Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Denis et ses compagnons Rustique et Eleuthère

Cette hymne du propre de France du bréviaire monastique (et romain ?) est de saint Venance Fortunat. Elle pose un problème aux historiens modernes, car elle affirme que saint Denis fut envoyé en Gaule par le pape Clément de Rome. Donc l’un des tout premiers successeurs de saint Pierre, alors qu’on fait aujourd’hui de saint Denis de Paris un évêque du IIIe siècle. La légende de saint Denis envoyé par saint Clément aurait été inventée (comme son identification avec l’Aréopagite) par Hilduin, l’abbé de Saint-Denis, au IXe siècle. Mais Venance Fortunat écrivait à la fin du VIe siècle. Certains ont contesté que l’hymne fût de Venance Fortunat. Mais cela a été réfuté de façon décisive et de plusieurs façons. Certains ont alors contesté que le mot « præsul » puisse désigner le « pape » : il peut s’agir d’un certain Clément (inconnu par ailleurs) qui aurait gouverné l’Eglise au moment de la longue vacance pontificale du milieu du IIIe siècle… Mais l’argument est très faible, et dans la Vie de saint Colomban de Jonas de Bobbio, écrite une vingtaine d’années après la mort de Venance Fortunat, le mot « præsul » désigne le pape…

Fortem, fidelem militem
Cæli secutum principem,
Dionysium martyrem
Plebs corde, voce personat.

Que le peuple chante avec la voix et le cœur Denis le martyr, soldat courageux et fidèle, qui suivit le prince du ciel.

Clemente Roma præsule,
Ab urbe missus adfuit;
Verbi superni seminis
Ut fructus esset Galliæ.

Par le pape Clément il fut envoyé de Rome pour que la Gaule eût part aux fruits de la semence du Verbe divin.

Opus sacratum construit,
Fidem docet baptismatis:
Sed audientum cæcitas
Munus repellit seminis.

Il construit l’œuvre sacrée, il enseigne la foi du baptême ; mais l'aveuglement de ceux qui l'écoutent repousse le présent de la semence.

Instante sacro antistite,
Errore plebem solvere,
Dum spem salutis ingerit,
Tormenta mortjs incidit.

De façon instante le saint évêque veut arracher le peuple à l'erreur ; pendant qu'il apporte l'espoir du salut, il trouve les tourments de la mort.

Correptus a gentilibus
Pro Christo colla tradidit
Dilectionem pectoris
Cervice cæsa, prodidit.

Saisi par les païens, il livra sa tête pour le Christ, et la tête tranchée il montra l’amour de son cœur.

Magnus sacerdos, qui dabat
Templi sacrata munera,
Fuso beato sanguine,
Est factus ipse victima.

Ce grand pontife, qui offrait les dons sacrés du temple, par l’effusion de son sang bienheureux, devint lui-même la victime.

Felix pio de vulnere,
Quæ pœna palmam præbuit !
Qui morte mortem conteris,
Cælum tenes cum sociis.

Heureux par cette pieuse blessure, qui lui mérita une telle récompense ! Par la mort tu détruis la mort, et tu possèdes le ciel avec tes compagnons.

Gloria sit Deo Patri,
Gloria Unigenito ,
Una cum Sancto Spiritu,
In sempiterna sæcula !

Gloire soit à Dieu le Père, Gloire à son Fils unique, et au Saint-Esprit, dans Ies siècles éternels !

Commentaires

  • Saint Denis face au mémoricide :
    https://archive.org/details/saintdenyslareop00darr/page/n0

  • N'oubliez pas que le seul vrai mémoricide serait l'oubli de la Shoah.

  • Quel Denis ou quel Denys doit-on prier le 9 octobre ? That is the question, comme dirait David Copperfield, qui se promène aussi volontiers avec la tête sous le bras.

  • j'ignorais que David Copperfield se promenait avec la tête sous le bras

  • J'étais persuadé d'avoir vu ça à la télé au Japon, mais je me trompe peut-être. Etait-ce seulement ce truc-là ?
    https://www.youtube.com/watch?v=rFmlKmEhuv8

  • la TV japonaise passerait-elle des hymnes de Venance Fortunat ?
    je sais que le fils de Bruno Gollnisch est un garçon trés pieux, mais je n'aurais pas pensé qu'il avait tant d'influence
    à moins que Play Boy ait fait croire aux Japonais qu'il s'agit d'une chanson érotique

Écrire un commentaire

Optionnel