serait bon de rappeler que Hafez, le père de Bachar, voulait faire voter une constitution qui aurait permis même à un Chrétien d'être élu Président de la République. Mais devant le tollé des Sunnites, il a dû renoncer à cette disposition.

    Il est tout à fait exact que si Bachar venait à perdre le pouvoir, les Sunnites feraient un grand massacre des Chrétiens et des Alaouites...mais cela est le dernier des soucis de nos amis "progressistes" et "droitsdelhommistes".

    Comme dit l'infâme Fabius : Al Nosra ( c.à.d. Al Qaïda en Syrie ) fait du bon boulot.

  • Les droits de l homme et du citoyen ? Mort de rire , là où il n y a aucun intérêt financier , ils n existent pas . Ce n est qu une illusion , un miroir aux alouettes. La France chretienne et monarchique était bien plus respectueuse de l humain que votre république.

Écrire un commentaire

Optionnel