20 juin 2013

Justice politique, justice terroriste

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné à quatre mois de prison, dont deux fermes, et 1.000 euros d’amende, un manifestant contre la destruction du mariage.

Interpellé dans une pizzeria où il s’était réfugié, passé à tabac, mis en garde à vue pendant trois jours, il est condamné alors qu’il n’a pas commis d’infraction initiale, comme l’a prouvé son avocat (après il a refusé de se soumettre à des tests ADN).

Le plus ahurissant, ce qui montre le caractère politique répressif de la sentence, est qu’il est placé sous mandat de dépôt, autrement dit envoyé en prison.

On sait que les personnes condamnées à moins d’un an ne vont jamais en prison.

Sauf si, en effet, le jugement comporte un mandat de dépôt.

Ce qui n’arrive jamais. Parce que, encore une fois, les juges n’envoient jamais en prison des gens condamnés à de petites peines.

Sauf... s’il s’agit de prisonniers politiques et qu’on veut faire un exemple.

Ainsi les voyous condamnés à de brèves peines de prison vont-ils aussitôt fêter cela avec leurs potes.

Mais Nicolas est enfermé à Fleury-Mérogis.

Ainsi les « jeunes » qui avaient pris d’assaut le RER et dépouillé les passagers sont-ils sortis libres du tribunal, y compris ceux qui ont été condamnés à six mois fermes (ce qui est, encore une fois, simplement habituel).

Mais Nicolas, condamné politique, est enfermé avec des condamnés qui ont fait pire que les attaquants du RER.

Vincent Peillon a écrit un livre intitulé La Révolution française n’est pas terminée. C’est ce qu’on voit en effet. On voit déjà depuis des mois la police appliquer la loi des suspects. Et la justice de Hollande devient la justice de la Terreur.

Pétition de soutien à Nicolas.

Page Facebook Prisonnier politique

Page facebook de soutien (collecte)

Commentaires

L'ambition du prof d'allemand ,
qui fait office de premier ministre ,
se situe par ici :

(Deutsche Demokratische Republik (DDR) 1973 )
http://www.youtube.com/watch?v=c_HX0vUHvr0

Écrit par : marc | 20 juin 2013

Répondre à ce commentaire

Ceux qui résistent au NOM des loges en France doivent s'attendre au martyre le cas échéant;on n'a jamais vu le Diable faire des cadeaux.
La répression ne fera que s'intensifier.

Écrit par : amédée | 20 juin 2013

Répondre à ce commentaire

connait-on le nom et l'adresse des quatre magistrats qui ont participé à cette ignominie ?

Écrit par : theofrede | 21 juin 2013

Répondre à ce commentaire

Je crois qu'il faut diffuser les noms de ces magistrats qu'il faudra sanctionner

Écrit par : saurat jean-paul | 21 juin 2013

Répondre à ce commentaire

Qui va les sanctionner?Ils sont eux-mêmes pour beaucoup francs-macs et obéissent aux mots d'ordre des loges sataniques qui détiennent le pouvoir légal en France et qui mettent en place le nouvel ordre mondial dans lequel l'ennemi par excellence est le catholique!

Écrit par : amédée | 22 juin 2013

amédée est-il lui-même franc-maçon, pour vouloir à tout prix dissuader les gens d'entreprendre une action quelconque contre les quatre magistrats qui se sont livrés à cette ignominie, les trois juges et le représentant du Parquet, auxquels il faudrait peut-être ajouter celui qui a autorisé la prolongation de garde à vue ?
a priori, la composition d'un tribunal est publique

Écrit par : theofrede | 22 juin 2013

Écrire un commentaire