Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un tournant ?

EOGML5RW4AYbBEj.jpg

On attendait pour Noël l’exhortation apostolique amazonienne de François, avec parmi les nouveautés de l’Esprit le sacerdoce pour les hommes mariés, et plus si l’Esprit souffle plus fort.

Rien n’est venu à Noël, ni au jour de l’an, mais voici, pif, paf, poum, bang, ce livre signé du pape émérite et du cardinal Sarah, à paraître mercredi, dont l’objet est précisément de souligner qu’on ne doit en aucune manière affaiblir la loi du célibat sacerdotal.

Naturellement, la réaction des modernistes est à la mesure du choc que produit l’annonce de la parution de ce livre. On en verra quelques exemples ici et . Ils ne reculent devant rien, pas même devant l’affirmation que Benoît XVI est gâteux et que c’est son entourage qui se sert de lui pour attaquer le pape…

On trouvera le sommaire ici.

Voici la présentation du livre par l'éditeur:

Les débats qui agitent l’Église depuis plusieurs mois ont convaincu Benoît XVI et le cardinal Robert Sarah qu’ils devaient s’exprimer.
Depuis sa renonciation, en février 2013, la parole du Pape émérite est rare. Il cultive le silence, protégé par les murs du monastère Mater Ecclesiae, dans les jardins du Vatican.
Exceptionnellement, en compagnie du cardinal Sarah, son grand ami, il a décidé d’écrire sur le sujet le plus difficile pour l’Église : l’avenir des prêtres, la juste définition du sacerdoce catholique et le respect du célibat.
À quatre-vingt-douze ans, Benoît XVI signe un de ses plus grands textes. D’une densité intellectuelle, culturelle et théologique rare, celui-ci remonte aux sources du problème : « Au fondement de la situation grave dans laquelle se trouve aujourd’hui le sacerdoce, écrit-il, on trouve un défaut méthodologique dans la réception de l’Écriture comme Parole de Dieu. »
À son analyse implacable répond le texte du cardinal Robert Sarah. Il apporte son éclairage singulier avec la force, la radicalité et la sagesse qui lui sont propres. Nous y retrouvons le courage de la réflexion de l’un des plus importants prélats de l’Église.
Les deux auteurs se répondent, se complètent et se stimulent. Ils livrent une démonstration parfaite, sans crainte d’ouvrir le débat.

Benoît XVI et le cardinal Robert Sarah ont répondu à l’élan de leurs cœurs. Ce livre fera date. À bien des égards, il est unique. Et, certainement, historique.

Commentaires

  • Notre bon pape n'a pas su prendre la défense du mariage, mais voici qu'il prend la défense de l'ordination des prêtres :

    Soutenons le dans notre prière !

  • vous pensez qu'il y a des prêtres non ordonnés ?

  • Fayard sait faire des prières d'insérer alléchantes, mais ne sait toujours pas faire un titre mémorisable.

  • Ces deux clercs déplorent les effets dont ils chérissent les causes (V2) !

  • Que fera le Cardinal Sarah si François abolit l'obligation du célibat, ne serait-ce que pour une zone géographique limitée?
    Restera-t-il à la Curie si, de plus, il doit piloter l'élaboration d'un "rite amazonien"?

  • avant de poser des questions idiotes, il faudrait se renseigner : le célibat des ordinants est une régle de la seule église latine, et les clercs majeurs des églises catholiques orientales peuvent être mariés avant leur ordination,et le rester; il en est de même, dans l'église latine, où c'est de droit pour les anciens "prêtres" anglicans qui se convertissent, et ce n'est pas une règle instituée par le pape actuel; auparavant,un pasteur protestant qui se convertissait pouvait être autorisé à être ordonné en gardant sa femme; c'était parait-il systématique de la part du pape Pie XII qu'on peut difficilement considérer comme progressiste
    dans l'ancienne église de Russie, le mariage était même obligatoire, sauf pour les moines, pour être ordonné, et l'église catholique a toujours reconnu la régularité de ces ordinations

  • Le célibat est une règle qui a une dimension disciplinaire, et autour de laquelle règne un certain flou. On pourrait pardonner à un Pape, dans un autre contexte social, d'y apporter des aménagements, surtout s'il se montrait intransigeant sur la doctrine. Ce n'est malheureusement pas le cas du prétendu régnant pontife... Quant au contexte, on voit bien ce qu'il est : dans deux ans, on "ordonnera" des femmes, dans cinq des transsexuels. Pas la peine de parler des tantes, elles sont déjà là, et bien là...

  • Les voies de Dieu sont impénétrables et si le moment n'était pas alors adéquat pour formuler une pensée profonde face au mariage dont la façon de le projeter était très ambigüe, au tout début, il n'en est pas de même aujourd'hui où les choses s'avèrent beaucoup plus assurément affirmées comme hérétiques de la part du pouvoir en place de l'Eglise. Nous ne dirons pas ce que nous pensons mais les choses se précisant non dans le bien mais autrement, il est un devoir pour des personnalités de cette qualité comme le Cardinal Sarah et S.S le Pape émerite Benoît XVI de dire nettement la Pensée de l'Eglise inscrite dans sa Doctrine depuis les premiers temps de l'Eglise Catholique ,et des Apôtres !

  • Vous parlez d'or qui est un métal précieux que les Espagnols et autres Portugais sont allés chercher loin de chez eux et ils buvaient beaucoup, surtout quand ils avaient soif, et ils ne disaient pas toujours ce qu'ils pensaient mais autrement quand ils disaient nettement ce qui s'énonce clairement comme disait Vaugelas qui n'a jamais rencontré Benoît XVI, mais c'est dommage, car ce pape disait plus clairement ce que d'autres que connaissait le cardinal Sarah disaient moins aisément qu'un tiens vaut mieux que deux tu l'auras que disaient déjà saint Pierre et saint Paul aux premiers temps de l'Eglise qui était plus pieuse qu'aujourd'hui.

  • Sans parler des Apôtres !!!

Écrire un commentaire

Optionnel