Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un accord qui fonctionne

L’accord entre le Saint-Siège et les communistes chinois est efficace. En témoignent une fois de plus ces informations d’Asianews (organe de l’Institut pontifical pour les missions étrangères) :

Au moins sept églises et leurs paroisses ont été supprimées ces derniers mois dans le diocèse de Qiqihar, dont l'évêque, Mgr. Joseph Wei Jingyi, est reconnu par le Saint-Siège, mais pas par le gouvernement. Des membres du Front uni, des policiers et des représentants du bureau des affaires religieuses sont entrés dans les églises pendant la célébration de la messe, ont interrompu les offices liturgiques, chassé les fidèles, les ont menacés et ont décrété la fermeture des paroisses. Les prêtres ont été priés de quitter le territoire s'ils ne voulaient pas être expulsés de force. Les communautés supprimées sont toutes "clandestines", c'est-à-dire non enregistrées. Cependant, jusqu'à présent, elles entretenaient de bonnes relations avec les autorités locales. Il y a deux faits curieux : tout d'abord, la suppression a commencé fin septembre, peu après la signature de l'accord entre la Chine et le Vatican (22 septembre) et la levée de l'excommunication de l'évêque officiel de la région, Mgr. Joseph Yue Fushen de Harbin ; deuxièmement, il convient de souligner que Mgr. Wei, en dépit d'être un évêque clandestin, entretenait également de bonnes relations avec les autorités. La dynamique des répressions reflète la mise en œuvre de la nouvelle réglementation relative aux activités religieuses (entrée en vigueur en février 2018), qui prévoit l'élimination de l'Église clandestine. La mise en œuvre est en cours depuis la fin du mois de septembre, comme si l’accord Chine-Vatican avait précipité le temps : en signe de défi, ou d’assurance du Front uni vis-à-vis du Vatican.

C’est dans ce même diocèse qu’un couvent de religieuses a été détruit le 18 décembre. Asianews donne de nombreux détails sur la fermeture des sept églises.

Commentaires

  • Le pape commence-t-il à regretter d'avoir signé cet accord ?

  • Les catholiques chinois "clandestins" ont souffert pendant des décennies pour rester fidèles au Pape. Maintenant, ils doivent faire allégeance au parti communistes pour être fidèles au Pape.
    Quel désarroi pour eux ! En fait, c'est horrible ! François a toujours raison et il ne faut pas compter sur lui pour regretter son accord-capitulation ! Nulle compassion de sa part pour ces catholiques non-progressistes !

  • Mais il est favorable à la conception révolutionnaire de l'église, il a soutenu les plus progressistes et marxisants évêques au Brésil et en Amérique du Sud. C'est dans la suite logique de Don Helder Camara...

  • Mais il est favorable à la conception révolutionnaire de l'église, il a soutenu les plus progressistes et marxisants évêques au Brésil et en Amérique du Sud. C'est dans la suite logique de Don Helder Camara...

  • Le texte de l'accord n'a pas été rendu public. Donc, on juge aux fruits qu'il produit. Comme le faux saint Paul VI, certains croyaient qu'en pactisant avec les démons jaunes, ils obtiendraient un traitement de faveur ou l'indulgence des autorités.
    Maintenant les nazis jaunes de Pékin vont pouvoir dire aux catholiques: "voyez, votre pape veut que vous intégriez l'église officielle". Cruel dilemme pour ces pauvres fidèles chinois. Prions pour eux.

  • Les terribles errements d'un Ivan IV en Russie, ce tsar qui mélangeait allègrement les élans mystiques et la plus infâme cruauté, s'expliquent peut-être par l'absence d'une autorité comparable à la papauté dans l'Eglise orthodoxe. Personne pour l'admonester d'un peu plus haut....
    Le problème des catholiques chinois se pose sans doute de manière plus brutale et plus immédiate que chez nous, mais c'est le même : comment rester catholique quand l'autorité suprême est dévoyée ? Si le Christ en personne a donné un Pape à son Eglise, c'est parce qu'il savait qu'elle ne peut s'en passer.

  • Dramatique décision du Pape qui abandonne les Catholiques non reconnu par le PCC, comme s'il fallait que le PCC reconnaisse les Catholiques. Par contre il signe un "concordat"avec le PCC pour régulariser des Evèques désignés par le PCC et les admettre comme représentants officiel de l'Eglise. Ce Pape a vendu son âme aux communistes ?

Écrire un commentaire

Optionnel