Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Hilaire

Hymne du propre de Poitier, composée par Simon Gourdan (1646-1729), chanoine régulier de l’abbaye royale de Saint-Victor à Paris (traduction dom Guéranger).

Non fraus magnanimum, non favor aut minae,
Athletam quatiunt jussa tyrannidis
Explens, Pastor oves linquere cogitur;
Quis jam contineat lupos ?

Ni la fraude, ni la faveur des princes, ni leurs menaces, n’ébranlent l’athlète magnanime ; Pasteur, il est contraint par un ordre tyrannique de quitter son troupeau. Qui désormais repoussera la fureur des loups ?

Ergo, Praesul, abis ? dum generosa mens
Te parere facit, Gallia lacrymas
Fundat: terra Phrygum suscipiens patrem,
Verbi vindice gaudeat.

Tu pars, ô Pontife ! Mais tandis que ton grand cœur se soumet à l’exil, la Gaule est baignée dans les larmes ; et la terre de Phrygie, qui reçoit en toi un père, va se réjouir de posséder en toi le vengeur du Verbe.

Erroris latebras Doctor Hilarius
Spargit luce nova, fonteque vivido
Expurgat nocuis pascua faecibus.
Gentes erudit efferas.

Puissant Docteur, il illumine du flambeau d’une lumière nouvelle les ténèbres sous lesquelles se cachait l’erreur ; ses eaux vives nettoient les pâturages souillés d’un impur limon ; il éclaire des nations que l’infidélité rendait encore féroces.

Ipsos dum titubant, instituit fide
Pastores: redeunt mox ad ovilia,
Quos error timidos abstulerat procul,
Et vocem Patris audiunt.

Il confirme dans la foi des pasteurs chancelants : on voit revenir vers leurs troupeaux les gardiens timides que l’audace de l’hérésie en avait éloignés ; la voix d’Hilaire est pour eux la voix d’un père.

Praesul magne, poli qui super ardua
Solem justitiae cominus adspicis ;
Verbum nos doceat, quaesumus, impetra,
Cujus dogmata praedicas.

Sublime Pontife, qui, au plus haut des cieux, contemples de près le Soleil de justice, obtiens qu’il daigne nous éclairer, ce Verbe dont tu nous as fait connaître l’essence.

Mundani metuant imperii ducem,
Qui terram sapiunt : Caesaris haud timet
Infensi furias pastor, et asserit
Christi liberius fidem.

Qu’ils tremblent en présence du prince de ce monde ceux qui ne goûtent que les choses terrestres ; pour Hilaire, il dédaigne les fureurs d’un César irrité ; il n’affirme qu’avec plus de liberté la pure foi du Christ.

Patri maxima laus, maxima Filio,
Foecundo generat quem Pater in sinu,
Aequum Principio, numine comparem
Sacro maxima Flamini. Amen.

Louange suprême au Père ; honneur égal au Fils que le Père engendre de son sein fécond : au Fils, égal au Principe, semblable en divinité ; louange pareille à l’Esprit divin. Amen.

Écrire un commentaire

Optionnel