Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La dictature

La dictature soi-disant sanitaire fonctionne à merveille. Il suffit de voir comment dans les rues le peuple français a été transformé en zombies consentants. A ce peuple qui a perdu la religion on a réussi sans problème à inoculer une superstition, celle de la peur d’un mini-micro-dragon, qui tue zéro virgule zéro vaguement quelque chose des pauvres gens qu’il touche de son haleine coronavirulente. Avec la nouvelle religion la dictature a donc imposé ses rites, appelés « gestes barrière », et ses grigris : le masque et le gel. Comme toute religion on constate que celle-ci a ses intégristes : ceux qui tous les jours à la télévision protestent que la dictature n’est pas assez contraignante.

Puisque cela marche si bien, il n’y a pas de raison de ne pas étendre le champ de la dictature. Par exemple, à la faveur d’une loi « confortant le respect des principes de la République » (c’était la nouvelle religion d’il y a plus d’un siècle, le laïcisme qui reprend aussi du service), on interdit l’école à la maison. Il y a eu 78 députés pour voter cette suppression de liberté, contre 25. La majorité absolue, nous dit sans rire le site de l’Assemblée nationale, étant de 52… Et l’on appelle cela une démocratie, et une démocratie qui ose donner des leçons…

Et puis il y a l’acte dictatorial spectaculaire, énorme, ahurissant : le ministre de l’Intérieur annonce l’enclenchement du processus qui aboutira à la dissolution de Génération identitaire dans deux semaines.

Darmanin ne nous a pas dit s’il était un disciple de Lénine ou de Mussolini. On savait toutefois déjà qu’il était un petit soldat du totalitarisme, puisque « l’Etat doit s’imposer et dire que la loi est au-dessus de la foi », et qu’il ne peut pas discuter avec des gens « qui refusent d'écrire sur un papier que la loi de la République est supérieure à la loi de Dieu ».

Mais là il nous montre l’arbitraire totalitaire en action. Il prétend dissoudre un mouvement qui n’a jamais rien fait d’illégal. Génération identitaire a été deux fois poursuivi en justice, et deux fois relaxé.

Il est tellement impossible de dissoudre Génération identitaire dans un Etat de droit que même Castaner l’avait reconnu. Même Castaner, ce n’est pas peu dire. Et ce n’était pas l’année dernière, c’était il n’y a même pas trois semaines. Le 27 janvier dernier, Castaner disait qu’il aurait dissous Génération identitaire « avec plaisir », mais que par deux fois les services juridiques du ministère de l’Intérieur lui ont répondu que Génération identitaire n’avait « jamais commis de fautes juridiques qui pouvaient justifier la dissolution ».

Darmanin n’a rien à faire des juristes de son ministère. Il n’a rien à faire de l’état de droit. Il impose sa misérable petite dictature darmaniniste. Aux applaudissements des zombies, bien sûr.

Mais, de grâce, qu’on arrête de dénoncer la Pologne et la Hongrie, où l’on ne fait rien de tel. Qu’on arrête aussi de condamner telle ou telle dictature dans le monde, puisque nous donnons au monde l’exemple de l’arbitraire politique à l’état pur.

P.S. Une petite expérience datée de ce matin. Ayant pu organiser ma vie de façon à ne jamais mettre de masque (j'ai la chance d'être à la retraite et à la campagne), je ne m’approvisionne plus que par le « drive » et les petits marchés. Le lundi je vais au marché dans un bourg où, depuis la « deuxième vague », le préfet a d’abord rendu obligatoire le port du masque au marché, puis dans toutes les rues. J’ai continué à ne pas mettre de masque, et personne ne me fait de remarque, bien que je sois le seul de mon espèce. Ce matin, je prends de l’argent à un distributeur de billets et j’entends un jovial « Bonjour ! ». Je me retourne, c’est l’ASVP (agent de surveillance de la voie publique). Elle me demande gentiment si c’est ma voiture qui est garée sur le trottoir. Je lui dis que non. Elle me salue et s’en va. Nous étions face à face. Mon absence de masque se voyait comme le nez au milieu de la figure, d’autant que j’étais bien le seul dont elle pouvait voir le nez… Eh bien il ne s’est rien passé.

Commentaires

  • Il y a certes une dérive et vous avez raison sur ce point. Et beaucoup a été mal fait dans cette crise...

    Mais il n'est nul besoin d'expliquer que le virus est un pseudo mini virus de rien du tout. Il y a déjà près de 100.000 morts en France (alors certes pour l'essentiel des vieux qui seraient peut-être morts dans les 6 mois) mais puisqu'il est de bon ton de prendre exemple sur les pays qui ont contenu la mortalité, ils l'ont fait parce que chez eux à la moindre gripette comme vous disiez au début, on se masque pour ne pas infliger ses miasmes aux autres et réciproquement.

    on vous souhaite bien du plaisir à défier (quel courage) la maréchaussée et organiser votre petite vie loin des circuits qui obligent à mettre un masque.

