Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une réaction

Celle de l’évêque de Tyler, Texas, Mgr Joseph Strickland :

strickland.jpg

Chers prêtres, diacres, religieux et tous les saints fidèles du diocèse de Tyler,

Une lettre (voir ci-dessous) de Mgr Vigano, ancien nonce aux États-Unis, soulève de graves allégations et appelle à la démission de nombreux prélats de haut rang, dont le pape François.

Soyons clairs, ce sont seulement des allégations, mais en tant que votre pasteur, je les trouve crédibles. De ce fait, la réponse doit être une enquête approfondie comme celle qui est menée chaque fois que des allégations sont jugées crédibles. Je n'ai pas le pouvoir de lancer une telle enquête, mais je prêterai ma voix de toutes les manières nécessaires pour demander cette enquête et que ses conclusions demandent des comptes à tous ceux qui seront jugés coupables, même aux plus hauts niveaux de l'Église.

Alors que cela se déroule, j'exhorte tous les membres du diocèse de Tyler à prier avec ferveur pour la Sainte Église et à demander l'intercession de notre Sainte Mère. Nous sommes le troupeau de Jésus-Christ. Il est le Seigneur de son Église et son Saint-Esprit nous guidera à travers ces ténèbres.

Dieu Tout-Puissant Père, Fils et Esprit aie pitié de ton Eglise et purifie-la dans le feu de ton amour.

Bienheureuse Vierge Marie, priez pour nous
Tous les saints papes et évêques du ciel, priez pour nous
Tous les saints hommes et femmes, priez pour nous

Je demande à tous les prêtres d’inclure cet avis dans les messes le 26 août et de l’afficher immédiatement sur leurs sites Web et autres médias sociaux.

Mgr Joseph E. Strickland
Évêque de Tyler

Commentaires

  • A en juger par cette réaction, l'alternative semblerait être la suivante à cette heure-ci :
    - soit un procès canonique en bonne et due forme du pape François, sur l'initiative de la Curie Romaine ;
    - soit la démission du Souverain Pontife dans les jours à venir, voire même les prochaines heures ( ? ) ...

    A vos chapelets chers amis lecteurs catholiques !
    http://cril17.eu/allons-chercher-macron-avant-le-19-10-2018-20-h-00-au-plus-tard-4

  • où peut-on trouver les règles canoniques d'un procés pour juger le pape ?

  • Je partage votre scepticisme, Théofrède, scepticisme étayé par nombre de citations, de Daniel notamment, auxquelles je me réfère ici en substance : "Jusqu'à la fin la guerre, jusqu'au terme assigné pour le désolateur." "Et sans acte de main il sera brisé." Ou encore (Apocalypse) : "Il sera jeté vivant dans l'étang de feu", ce qui pourrait, selon moi, suggérer la folie.
    Tout cela vise à mon avis celui qui s'active à détruire l'Eglise depuis son sommet.

  • @Stavrolus
    il ne s'agit pas de scepticisme, il s'agit de droit canon
    il est arrivé une fois dans l'histoire de l'Eglise que les cardinaux, pour des motifs sans doute justes, aient déposé un pape et en aient élu un autre; le résultai a été le Grand Schisme d'Occident
    il y avait à l'époque, heureusement, un empereur reconnu par tous, Sigismond, qui a pris les choses en mains et a fait convoquer un concile par un des trois compétiteurs à la papauté, ce qui a interrompu le désordre
    il n'y a plus d'empereur

  • C'est intéressant, car le grand Schisme aura duré moins longtemps que les principes maçonniques n'auront infesté l'Eglise depuis Vatican II, en particulier le nominalisme (liberté religieuse), l'humanisme (œcuménisme) et le relativisme (collégialité). Avec l'Argentin, nous assistons à une sorte d'éjaculation pyrotechnique du contenu délétère de ces principes.

  • Au lieu de chercher à déposer le pape, il vaut mieux travailler sur les antécédents des conclaves de 2005 et 2013.

    Si la démonstration peut être faite que des tractations d'alors ont contrevenu gravement aux règles d'Universi dominici gregis (organisation des conclaves), un certain nombre de gros mafiosi étaient excommuniés "latae sentenciae" (d'office, sans que la sentence soit à prononcer).

    De mémoire, l'absolution de ces fautes-là revient au pape et à lui seul. Impossible donc que Benoît XVI démissionnaire ait absous les tricheurs. (Qui n'ont jamais rien voulu recevoir de lui.)

    Dans ce cas-là, il sera évident que des excommuniés ne pouvaient pas participer au conclave, y voter, accepter d'y être candidat, y être élu.
    Les comploteurs n'étaient ni électeurs ni éligibles.

  • Pour info.

    Ce petit évêché de l'Est du Texas (15 évêchés au total) est l'évêché d'appel de Houston. Pourquoi ? Parce que cet évêque à fait suivre des études de droit canonique à beaucoup de ces prêtres. Il doit estimer que c'est plus utile que la sociologie.

