Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La suppression de la commission Ecclesia Dei

Une rumeur insistante évoque la suppression de la commission Ecclesia Dei par François. Ce serait, ou plutôt ce sera, une catastrophe pour les communautés régies par cette commission, car elles seront impitoyablement détruites par François au moindre prétexte. Comme on l’a vu et on le voit détruire les communautés d’esprit traditionnel qui ne bénéficient pas de la protection de la commission. Et après la suppresssion de la commission viendra la suppression de Summorum Pontificum... et le retour à la persécution de Paul VI... Marco Tosatti a écrit un article sur ce qu’il sait ou croit savoir de la question. Une de mes lectrices vient de le traduire et de me l’envoyer. Le voici.

Le motu proprio qui signe la fin d’Ecclesia Dei en tant que Commission indépendante, et son intégration comme un simple bureau au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi est prêt, signé par le pontife, et aurait dû être publié jeudi dernier. Nous ignorons les raisons pour lesquelles le document n'a pas encore été publié.

C'est un texte de style juridique, plutôt court, dans lequel il est dit que l'urgence pastorale liée à la célébration de Vetus Ordo, et qui a conduit il y a trente ans à la création de la Commission Ecclesia Dei est venu à cesser, et par conséquent aussi, la Commission dans sa forme actuelle n'a plus de raison d'exister.

Rappelons-nous que le motu proprio de Jean-Paul II, du 2 juillet 1988, est né en réaction à la consécration de quatre évêques par Mgr Marcel Lefebvre. Certains de ses pouvoirs et fonctions ont été modifiés par Benoît XVI en 2009. Le document de Jean-Paul II donnait à la Commission le droit d’ « accorder à toute personne le demandant, l'utilisation du Missel romain selon l'édition typique en vigueur en 1962, et ceci selon les règles déjà proposées par la Commission des cardinaux » institué à cet effet « en décembre 1986 après avoir informé l'évêque diocésain ».

En outre, la Commission a été le dernier recours pour les fidèles qui ont demandé la célébration de la Messe selon la forme extraordinaire, et n'ont pas eu une réponse positive soit de leur pasteur ou de leur évêque.

En outre, à la suite du motu proprio Summorum Pontificum du Pape Benoît XVI (2007), la Commission veille à son application étudie les mises à jour possibles dont les textes liturgiques de 1962 ont besoin: par exemple la présence de nouveaux Saints dans le calendrier. Nous devons maintenant voir combien, et lesquels de ces pouvoirs peuvent continuer à être exercés par ce qui sera le nouveau "bureau" Ecclesia Dei au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi; et dont le dernier référent, évidemment, ne sera plus le Secrétaire responsable, comme auparavant, mais le préfet à la tête de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Et il y a un doute plus que légitime dans la déclaration initiale qui stipule que l'urgence pastorale liée au Vetus Ordo serait terminée. À une époque où, lors de l'Assemblée de la Conférence épiscopale italienne, des voix d'évêques et de spécialistes refusent la validité juridique du motu proprio "Summorum Pontificum" de Benoît XVI, et au moment où des évêques contrarient directement ou de manière sournoise la célébration de la messe selon le Vetus Ordo, dire que cette urgence pastorale n'existe pas, peut apparaître un peu risqué.

Commentaires

  • La seule urgence pastorale de ces cinglés de modernistes est de s'apercevoir que la messe traditionnelle et la fidélité aux dogmes est un moyen d'évangélisation sans équivalent. Mais comme ils ne veulent pas que les fidèles s'en aperçoivent, ils suppriment la messe traditionnelle, comme cela il ne restera que "l'évangélisation" à leur sauce, c'est à dire l'apostasie générale pour tous. Les soixante-huitards sont toujours au pouvoir au Vatican.
    Au moment de l'affaire des Franciscains de l'Immaculée, j'avais fait remarquer que le sort des communautés traditionnelles était scellé. Et bien si la nouvelle se confirme, cela n'aura pas pris beaucoup d'années.
    Il ne leur reste plus que de sacrer des dizaines d'évêques qui n'auront plus aucun compte à rendre à cette église usurpatrice, schismatique et luciférienne.
    L'année 2019 s'annonce captivante.

  • Bah voilà comme ça les fidèles qui voudront conserver la messe grégorienne iront à la FSSPX.

  • J’ai rêvé la nuit dernière que Bergoglio était déposé et arrêté par la garde Suisse ... souhaitons pour 2019, que ce bonhomme parte, d’une manière ou d’une autre...

  • Cet article explique peut-être un peu les choses.
    http://tradinews.blogspot.com/2018/12/lhomme-nouveau-la-fraternite-saint-pie.html

  • @eric
    Cette explication n'est pas a écarter, mais nous aurons et la suppression d'Ecclesia Dei et des communautés associées et la liquidation de la FSSPX. Ce qui prouve que la FSSPX se croit très forte, ce qui n'est pas le cas.

  • Comme probablement une partie importante des lecteurs de cet excellent blog (merci monsieur Daoudal. Mes meilleurs voeux pour 2019), j'ai un mal fou à supporter le Pape François; son action, ses déclarations, son islamophilie ...
    La plupart du temps, je préfère ne pas prendre connaissance de ses déclarations afin de m'éviter certaines réactions de colère.

    Mais, c'est le Pape. Du temps de Benoît XVI, il fallait prier pour qu'il soit écouté et compris. Avec François, il faut prier pour qu'il soit un bon pasteur qui prend soin de son troupeau.

    Alors prions

Écrire un commentaire

Optionnel