    C'est de la résistance de pacotille... le combat pour la soi-disant liberté qui ne coûte rien...

  • Je ne vois pas du tout ce qui vous permet de dire que je "défie" qui que ce soit. C'est d'ailleurs objectivement faux. Je fais seulement état d'une anecdote de ma vie de non-pratiquant. Si ça vous donne des aigreurs allez voir ailleurs.

  • Quand on regarde les caméra des radios, on voit que la plupart des journalistes ne portent pas le masque, et personne ne leur dit rien: vive la république égalitaire!

  • Amusant votre histoire. Il m'est arrivé la même il y a 5 jours: deux jeunes sans masques me demandent leur chemin. Un voiture de police s'arrête à côté de nous, les policiers en sortent,... et vont voir un automobiliste qui stationnait en double-file. Hélas, si l'on en croit les chiffres du ministère de l'Intérieur, tous n'ont pas la même chance.

  • Il y a des ASPV, des gendarmes et des policiers qui savent qu'on les utilise à des abus de pouvoir. Ce qui veut dire qu'ils sont intelligents et qu'ils s'adaptent à des risques réels et pas à des risques fantasmés par les dictateurs gouvernementaux, préfectoraux, municipaux, les medias aux ordres et par thucydide (j'espère qu'il s'est fait vacciner). Les scandales filmés de gendarmes menottant ou jetant à terre ceux qui ne portaient pas le masque "comme il faut" ont bien aidé à cette prise de conscience.

  • Monsieur Daoudal pour info: vous n'avez pas besoin de vous justifier du fait que vous respectez la loi. En effet voici votre protection par la loi même face à ces gens qui ne connaissent pas, à commencer par Macron la loi, lui qui devrait incarner sa stricte observance.
    LOI n° 2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public
    Article 1
    Nul ne peut, dans l'espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage.
    Article 2
    I. ― Pour l'application de l'article 1er, l'espace public est constitué des voies publiques ainsi que des lieux ouverts au public ou affectés à un service public.
    II. ― L'interdiction prévue à l'article 1er ne s'applique pas si la tenue est prescrite ou autorisée par des dispositions législatives ou réglementaires, si elle est justifiée par des raisons de santé ou des motifs professionnels, ou si elle s'inscrit dans le cadre de pratiques sportives, de fêtes ou de manifestations artistiques ou traditionnelles.
    N. B. L’article deux relève de la décision (Raison de santé)
    Article 4
    Après la section 1 bis du chapitre V du titre II du livre II du Code pénal, il est inséré une section 1 ter ainsi rédigée :
    « Section 1 ter
    « De la dissimulation forcée du visage
    « Art. 225-4-10.-Le fait pour toute personne d'imposer à une ou plusieurs autres personnes de dissimuler leur visage par menace, violence, contrainte, abus d'autorité ou abus de pouvoir, en raison de leur sexe, est puni d'un an d'emprisonnement et de 30 000 € d'amende.
    « Lorsque le fait est commis au préjudice d'un mineur, les peines sont portées à deux ans d'emprisonnement et à 60 000 € d'amende. »

    Vous me direz c’est un « décret » ???
    La LOI est supérieure au DÉCRET :
    En droit français, les textes s’imposent dans l’ordre suivant

    La constitution :
    Les normes constitutionnelles occupent le plus haut degré dans notre ordonnancement juridique. Elles constituent le cadre régissant l’organisation et le fonctionnement de l’État.
    Elle précise ce qui est du domaine de la loi, sur lequel le Parlement – le législateur – doit légiférer, et ce qui est du domaine du réglementaire, c’est-à-dire les domaines dans lesquels le gouvernement et les administrations déconcentrées (préfet) peuvent adopter des règles par décret ou par arrêté.

