Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Baptême du Seigneur

Doxastikon des matines byzantines de la Théophanie, par Théodore Vassilikos.

Νάματα Ἰορδάνια περιεβάλου Σωτήρ,ὁ ἀναβαλλόμενος φῶς ὡς ἱμάτιον·καὶ ἔκλινας κορυφὴν τῷ Προδρόμῳ ὁτὸν οὐρανὸν μετρήσας σπιθαμῇ, ἵναἐπιστρέψῃς κόσμον ἐκ πλάνης, καὶ σώσῃςτάς ψυχὰς ἡμῶν.

Tu t’es enveloppé des flots du Jourdain, ô Sauveur qui te revêts de lumière comme d’un manteau, et tu as incliné la tête devant le Précurseur, ô Seigneur qui mesures la terre avec ton empan, afin que le monde revienne de son erreur, et que tu sauves nos âmes.

Le grec utilise le même verbe βάλλω, qui veut dire « jeter », avec deux préfixes :  péri : autour – jeter autour de soi, donc s’envelopper dans un vêtement – puis ana : jeter en haut, en arrière, donc revêtir une cape. Jésus s’enveloppe dans l’eau du Jourdain et se revêt de lumière, en même temps. Je ne vois pas comment on pourrait garder cette unité en français.

« Revêtu de lumière comme d’un manteau » est une citation exacte du psaume 103, en latin « amictus lumine sicut vestimento ».

Dieu qui « mesure la terre avec son empan » est une allusion à Isaïe ; 40, 12 : « Qui a mesuré les eaux avec sa main, et le ciel avec son empan, et toute la terre avec son poing ? », verset que saint Jean Chrysostome cite dans son commentaire du psaume 103. Lequel est le psaume de la Création, ce qui souligne que le baptême est une re-Création.

Écrire un commentaire

Optionnel