Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Au Sénat américain

Suite à la fuite du projet d’arrêt de la Cour suprême des Etats-Unis renversant l’arrêt Roe contre Wade, les démocrates du Sénat ont décidé de mettre de nouveau au vote le sempiternel projet de loi dit de « protection de la santé des femmes », adopté chaque année par la chambre des représentants et rejeté au Sénat, qui vise à inscrire dans la loi fédérale le droit à l’avortement jusqu’à la naissance. La dernière tentative en date était du 28 février dernier : on recommence un peu plus de deux mois plus tard… Naturellement le texte a été rejeté, par 51 voix contre 49, selon la courte majorité républicaine.

On constate que le sénateur démocrate Bob Casey, qui se posait jusqu’ici en catholique pro-vie, a voté pour la loi, au motif que selon lui : « La question du moment est : soutenez-vous une interdiction catégorique de l’avortement ? Or je n’ai jamais voté pour, ni soutenu une telle interdiction ». (Or ce n'est pas la question du moment.)

On remarque aussi que les démocrates du Sénat sont lourdement critiqués par les militants de la culture de mort pour avoir supprimé le préambule du texte présenté chaque année. Lequel décrit en détail l’histoire des restrictions à l’avortement, la manière dont elles se sont croisées (sont « intersectionnelles ») « avec le racisme, le classisme et la misogynie », et « comment ces interdictions affectent de manière disproportionnée les personnes les plus vulnérables ».

Des responsables démocrates ont expliqué que laisser ce préambule pouvait coûter le vote d’au moins dix sénateurs…

*

Parmi les manifestations, souvent violentes, et souvent anticatholiques (contre les églises) des militants de la culture de mort, on note celles qui ont lieu devant le domicile du juge Samuel Alito, rédacteur du projet d’arrêt. Ces manifestations sont illégales, mais la Maison Blanche a fait savoir qu’il n’était pas question de les empêcher. Samuel Alito, juge à la Cour suprême des Etats-Unis, et sa famille ont été contraints de se réfugier dans un endroit secret.

Sympathique anecdote : le voisin des Alito ouvre sa fenêtre et joue au piano « Il est si doux d’avoir confiance en Jésus »… Il a expliqué : « Je voulais faire quelque chose pour contrer le bruit, le chaos, la tristesse de ceux qui manifestent contre la vie devant une maison vide… Il n’y rien de plus inébranlable que la joie de célébrer notre Seigneur par de précieux cantiques. »

Commentaires

  • Bob Casey :
    Il avait déjà changé d'avis sur le deuxième amendement. Mais là, l'avortement jusqu'au neuvième mois, il fait très fort... J'espère qu'il dort bien la nuit, et surtout au petit matin.
    En démocratie, il devrait y avoir une loi qui interdise aux élus du peuple, dont ils sont les employés, de changer leur fusil d'épaule entre deux élections.
    Va au diable, pourriture franc-mac !

Écrire un commentaire

Optionnel