Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La vie est plus forte

Le marathon judiciaire autour de la vie ou de la mort d’Alfie Evans a commencé en décembre 2016, sept mois après sa naissance. Il s’est théoriquement terminé le 20 avril dernier, quand la Cour suprême britannique a, pour la deuxième fois, donné tort aux parents de l’enfant et raison aux médecins qui voulaient le débrancher pour mettre un terme aux « souffrances » supposées de l’enfant (démenties par ses parents, les photos et les vidéos).

Hier soir à 22h17 l’assistance respiratoire a été supprimée. Compte tenu de son état neurologique et général (y compris cardiaque et d’abord pulmonaire), l’enfant devait mourir en quelques minutes. Or il a commencé à respirer par lui-même. Six heures plus tard, il respirait toujours. Les médecins décidèrent alors de l’hydrater et de lui donner de l’oxygène.

Et un juge de la Cour suprême doit revoir la question en ce moment même…

Hier, Alfie Evans avait obtenu la nationalité italienne, parce que le pape avait fini par s’intéresser à son cas et avait demandé que l’enfant soit transféré à l’hôpital du Bambino Gesu. Mais les autorités britanniques avaient fait la sourde oreille et avaient procédé à l’euthanasie (ratée) de l’enfant sous haute protection policière à l’intérieur et à l’extérieur de l’hôpital.

Sandro Magister rapporte la chronologie ecclésiastique de l’affaire, qui est tout simplement horrible pour notre Eglise.

Le 20 février, le juge de la Cour suprême Anthony Hayden donne raison aux médecins qui veulent tuer Alfie, justifiant son jugement par le passage d’un message ambigu de François à Mgr Paglia, président de l’Académie pontificale « pour » la vie. (Comme par hasard "Justice Hayden" est l'auteur d'un livre intitulé "Les enfants et les familles de même sexe (sic): un guide juridique".)

Le 9 mars, Mgr Paglia donne raison au juge Hayden, authentifiant donc l’interprétation euthanasique du message du pape.

Le 4 avril, François évoque l’affaire dans un tweet qui est un modèle de jésuitisme : « J’espère sincèrement que tout le possible soit fait pour continuer à accompagner avec compassion le petit Alfie Evans… »

Le 13 avril, l’archidiocèse de Liverpool se plaint que les parents d’Alfie et les autorités de l’hôpital n’arrivent pas à « se mettre d’accord sur un programme » pour arrêter la respiration de l’enfant. Il désapprouve les manifestations de soutien à Alfie autour de l’hôpital. Il fait part de l’engagement de l’évêque auxiliaire de Liverpool, Tom William, « aux côtés des médecins » sans rencontrer les parents du petit « qui ne sont pas catholiques ». Sic.

Comme si le fait qu’ils soient ou non catholiques ait un rapport avec la doctrine de l’Eglise. Mais, en outre, le père de l’enfant… est catholique ! Le lendemain, il écrit l’archevêque, Malcom Patrick McMahon, pour lui… rappeler que lui-même… et son fils ! sont baptisés dans l’Eglise catholique, et pour lui demander de l’aide pour « faire sortir notre enfant de Grande-Bretagne afin qu’il soit soigné jusqu’à la fin naturelle de son existence terrestre ». Il n’y aura pas de réponse de l’archevêque. La cruauté ecclésiastique dans toute sa splendeur.

Le 15 avril, François déclare lors du Regina Caeli, de façon moins ambiguë (grâce aux tout derniers mots) :

« Je confie à vos prières les personnes, comme Vincent Lambert en France, comme le petit Alfie Evans en Angleterre et dans d’autres pays qui vivent, parfois depuis longtemps, dans un état de grave infirmité, médicalement assistés pour leurs besoins primaires. Il s’agit de situations délicates, très douloureuses et complexes.  Nous prions pour que chaque patient soit toujours respecté dans sa dignité et traité de manière adaptée à son état, avec l’accord des membres de la famille, des médecins et des autres professionnels de la santé, avec le plus grand respect pour la vie. »

Le lendemain, 16 avril, la cour d’appel rejette le recours des parents, qui tentent aussitôt une dernière démarche auprès de la Cour suprême. Il y a à Liverpool une collaboratrice de La Nuova Bussola, qui contacte à Rome une personne pouvant organiser une entrevue avec le pape.

Le 18 avril à 9h, le père d’Alfie rencontre François à Sainte-Marthe. A l’audience générale, le pape va appeler à prier pour Alfie et les personnes comme lui et il souligne que « le seul maître de la vie, de son commencement à sa fin naturelle, c’est Dieu, et qu’il est de notre devoir de tout faire pour protéger la vie ». Le même jour, le pape demande à la présidente de l’hôpital du Bambino Gesu de tout faire pour accueillir Alfie.

