Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un camouflet du V4 à la Commission

A la suite d’un sommet entre les dirigeants du groupe de Visegrád et du chancelier autrichien Sebastian Kurz, Viktor Orbán a déclaré que le V4 et l’Autriche s’accordent sur le fait que l'Europe doit être en mesure de défendre ses propres frontières et la sécurité des citoyens.

Il a également déclaré que les relations entre les Etats membres de l’UE devraient être caractérisées par la coopération et non la confrontation. Il s’ensuit que dans le domaine de l’immigration l’accent doit être mis sur les questions qui permettent d’établir un consensus. Notamment sur la protection des frontières et la nécessité d’établir des camps de « réfugiés » à l’extérieur de l’UE. Les questions qui ne permettent pas d’aboutir à un consensus, comme les systèmes de quotas, ne valent pas l’effort d’être étudiées.

Viktor Orbán a ajouté que les dirigeants des pays du V4 (Pologne, Hongrie, Tchéquie, Slovaquie) ne se rendront pas au « mini-sommet » sur l’immigration dimanche prochain à Bruxelles. Car il incombe au Conseil européen, et non à la Commission européenne, d’organiser des sommets sur ce sujet. (Les dirigeants ont été convoqués par un simple tweet de Jean-Claude Juncker...)

Et le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré : « Le mini-sommet de dimanche est inacceptable, nous n'allons pas y participer, ils veulent réchauffer une ancienne proposition que nous avons déjà refusée. »

Commentaires

  • de toute façon, une réunion des dirigeants des états-membres se fait dans le cadre du conseil

  • Excellente remarque : elle recarde les fonctionnaires et remet les politiques devant leurs responsabilités.

Écrire un commentaire

Optionnel