    La loi :
    Votée selon la procédure législative par le parlement (assemblée nationale et sénat), la loi peut être adoptée à l’initiative du parlement (on parle alors de proposition de loi) ou du gouvernement (projet de loi). Elle s’impose à tous dès lors qu’elle a été promulguée et publiée au Journal officiel. Avant sa promulgation, elle est susceptible d’être soumise à un contrôle de constitutionnalité exercé par le Conseil Constitutionnel.
    La loi se situe au-dessus des décrets et des arrêtés dans la hiérarchie des textes ; elle peut indiquer que des décrets seront pris par le gouvernement pour préciser ses modalités de mise en œuvre.
    La loi n’est applicable que dans la mesure où ces textes d’application sont effectivement adoptés et publiés, ce qui peut entraîner un grand laps de temps entre la publication d’une loi et celle de ses décrets d’application...
    Le décret :
    Acte réglementaire décrété par le gouvernement, sans consultation du parlement (assemblée nationale et sénat), signé soit du Président de la République, soit du Premier ministre. Les décrets dits “décrets en Conseil d’État” ne peuvent être pris qu’après consultation du Conseil d’État. Les décrets sont souvent pris en application d’une loi qu’ils précisent. Ils peuvent être complétés par arrêtés ministériels.
    L’arrêté :
    Décision administrative à portée générale ou individuelle (spécifique à une activité ou à une zone géographique). Les arrêtés peuvent être pris par les ministres (arrêtés ministériels ou interministériels), les préfets (arrêtés préfectoraux) ou les maires (arrêtés municipaux).
    La circulaire :
    Tout en bas de la hiérarchie se situe la circulaire, qui n’a en principe pas de valeur réglementaire, ne fait que préciser comment doivent être appliqués les textes. C’est une instruction de service écrite adressée par une autorité supérieure à des agents subordonnés en vertu de son pouvoir hiérarchique, dépourvue de force obligatoire vis-à-vis des tiers.

  • "N. B. L’article deux relève de la décision (Raison de santé)" STRICTEMENT PERSONNELLE

  • Qnclin semble ignorer l'impact de la réglementation "européenne"
    pendant cinq ans, j'ai publié au Journal Officiel, pratiquement tous les jours, des taxes à l'importation, ou bien plus rarement à l'esportation, de produits agricole, dont Bruxelles m'envoyait par telex les éléments de calcul; ces taxes, qui n'étaient même pas passées par un parlement quelconque, étaient toujours payés, et je ne suis ni ministre, ni préfet, ni maire, et les obligations financières des citoyens sont en principe les plus soumises à contrôle "démocratique"
    pour ne pas alourdir le débat, je ne parlerai pas des décisions "judiciaires" et de leur impact

  • @ Théofrède 19h11
    Pour info le port du masque n’est ni un « règlement communautaire » auquel cas l’Europe entière y serait soumise.
    Ni une « directive communautaire » auquel cas elle aurait été transposée dans des textes nationaux pour pouvoir s’appliquer, et n’est pas, sauf dans des cas bien précis, opposables aux particuliers ou aux entreprises.
    Donc ce que j’ai affirmé reste confirmé.

  • quand l'imagination fait des ravages !
    qui aurait dit que le port du masque est d'origine communautaire
    l'exemple que je donnais portait sur des produits agricoles
    si le masque était un produit agricole, ça se saurait !
    je soulignais simplement que votre énumération était tout à fait incomplète
    il est difficile de comprendre votre raisonnement

  • Théofrède 21h05:
    Pour info c'est la situation de monsieur Daoudal dans son : "P.S. Une petite expérience datée de ce matin." Qui était visée, je suppose que c'était clair, il me semble par mes commentaires ciblés.

  • et bien justement ce n'était pas clair, et c'est pour cela que j'y ai répondu

  • "Zombies", si vous voulez ; "consentants", là, vous êtes vache !

    Pauvres citadins en activité, tributaires des transports en commun et de décrets stupides d'édiles locaux assorties d'amendes exorbitantes, avons-nous le choix ? Personnellement, je n'ai absolument pas envie de donner de l'argent à ces imbéciles, aussi porté-je le masque dans Paris et dans les transports en commun. De là à être consentant et superstitieux...

    Tout le monde n'a pas votre chance !

  • Je vous comprends très bien. Et je sais bien que beaucoup subissent. Mais je constate, à ma toute petite échelle, que dans les rues des bourgs et sur les marchés tous les gens, soit sont plutôt fiers de porter le masque (ils sauvent des vies), soit se comportent et parlent comme si c'était tout à fait normal.

  • pourquoi Alexandre appelle-t-il imbéciles des gens qui ne sont que ees salauds ?
    ça tombe sous le sens quand on voit l'aspect diabolique que prend le visage du Premier Ministre quand il annonce les nouveaux suplices qu'il a inventé pour les honnêtes gens
    quant à porter le masque, ce n'est pas un plaisir, c'est simplement une façon d'éviter des amendes à un moment où le role de la police n'est plus de garantir la sécurité des citoyens mais de garnir les caisses de l'Etat

