Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Totalitaire

C’est aujourd’hui la rentrée des classes. Et cette rentrée est historique. Elle marque un saut dans la dictature de l’école de Jules Ferry : elle devient totalitaire, avec l’obligation scolaire à partir de trois ans. Car cela est digne du nazisme ou du communisme, de toute idéologie qui considère qu’il faut enlever l’enfant à sa famille le plus tôt possible pour le formater à l’idéologie obligatoire : macronisme LGBT, culture de mort, immigrationnnisme, européisme.

Sur le plan sociologique, on nous dira que ça ne change quasiment rien à la situation, puisque l’immense majorité des enfants de trois ans allaient déjà à l’école.

Certes, nous sommes dans un monde où tant de jeunes femmes croient qu’elles sont libérées en faisant un travail d’esclave pour payer l’assistante maternelle au lieu d’être l’âme de leur foyer et la mère authentique de leurs enfants : plus tôt est l’école, et plus on économise pour acheter une nouvelle voiture pour aller au boulot.

Mais rendre obligatoire l’école à trois ans, c’est du même coup INTERDIRE aux mères qui le souhaitent encore d’élever leurs enfants au foyer familial. C’est un acte dictatorial contre la famille, et contre l’enfant.

Commentaires

  • Chez nous, au Québec, le gouvernement provincial veut envoyer les enfants à la maternelle dès l'âge de 4 ans. Sans parler des garderies d'État...

  • Je suis d'accord, en faisant remarquer qu'il reste loisible de faire "l'école à la maison" pour ses enfants. Mais les inspecteurs seront très vigilants à ce que l'on respecte les objectifs du programme... (je mets le lien pour ceux qui ont du temps)
    https://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=86940

  • N'importe quoi : vous pouvez toujours faire la classe à vos enfants si cela vous chante.

    Et ne me dites pas qu'il n'y a pas une école hors contrat où mettre vos enfants...

  • Tout le monde n'a pas les compétences de faire la classe à ses enfants. Avant la main-mise maçonnique sur l'école les congrégations enseignantes recevaient mandat des parents pour assurer une instruction menant au salut éternel. Notre "éducation nationale" mène à la damnation éternelle. Il n'y a pas à trouver normal ce qui est anormal et prétendre qu'il y a toujours des solutions quand le bien commun est bafoué. Ce qui est anormal c'est que le bien commun est universellement bafoué et foulé aux pieds.

  • Merci à Dauphin. J'ajoute que pour tout le monde, sauf une infime minorité, l'instruction obligatoire c'est aller à l'école. Donc ce que j'ai écrit ce n'est pas "n'importe quoi", c'est la réalité commune.

    En outre, cette nouvelle atteinte aux libertés familiales annonce peut-être ou sans doute une interdiction de l'école à la maison. En tout cas ça va dans ce sens, et non dans l'autre.

  • Bravo pour votre analyse !
    Maintenant, il va falloir trouver un nom pour les jeunesses macroniennes ou macronistes.
    Komsomols, Ballilas, hitlerjugend, sont déjà pris.

  • Merci pour cet article,
    Il est vrai que cette mainmise de l'Etat sur l'éducation des tout petits est inquiétante. D'autant plus inquiétante que cette mesure dangereuse est présentée comme un progrès.
    Pour information, en Russie - où je réside une partie de l'année - l'école n'est obligatoire qu'à partir de 7 ans. Il y a bien-sûr des jardins d'enfants avant 7 ans - dyestki sad - mais c'est optionnel. Par ailleurs, beaucoup de femmes - quand elles le peuvent - essaient de rester avec l'enfant jusqu'à sa troisième année. En France, les femmes "modernes" se débarrassent à la crèche dès petits dès qu'ils ont six mois...
    Tout n'est pas parfait en Russie - l'avortement reste pratiqué de façon désastreuse - mais au niveau sociétal, on a souvent l'impression que le bon sens domine.

  • Simple question de sémantique : pour désigner l'idéologie du lobby acronymique, Xavier Moreau parle d'homosexualisme, terme qui me semble pertinent car il désigne par son suffixe un système de pensée (ici une idéologie au sens où Arendt l'entend: la logique propre d'une idée politique hors de tout retour d'expérience), là où le radical manifeste la nature de ce projet politique (ici le renversement de la loi naturelle s'agissant de l'altérité sexuelle comme fondement du mariage, première société). Bref, rien d'autre qu'une variante du contractualisme!

  • Aptitude diabolique, tout en maîtrisant, l'art et la manière de pervertir une option en obligation. D'où la prise de conscience nécessaire et salutaire de se recentrer sur le rôle et la mission de la famille. L'éducation des générations futures. L'Etat étant une construction, nécessairement, humaine, alors que la famille, par volonté Divine, était,est,et restera la première cellule de la société.

Écrire un commentaire

Optionnel