Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Analphabètes

Ils ont tellement oublié la liturgie latine qu’ils sont incapables d’employer correctement une expression courante. L’évêque de Venice en Floride prétend interdire l’orientation traditionnelle et normale de la messe. Oui, même celle de Paul VI alors qu’il ne peut s’appuyer sur aucun texte, ce qui montre le degré de sa haine envers la tradition, ou le degré de sa flagornerie envers le pape (qui avait méchamment rejeté la suggestion du cardinal Sarah en disant qu’il n’y avait « rien de changé » et que la messe devait continuer à être célébrée à l’envers).

Mgr Dewane a donc envoyé une lettre aux prêtres de son diocèse pour leur signifier qu’il était interdit de célébrer face à l’Orient. Il appelle cela « ad orientum ». Et deux fois, pour qu’on soit sûr que ce n’est pas une coquille. Seulement, « orientum », ça n’existe pas. Ce qui existe c’est « ad orientem ».

Le bon côté de ce diktat du petit tyran ecclésiastique de Venice est qu’il est nul et non avenu et que tout prêtre peut donc célébrer « ad orientem ».

Z’s Blog, via Riposte catholique

 

Commentaires

  • Quelques prêtre seront privilégiés dans les rares églises tournées "ad occidentem". C'est marrant, il faut dire "orientée vers l'occident", Eglise occidentée. Aujourd'hui nous sommes face à une Eglise accidentée, mise en coma artificiel par Bergo and Co

  • oui sauf qu'en bonne logique, sur votre dernier paragraphe, c'est l'inverse : on peut célébrer ad orientem (car cela n'a rien à voir avec le caractère nouveau ou traditionnel du rite et vatican 2 le permet) et donc le courrier de l'episcope fâché avec le latin est nul (à tout point de vue). Pas l'inverse.

Écrire un commentaire

Optionnel