  • En dehors de la déposition d’un pape qui a en effet été à l’origine du Grand Schisme d’Occident, il y a eu au moins un autre cas où un Concile général a « déposé » un pape hérétique. Il est vrai que celui-ci était mort et que cette décision ne pouvait pas avoir pour conséquence la présence simultanée de deux papes, mais c’est un fait qu’Honorius est réputé ne jamais avoir été pape. On peut trouver un exposé de cette affaire dans le « Dictionnaire de théologie catholique », t. VII, col. 96-132, sous le titre « la question d’Honorius » et un résumé de cet article sur le site http://www.correspondanceeuropeenne.eu/2016/01/10/honorius-ier-le-cas-controverse-dun-pape-heretique/.
    Quelques phrases extraites de ce dernier article :
    « Au cœur du pontificat du pape Honorius qui régna de 625 à 638, il y eut la question du monothélisme, dernière des grandes hérésies christologiques. Afin de plaire à l’empereur byzantin Héraclius, désireux d’assurer la paix religieuse au sein de son royaume, le patriarche de Constantinople Sergius chercha un compromis entre l’orthodoxie catholique, selon laquelle il y a en Jésus-Christ deux natures en une seule personne, et l’hérésie monophysite qui attribuait au Christ une seule personne et une seule nature. Ce compromis donna naissance à une nouvelle hérésie, le monothélisme, selon lequel la double nature du Christ était mue dans son action par une unique opération et une unique volonté. »
    [...]
    « La foi catholique fut finalement restaurée par le IIIème Concile de Constantinople, VIème Concile œcuménique de l’Église, qui fut réuni le 7 novembre 680 en présence de l’empereur Constantin IV et des représentants du nouveau pape Agathon (678-681). Le Concile condamna le monothélisme et jeta l’anathème sur tous ceux qui avaient promu et favorisé l’hérésie, incluant dans la condamnation le pape Honorius.
    Lors de la XIIIème session, qui se tint le 28 mars 681, les Pères conciliaires, après avoir proclamé qu’ils voulaient excommunier Sergius, Cyr d’Alexandrie, Pyrrhus, Paul et Pierre, tous patriarches de Constantinople, et l’évêque Théodore de Pharan, affirment : « Avec eux nous sommes d’avis de bannir de la sainte Église de Dieu et d’anathématiser également Honorius, jadis pape de l’ancienne Rome, car nous avons trouvé dans les lettres envoyées par lui à Sergius qu’il a suivi en tout l’opinion de celui-ci et qu’il a sanctionné ses enseignements impies » (Mansi, XI, col. 556). » anathèmes plusieurs fois réitérés, notamment par les 7ème et 8ème Conciles généraux.

  • et concrétement, qu'est ce que cela donnerait ?

  • Où voulons vous aller ?
    Vers la supériorité du Concile sur le Pape ?
    Vers le protestantisme ?
    Vers la République ?
    Vers le sedevacantisme ?
    Quelles que soient les maladresses de François, il reste Pape...et nul n'a le droit de juger le siège de Pierre ...

  • @Roger
    "Quelles que soient les maladresses de François"
    Vous plaisantez? Vous croyez vraiment que ce ne sont que des "maladresses"?
    En effet nous n'avons pas le droit de juger au fors intérieur, mais bien au fors externe comme NS Lui-même a conseillé: "à leurs fruits, vous les reconnaîtrez". Prodigieuse recommandation qui pulvérise tous les scrupules des béni-oui-oui de toutes les époques. Si St Paul vous avait imité nous serions encore de judaïsants pharisiens.
    Le pape est élu pour confirmer ses frères dans la foi, s'il a des "maladresses" qui les portent au scandale et bien, il est du devoir des cardinaux de le reprendre. A-t-il répondu aux "Dubia"?

  • c'est trés beau, tout ça, mais concrétement toute cette agitation n'aboutit à rien, les cardinaux, qui ne sont en fait que des "créatures" du pape, ce que les Orientaux semblent avoir du mal à comprendre, ont fait leur devoir, et puis c'est tout; le pape a parfaitement le droit de ne pas répondre
    le Seigneur est maintenant le seul juge

  • pour en revenir au pape Honorius, sa "condamnation" n'est pas reconnue par l'Eglise; il figure bien sur la liste des papes et est toujours enterré au Vatican, ce qui serait surprenant s'il était hérétique
    le premier concile du Vatican a d'ailleurs constaté que l'Eglise de Rome n'a jamais erré dans la Foi, ce qui condamne implicitement la décision du concile de Constantinople
    de toute façon, d'une part un concile n'est pas supérieur au pape et, d'autre part, ce qu'un concile a fait, un autre peut le défaire
    quant au Dictionnaire de théologie catholique, il n'est pas doué du privilège de l'infaillibilité, et chacun de ses articles ne donne que l'avis de son rédacteur, compliqué encore par l'interprétation qu'en fait le lecteur (ou la lectrice)

Écrire un commentaire

Optionnel