Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bravo la Pologne et la Hongrie

Lors du conseil des affaires sociales, hier à Bruxelles, la Pologne et la Hongrie ont refusé de signer un projet de directive contre les discriminations dans le domaine numérique, parce qu’il y était question du « genre » et des « LGBTQI ».

La présidence autrichienne a proposé de remplacer « genre » par « caractéristiques génétiques », mais « LGBTQI » demeurait. La Pologne et la Hongrie ont donc dit non, et le texte n’est donc pas une « conclusion du Conseil », mais une « conclusion de la présidence » autrichienne. Ce qui était quasiment inédit dans l’histoire de l’UE… jusqu’au 11 octobre dernier, quand la Pologne avait fait capoter une « conclusion du conseil » sur le bilan annuel de la Charte des droits fondamentaux, parce qu’il y était question des « LGBT ».

Le ministre néerlandais Wouter Koolmees a tonné que « l’inclusion et l’égalité des personnes LGBTIQ (sic) est une valeur fondamentale de notre Union européenne », et qu’il n’est pas question d’en discuter. C’est pourquoi 19 pays, n’admettant pas que la présidence autrichienne ait eu l’idée nauséabonde de tenter de négocier avec la Hongrie et la Pologne, ont signé un texte alternatif concocté par Malte (sic). Un texte où il est question des personnes LGBTI. Ils ont perdu le Q en route…

Commentaires

  • Une petite degustatu9n de soupe de pâtes alphabet :

    http://www.slate.fr/story/118325/mogai-lgbtqqiaap

  • Mogai ou Mogwai, pour moi ils font partie des Gremlins, au même titre que l'ultra-gauche, les métèques et la canaille des banlieues. Notez que, si lundi matin on décide d'orner le drapeau français d'une étoile et d'un croissant, les Mogai vont se faire plus discrets...

  • LGBTQIP (le P de pédophiles a été oublié et c'est un honte pour ces gens qui méritent le respect et la tolérance et qui vivent leur choix étant consentant).

  • On saisit l'ironie, mais votre phrase escamote le sujet du consentement.

  • Sans doute faut-il lire "en étant consentants".

  • Le choix du pluriel ou du singulier m'appartient exclusivement car c'est mon choix et je sens qu'il reste des vieux schémas binaire, votre déterminisme est palpable, je pense que chacun.e.s a de.s leçon.s à apprendre.

  • Vous avez raison : continuez dans le charabia abscons et la syntaxe extravagante.

Écrire un commentaire

Optionnel