Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Au petit nègre…

Les clients du tabac Le Petit Nègre d'Alençon lui offrent un sursis

Quand j’ai lu ce titre, je me suis étonné que dans la France d’aujourd’hui, pathologiquement « antiraciste », il y ait encore un tabac qui s’appelle ainsi. Il y a tout de même un an qu’on a supprimé l’ignominieux « Au nègre joyeux » de la Contrescarpe, et plusieurs années qu’on a interdit les « têtes de nègre » dans les pâtisseries.

Je me disais donc qu’on avait accordé un sursis pour la disparition de l’enseigne raciste, mais qu’elle allait bientôt vertueusement disparaître.

A ma grande surprise, ce n’est pas cela du tout. Il s’agit d’un commerce en grande difficulté financière à cause de travaux à Alençon, et qui est sauvé grâce à la générosité de ses clients.

Comment l’antiracisme peut-il accepter qu’un tabac s’appelle « Au petit nègre » ?

Mais oui bien sûr : c’est que le nègre… est le patron. Et qu’on ne peut pas le traiter de raciste…

Commentaires

  • Oh vous voir que les hyènes de la bienséance actuelle vont vouloir le rééduquer malgré lui
    Et qu'on finira bien par le traiter aussi mal que nos harkis ....

  • on en a un exemple avec Jesse Owen
    il a toujours dit qu'il avait échangé un salut avec Hitler, alors que la version officielle est que Hitler était parti pour ne pas le voir
    il avait d'ailleurs remarqué, en arrivant dans l'abominable Allemagne raciste, qu'il avait le droit de manger dans n'importe quel restaurant, ce qui ne lui était pas possible dans son pays
    à son retour, il ne fut d'ailleurs pas traité comme un champion olympique, mais comme le vulgaire nègre qu'il était

  • Intéressant.

  • En tous cas, les salauds de blancs français de souche qui lui ont fait des dons , ne sont pas racistes,...

  • de qui s'agit-il ?

  • Le patron est peut-être un homme de petite taille qui ne veut pas être pris pour un vulgaire bar-tabac. Au Petit Noir pourrait prêter à confusion.
    Ça me rappelle aussi le sketch de Fernand Raynaud, Les Deux Folles.

  • Vous écrivez : " ... on a supprimé ... on a interdit ... on avait accordé ... on ne peut pas ... " ; or, au service militaire , mon adjudant fulminait : " On ! Vous avez dit : on ! On est un con qui n'a pas de matricule ! Question suivante ? "
    Moralité : quand on aura affiché le faciès des " antiracistes anonymes " sur le mur des cons , on ne censurera plus le white spirit , la blanche qui vaut deux noires , et autres précieuses ridicules .

Écrire un commentaire

Optionnel