  • comme toutes les dictatures, celle-ci s'appuie sur les sous-hommes, à qui elle donne des pouvoirs de police
    je n'ai pas la chance d'habiter à la campagne, aussi je dois me contraindre à porter un masque quand je vais au ravitaillement, deux ou trois fois par semaine
    mais les sous-hommes veillent, maintenant qu'ils ont tous les droits; ainsi, je me suis fait expulser manu militari du Monoprix de Poitiers, mes achats confisqués, par deux individus, dont l'un habillé en policier, parce qu'ils estimaient que mon masque était mal mis; j'ai appelé les autres clients au secours : ça les a fait fuir
    cela m'a rappelé les rues d'Oran aprés l'indépendance, où des A.T.O. ( auxiliaires temporaires occasionnels ) vaguement vétus de tenues militaires, armés de MAT, l'arme la plus dangereuse connue, imposaient leur loi
    en ce qui me concerne, les deux fidèles employés du Monoprix se sont-ils approprié ce que je voulais acheter, et dans ce cas n'ont volé que leur employeur, ou ont-ils remis les marchandises dans les rayons, au risque de tout contaminer (ils m'avaient déjà bloqué sans respecter le mètre de distanciation imposé, qu'ils étaient sans doute chargés de faire respecter)
    à Oran, à l'époque, le dictateur s'appelait Ben Bella, et sa dictature était trés dangereuse : sa photo, de grande taille, couvrait les pare-brises de toutes les voitures (volées) qui circulaient au mépris de toute sécurité tant que leur réservoir contenait un peu d'essence;
    Macron se voit-il en nouveau Ben Bella ?
    il pourrait aussi penser à son homonyme préfet du prétoire qui reçut l'ordre de se suicider alors qu'il s'imaginait avoir reçu de l'avancement

  • sait-on comblen les amendes de 134 euro rapportent à l'Etat ?

  • @Théo. Oui, les amendes à 134 € rapportent à l'Etat, un euro de moins que les amendes à 135 €

  • Partout où c'est possible, ne pas porter de masque : dans la rue, même dans les grandes villes, c'est possible. Là où c'est obligatoire (pour moi, dans certains commerces), le porter sous le nez. Et quand un gorille est posté à l'entrée pour vous obliger à le remonter jusqu'aux yeux, comme cela m'est arrivé récemment à la Grande Droguerie lyonnaise de la Croix-Rousse, foutre le camp, en promettant de leur faire de la pub : voilà qui est fait.
    Au boulot, je me suis arrangé avec un certificat médical rédigé par un ami toubib il y a sept mois, quand c'était encore jouable. Il y a beaucoup de mécontents, mais je bosse avec une visière.
    Pas besoin d'être un héros, mais si tout le monde faisait un effort, et d'abord dans la rue, les salopards qui ont imaginé ce truc pour nous transformer en bétail humain pourraient se le carrer quelque part, avec leur vaccin et, pour faire glisser, leur hydrogel, dont j'ai dû me servir une fois dans ces six derniers mois.

  • Qu'il y ait autant de moutons de Panurge pour porter un masque dans la rue, voilà qui me désole et me ferait presque douter de la Providence ! J'en arrive à comprendre Lucifer. Comment Dieu a-t-il pu créer un animal aussi inepte, aussi aveuglément soumis à une autorité ridicule et infâme ? Comment a-t-il pu vouloir s'incarner là-dedans ? On ne résout ce dilemme que par l'admiration des génies et des saints.

  • a priori, vous n'en savez rien, puisque vous n'êtes pas capable de citer un chiffre

  • @théo
    Vous avez autant d'humour qu'une paire de chaussettes dépareillées. Allez j'ai pitié de vous. Elément de réponse ici:
    https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand-63000/actualites/combien-de-personnes-ont-ete-verbalisees-ou-condamnees-pour-non-respect-des-mesures-pendant-le-confinement_13880522/

  • ce n'est toujours pas une réponse

  • Vous attendiez une réponse? Oulalala désolé!
    marche à suivre: avec la souris sélectionnez le lien fourni plus haut. Puis avec délicatesse faites un clic droit et choisissez "accèder à https...." Et miracle la page où se trouve la réponse apparaît à l'écran. Bien sûr il faut lire la page.
    Si c'est trop compliqué copiez les lien et collez-le dans le bandeau de votre navigateur.

  • pauvre type incapable de prendre ses responsabilités qui prétend donner des instructions aux autres !

  • Quelle responsabilité? Obéir à Théo-le-prof? Essayez donc et vous ne poserez pas des questions de flemmard aux autres lecteurs de ce blog. Bougez-vous un peu, que diable!

  • ce vieux gâteux est mécontent !
    et bien qu'il le reste
    il pourrait tromper son ennui en étudiant les dialectes de l'espagnol
    j'ai été trés surpris, par exemple, en constatant dans le film "Cristeros" une forme que je croyais typiquement oranaise
    a priori, pourtant, ce sont les films mexicains que je suis le plus facilement

Écrire un commentaire

Optionnel