Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nativité de la Sainte Vierge

Dans le calendrier byzantin (qui commence le 1er septembre) c’est la première grande fête de l’année, et la première des 12 fêtes principales, parce que c’est l’aurore du salut. L’antienne du Magnificat, dans la liturgie latine, est une exacte traduction du texte du tropaire byzantin.

Voici deux versions d’un autre chant byzantin de la fête, le doxastikon des grandes vêpres (le même chant qui peut durer 4 ou 8 minutes…)

D’abord par le Chœur byzantin d’Agrinio (Grèce) dirigé par Andreas Lanaras. (Les toutes dernières notes ont été très malencontreusement coupées.)

Puis par Evangelos Gkikas (disciple de Théodore Vassilikos), enregistré dans l’église de la Toute-Sainte Manifestée de Larnaca (Chypre). La deuxième partie de la doxologie a été bêtement coupée, sous prétexte que ce n’était plus Gkikas qui chantait. On remarquera les envolées sur thronis (les trônes), ouranous (les cieux) et le dernier Théos (Dieu) où le chantre de l’ison finit par abandonner la partie…

Δόξα Πατρὶ καὶ Υἱῷ καὶ Ἁγίῳ Πνεύματι. (Καὶ νῦν καὶ ἀεὶ καὶ εἰς τοὺς αἰῶνας τῶν αἰώνων. Ἀμήν.)

Σήμερον, ὁ τοῖς νοεροῖς θρόνοις ἐπαναπαυόμενος Θεός, θρόνον ἅγιον ἐπὶ γῆς ἑαυτῷ προητοίμασεν, ὁ στερεώσας ἐν σοφίᾳ τοὺς οὐρανούς, οὐρανὸν ἔμψυχον, ἐν φιλανθρωπίᾳ κατεσκεύασεν· ἐξ ἀκάρπου γὰρ ῥίζης φυτὸν ζωηφόρον, ἐβλάστησεν ἡμῖν τὴν Μητέρα αὐτοῦ, ὁ τῶν θαυμασίων Θεός, καὶ τῶν ἀνελπίστων ἐλπίς, Κύριε δόξα σοι.

Translittération approximative:

Dhóxa Patrí kaí Yió kaí Ayío Pnévmati, (Kaí nýn kaí aeí kaí eis toús aiónas tón aiónon. Amín.)
Símeron, o tís noerís thrónis epanapavómenos Theós, thrónon áyion epí yís eavtó proïtímasen, o stereósas en sophía toús ouranoús, ouranón émpsykhon, en philanthropía kateskévasen: ex akárpou gár rízis phytón zoïphóron, evlástisen imín tín Mitéra avtoú, o tón thavmasíon Theós, kaí tón anelpíston elpís, Kýrie dhóxa si.

Gloire au Père… (Maintenant et toujours…)
En ce jour le Dieu qui repose * sur les trônes spirituels * s'est préparé sur terre un trône saint; * et celui qui établit avec sagesse les cieux * en son amour du genre humain * se ménage un ciel doué de vie; * car d'une racine sans fruit * pour nous les hommes il fait surgir * sa propre Mère comme plante porteuse de la Vie. * Ô Dieu des merveilles, * toi l'espérance des sans-espoir, * Seigneur, gloire à toi.

Commentaires

  • Il n’y a pas beaucoup de sites français où le responsable cite du grec...

Écrire un commentaire

Optionnel