Le même mercredi 18 avril, dans l’après-midi, la Conférence des évêques d’Angleterre et du Pays de Galles « rejette » les « critiques infondées » contre les décisions judiciaires et hospitalières britanniques, tout en prenant note de l’offre de l’hôpital romain, auquel il revient de se débrouiller.

Le 20 avril, la Cour suprême confirme qu’il faut tuer Alfie « dans son propre meilleur intérêt ». Ses parents tentent un ultime recours auprès de la Cour européenne des droits de l’homme, aussitôt balayé.

Le 23 avril, l’enfant est débranché. Le 24 il est vivant.

Voici Alfie branché, juste débranché, et plusieurs heures après…

Screenshot-2018-4-24 Alfie Evans' dad says son's life support is withdrawn - but tot's still breathing.png

nintchdbpict000401071965.jpeg

alfie-notubes.png

Addendum 17h45

Un avion médicalisé est prêt pour emporter Alfie à Rome.

Le juge qui statue est toujours Anthony Hayden...

 

19h

Selon le Sun, le juge demanderait à l'hôpital si l'enfant peut être envoyé chez ses parents. Un médecin aurait dit que ce n'est pas possible à cause des défenseurs d'Alfie qui permettent pas un accès sûr à l'hôpital...

 

25 avril

Le juge a décidé hier soir que l'enfant devait rester à l'hôpital. Les parents font appel. Une cour d'appel de trois juges doit se réunir à 14h.

Commentaires

  • Dans ma région en Afrique, il est coutume de dire, même lorsque la situation est clairement désespérée : "On n'abandonne jamais un poussin tant qu'il couine encore (tant qu'il pousse encore de petits cris) ". Ils seront effarés, mes frères et sœurs d'Afrique de voir ce qui se passe en ce moment au Royaume unis. Même les animaux prennent soins de leurs petits gravement malades. Ils les lèches, leur couvrent de baisers, de soins et d'attentions multiples. C'est carrément cruel et méchant, ce qu'ils sont entrain de faire subir à ce petit enfant en ce moment. C'est une honte pour l'humanité d'être arrivé à ce niveau froideur glacial face à une souffrance innocente. C'est encore plus honteux pour ces responsables religieux de Grande Bretagne de les voir hurler avec les loups au lieu de prendre soins de la brebis malade et fatiguée, comme nous l'enseigne le Christ bon Pasteur. Le pape cependant, même tardivement ou sous la pression populaire, peut importe, a fini par réagir en défendant le plus faible et le plus fragile face à la barbarie des violents. Ses paroles fortes (c'est qu'on attend de lui) ont donné du courage aux hommes politiques italienne d'accorder la nationalité à l'enfant et ont aussi permis à la responsable de l'hôpital bambino de faire le déplacement pour la Grande Bretagne aux fins de récupérer l'enfant. C'est vraiment Incroyable de voir des humains agir de la sorte. C'est consternant de tristesse.

  • Et ça se passe en Angleterre, où vient d'être célébré en grande pompe le tricentenaire de la franc-maçonnerie au Royal Albert Hall.
    Les cérémonies, où le « All Seeing Eye » était particulièrement mis en valeur, étaient
    présidées par le Duc de Kent, cousin de la Reine Elisabeth II et Grand Maître de la Grande Loge Unie d'Angleterre (UGLE)
    duc de Kent.

    https://youtu.be/XuCd0xCVJ-U

    https://youtu.be/50F9906QzII

    En même temps, on nous demande de nous extasier sur le nouveau « royal baby ».

  • Et la première video débute par une séquence sur les extraordinaires œuvres de charité de la "Masonic charitable foundation".

    L'euthanasie pour tous fait partie du programme, que soutiennent les piliers du système que sont la Reine, le Parlement, l'Eglise anglicane et la Grande Loge Unie d'Angleterre.

    Par ailleurs, le petit Alfie est catholique.

  • Que ce soit Vincent Lambert ou le petit Alfie, les "médecins", politiciens, média et autres veulent leur mort afin de faire sauter le verrou moral et légal et de pouvoir liquider toutes les personnes qui sont dans la même situation. Ils peuvent agir en plein jour sous le regard d'un public qui ne comprend pas que la vie vaut la peine d’être vécu même en étant malade et qu'une personne handicapé puis être heureuse. Une société qui accepte la légalisation de l'avortement finie par accepter n’importe quel horreur !
    Que la Très Sainte Vierge Marie qui a le serpent leur vienne en aide !

  • Sur http://benoit-et-moi.fr/2018/actualite/il-faut-prier-pour-alfie.html

    « Pourquoi Bergoglio ne se rend-il pas à Liverpool pour tonner "C'est une honte" comme il l'a fait quand il est allé à Lampedusa ?
    Pourquoi n'appelle-t-il pas la reine pour lui demander son intervention ? Pourquoi ne met-il pas Alfie et sa famille en sécurité comme il l'a fait avec trois familles de réfugiés syriens (musulmans) à Lesbos ? Pourquoi ne leur donne-t-il pas la citoyenneté du Vatican et ne les accueille-t-il pas dans des structures du Vatican comme Pie XII l'a fait avec tant de familles de persécutés pendant la guerre ? Pourquoi ne fait-il pas supprmer pas l'incroyable communiqué de la Conférence épiscopale anglaise qui a également été relancé dans l'Osservatore Romano ?»

    A comparer avec l'énorme battage médiatique au sujet du petit Alan Kurdi, qui a fait l'objet d'une mise en scène médiatique alors qu'il était mort.
    Alfie, lui, est bien vivant. Mais certains ont décidé qu'il devait mourir.

  • - Allo, Zizouille ? C'est Gogoy.
    - Buongiorno, carissimo. Ça avance, la destruction de la grande Babylone ? Vous les mariez quand, les homosexuels ? Moi, ça fait déjà trois ans, je me permets de vous le faire observer.
    - J'essaye d'emballer tout ça, avec le mariage des prêtres, le sacerdoce féminin et la guerre mondiale anti-Assad.
    - Super, mon cher.
    - En revanche, reconnaissez que vous avez merdé, pardon déconné, avec le petit Alfie. Vous auriez pu le finir proprement. Enfin, de quoi ai-je l'air ? Il va falloir que je l'accueille à Moulinsart, avec son rallye. J'ai autre chose à fout..., pardon à faire. Faut que je m'occupe des migrants, bordel de m. ! des migrants ! Tu peux peut-être le comprendre, espèce de vieille bique ésotérique enjuivée !
    - T'en fais pas, coco. On va pas te l'envoyer, le morpion : le MI6 s'occupe de tout. Concentre-toi sur le boulot : destruction de l'Eglise, promotion des homosexuels et accueil des métèques pseudo-syriens. N'oublie pas de rappeler à l'engeance catho qu'Assad est l'ennemi public n°1 de l'humanité. Tu seras décoré de l'ordre de la Jarretière et de la jaquette flottante.
    - Merci, ma petite reine. Je te baise les arpions et j'espère te voir à la prochaine sauterie Domino's pizza.
    Sure, my little pope. Goodbye and God bless you.

  • Donc François intervient enfin pour tenter de sauver Alfie. Puisqu'il semble commencer à s'intéresser à des cas douloureux il pourrait intervenir aussi auprès du président du Pakistan pour sauver la chrétienne condamnée à mort dont la Cour Suprême du Pakistan va examiner le recours le 27 avril.
    La Fédération Pro-Europa Christiana a lancé une pétition à ce sujet, Si une démarche diplomatique le gêne, François pourrait simplement signer aussi la pétition pour tenter de sauver Asia Bibi , ce ne serait pas mal non plus de sa part.
    Il est vrai qu'elle pourrait se sauver elle-même: il lui suffirait de se convertir à l'islam. Alfie et ses parents n'ont même pas ce dernier moyen.
    Ces deux cas très différents, Alfie et Bibi, sont intéressants pour savoir qui est vraiment François.

  • Acharnement euthanasique particulièrement suspect.
    Serait-il également question, en arrière plan, de prélèvement d'organes ?

    Sur cette article on voit une photo de l'enfant hospitalisé où on peut se demander s'il n'y a pas de graves négligences, voire de la maltraitance.
    http://benoit-et-moi.fr/2018/actualite/il-faut-prier-pour-alfie.html

  • J'ai téléphoné à l'embassade du Royaume Uni à Paris pour faire part de mon indignation à l'ambassadeur.
    Tous les lecteurs de ce blog pourraîent faire la même chose.
    Ca prend 5 Minutes, la réceptionniste est francophone et très aimable.
    0144513100

  • Le recours en appel des parents a été refusé.
    Vous pouvez aussi envoyer un courriel au
    UK General Medical Council
    gmc@gmc-uk.org
    Mais leurs boîtes et lignes téléphoniques sont saturées, et ce sont des sourds volontaires. Quand on obéit à Satan, c'est à 100 %. Ce sera une guerre à mort contre ces monstres.

Écrire un commentaire

Optionnel