17 février 2014

Les deux papes

Une nouvelle réflexion fort intéressante d’Antonio Socci sur "les deux papes" (alors qu'il ne peut y en avoir qu'un): chez Benoît et moi.

Il rappelle que Benoît XVI a décidé de continuer à s’appeler Benoît XVI, Sa Sainteté Benoît XVI, avec ses armoiries qui ont les clefs de saint Pierre (tandis que celles de François n’ont pas le pallium…), qu’il a choisi le titre de « pape émérite », ce qui est une nouveauté absolue (y compris pour les canonistes qui en perdent leur latin), et il souligne un propos dont on n’avait pas (non plus) remarqué la portée dans le discours du 27 février 2013. Benoît XVI revenait sur le moment où il avait accepté d’être pape : « La gravité de la décision a été vraiment aussi dans le fait qu’à partir de ce moment, j’étais engagé sans cesse et pour toujours envers le Seigneur. Toujours – celui qui assume le ministère pétrinien n’a plus aucune vie privée. Il appartient toujours et totalement à tous, à toute l’Église. (...) Le "toujours" est aussi un "pour toujours"- il n’y a plus de retour dans le privé. Ma décision de renoncer à l’exercice actif du ministère ne supprime pas cela. »

Et il laissait entendre ensuite qu’il y avait bien un exercice passif du ministère pétrinien

Le plus stupéfiant, si l’on y réfléchit bien, étant peut-être le tweet de François, le 11 février : « Aujourd'hui, je vous invite à prier pour Sa Sainteté le Pape Benoît XVI, un homme de grand courage et humilité. »

Commentaires

Bonjour,

Que doit-on en conclure ?
Il ne peut y avoir qu'un Pape, et Benoit XVI a remis sa charge en bonne et due forme.
Par conséquent, même s'il se fait appeler Pape émérite et qu'il garde ses armoiries, cela est à priori sans conséquences.

Écrit par : Quaerere Deum | 17 février 2014

Répondre à ce commentaire

En bonne et due forme ? Peut-être peut-on le dire aujourd'hui que la faute a été corrigée. Mais dans son acte de renonciation, en latin, il y avait une faute énorme qui rendait la phrase incompréhensible. Or la vidéo prouve qu'il a prononcé la phrase ainsi, et le texte publié le montrait aussi. Traditionnellement, un acte romain avec une telle faute (au point que la phrase ne veut rien dire) est frappé de nullité.
La faute n'a été corrigée que tardivement. C'est un des multiples faits très étranges de cette situation sans précédent.

Écrit par : Yves Daoudal | 17 février 2014

Si François venait à décéder , Benoit XVI ne deviendrait-il
pas pape " intérimaire " ?
Un peu à l ' image de ce qui se passe chez nous lorsque le
président casse sa pipe : il est remplacé par le " Poher "
du jour ?
Ou comme un vice-président ?

Écrit par : jerome | 17 février 2014

Répondre à ce commentaire

Là ce serait encore plus curieux. Car il y aurait toujours Sa Sainteté Benoît XVI... alors que le siège de Pierre serait déclaré vacant...

Écrit par : Yves Daoudal | 17 février 2014

Merci. Je n'en n'avais jamais entendu parler.

La prophétie de Catherine Emmerich n'est pas très loin ;-)

Écrit par : Quaerere Deum | 17 février 2014

Répondre à ce commentaire

Tout ceci est un signe de Dieu visant à nous faire prendre conscience de l'époque dans laquelle nous vivons.

Écrit par : amédée | 17 février 2014

Répondre à ce commentaire

Benoît XVI PAPE émérite, François ÉVÊQUE de Rome:
Ça devrait nous chatouiller les yeux...

Écrit par : marie | 18 février 2014

Répondre à ce commentaire

la chrétienté a connu pire à l'époque des trois papes----Que Dieu veille sur nous et nous éclaire!

Écrit par : Franç.poulain saivat | 18 février 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire