Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Encore Horst Seehofer

Le ministre de l’Intérieur allemand Horst Seehofer a encore déclenché une polémique, dimanche, deux jours après la précédente, cinq jours après sa nomination…

Il a déclaré dans une interview à l’édition du dimanche de Die Welt que les contrôles aux frontières de l’Allemagne doivent se poursuivre et même être renforcés, tant que l’UE ne sera pas en mesure de contrôler efficacement ses frontières extérieures. « Et je ne vois pas qu’elle y réussisse dans un avenir prévisible. »

D’autre part il demande que soient nommés davantage de juges administratifs pour accélérer les expulsions des demandeurs d’asile déboutés. Et il veut identifier « tous les obstacles à l’expulsion ».

Enfin, concernant les pays de l’est qui refusent d’accueillir des « réfugiés », il accuse la Commission européenne d’avoir une attitude contre-productive en leur « faisant la leçon ».

Si le mépris affiché de Seehofer pour les règles de l’espace Schengen fait grincer ici ou là, c’est surtout sa mise en cause de la Commission européenne qui a fait réagir, car c’est un crime de lèse-majesté. On ne veut même pas entendre qu’il a ajouté : « Si nous continuons à négocier patiemment, nous gagnerons une bonne partie des pays pour la répartition des réfugiés. » Mais, s’apercevant sans doute qu’il s’avançait de façon quelque peu inconsidérée, il a poursuivi : « « Une autre partie des pays participera d’autres façons, par exemple par l’envoi d’agents aux frontières ou d’argent pour la sécurité des frontières communes »…

Commentaires

  • Le côté comique de l'histoire c'est que c'est la commission européenne qui impose à chaque pays membre ce Grand Remplacement de population. Si on y est contre, on fait comme les Anglais, on demande d'en sortir. Ce que ne fait pas Horst Seehofer. On est en Allemagne comme en Grèce avec Tsipras ou comme en France avec Le Pen. On crie fort, mais continue à rentrer dans le rang dès qu'il n'y a plus d'élections.

  • Faiblesse de votre conclusion, Atlas : l'élection vient de passer et la prochaine est dans plus de 4 ans...

Écrire un commentaire

Optionnel