Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ce que disait Benoît XVI

Le Vatican a fini par publier l’intégralité de la lettre de Benoît XVI. En se défendant de toute censure. Ben voyons… Quand on voit ce qu’il y a dans le long paragraphe passé sous silence et caché par les brochures…

9m8lefr8cdncok1okjt35x37fok1okjt35x3a.jpeg

 

Soit dit en passant, je voudrais signaler ma surprise, concernant la présence parmi les auteurs du Professeur Hünermann, qui durant mon pontificat a été à l'origine d'initiatives opposées à la papauté. Il a joué un rôle de premier plan dans la publication de la “Kölner Erklärung” (la Déclaration de Cologne), qui, en relation avec l'encyclique “Veritatis splendor” a attaqué avec virulence l'autorité magistérielle du pape, spécialement sur des questions de théologie morale. De même le “Europaische Theologengesellschaft” qu'il a fondé, s'est initialement illustré comme une organisation en opposition au magistère pontifical. Par la suite, le sentiment ecclésial de nombreux théologiens a mis obstacle à cette orientation, transformant cette organisation en un instrument normal de rencontre entre théologiens.

(traduction trouvée sur le Forum catholique)

Et la dernière phrase aussi avait été censurée. Benoît XVI dit : "Je suis sûr que vous comprendrez mon refus."

Addendum

Selon Jean-Marie Guénois (Le Figaro), le texte de la lettre a été publié intégralement sur demande de Benoît XVI.

Commentaires

  • Voilà que tout à coup la lettre, d'abord destinée à faire un brillant théologien de Bergoglio (lui qui ne connaît même pas son catéchisme, je veux dire le précepte qui interdit de communier en état de péché mortel), se transforme en brûlot nitroglycériné façon Tontons flingueurs. Excusez-moi, mais je n'y crois pas davantage... On va sûrement s'apercevoir que la souris a accouché d'une grosse farce, qui justifiera la lutte anti-"fake news" du président McRon.

  • Je ne comprends pas comment vous pouvez « ne pas y croire ». Le Vatican a publié la lettre complète, il ne s’agit pas d’y croire ou de ne pas y croire.

  • S'il faut admettre que la lettre publiée est bien du Pape émérite, alors on va s'apercevoir que les trois lignes où Benoit XVI fait l'éloge de son successeur ("Les petits volumes montrent à raison que le Pape François est un homme d’une profonde formation philosophique de théologique") ont été ajoutées par le Vatican.
    Ces trois lignes sont en contradiction avec la suite de la lettre ("Malheureusement, [...] je ne suis pas capable de lire les onze petits volumes dans un proche avenir..."), avec la sécheresse de la critique du Professeur Hünermann et avec la froideur de la formule de politesse qui clôt la missive. De plus, la plate hypocrisie de l'éloge est indigne de l'intelligence de Joseph Ratzinger.

  • Le Vatican a maintenant publié officiellement la lettre complète qui contient (1) les 3 lignes d'hommage ironique; (2) le refus poli de lire les livres et (3) l'aparté sur le caractère scandaleux et ridicule de faire écrire un panégyrique du Souverain Pontife par un opposant à l'autorité pontificale. Il n'y a plus à spéculer sur le contenu de la lettre, le contenu est connu et il est accablant pour les laquais de François, pas tant à cause du contenu lui-même mais à cause du fait que ces laquais ont cru que c'était une bonne idée de publier les 20% de "positif" et de croire qu'en 2018 Twitter ne remarquerait pas que 80% (négatif) du contenu de la lettre était caché.
    Si maintenant on apprend en plus que les laquais ont publié "officiellement" une lettre "complète" qui a été réécrite, on entrerait dans une autre dimension, ce serait le pire scandale pontifical depuis Lucrèce Borgia. Mais je n'y crois pas.

  • Ça Vatican c'est vraiment le royaume du Père Ubu
    Effrayant

  • Bonsoir et merci,

    "Kölner Erklärung" : Déclaration de Cologne :

    https://de.wikipedia.org/wiki/Kölner_Erklärung_(1989)

    " Le mémorandum intitulé «Contre l'incapacité - pour une catholicité ouverte» , appelé la Déclaration de Cologne , a été publié le 6 janvier 1989. Il est le plus connu du selon son lieu de publication Cologne nommé les explications de Cologne.

    Elle critique ce qu'elle considère être le style autoritaire de Jean-Paul II et son comportement concernant l'octroi du permis d'enseigner de l'église ( Missio canonica ).

    Il a été signé par plus de 220 professeurs de théologie catholique (d'Allemagne, d'Autriche, de Suisse et des Pays-Bas) jusqu'en mai 1989; plus tard, plus de 700 théologiens l'ont fait dans le monde entier.

    Les signataires comprenaient Franz Böckle , John Brosseder , Peter Eicher , Heinrich Fries , Ottmar Fuchs , Norbert Greinacher , John Gründel , Bernhard Haering , Friedhelm Hengsbach , Peter Hünermann , Hans Kung , Norbert Mette , Johann Baptist Metz, Dietmar Mieth , Hermann Stenger , Knut Walf , Jürgen Werbick et Hans Zirker . "

    C'est grâce à cette Déclaration que j'ai compris, à cette époque-là, que certains théologiens étaient foncièrement attachés à l'interprétation "rupturiste" du Concile Vatican II, et souhaitaient vivement s'opposer, à la fin des années 1980, à la poursuite du recentrage, par Jean-Paul II, dans les années 1990.

    Il n'est donc pas du tout anecdotique que Benoît XVI s'exprime comme il le fait, dans ce dernière paragraphe de cette lettre.

    Aujourd'hui comme hier, la question est de savoir pourquoi tant de théologiens catholiques tiennent particulièrement à ce que les catholiques soient, non avant tout catholiques, mais avant tout "adaptés" à l'esprit du monde et "ouverts" sur l'esprit du monde.

    Bonne soirée.

    A Z

  • @AZ
    ""Aujourd'hui comme hier, la question est de savoir pourquoi tant de théologiens catholiques tiennent particulièrement à ce que les catholiques soient, non avant tout catholiques, mais avant tout "adaptés" à l'esprit du monde et "ouverts" sur l'esprit du monde. "
    Pardi parce que ces théologiens ne sont pas catholiques. Le plus grotesque étant Hans Kung qui sévit tel un nouveau Luther depuis des décennies.
    Décidément l'université de Tübingen est un repaire d'hérétiques.

  • L'esprit du monde est celui de la chair, in fine du démon, prince de ce monde.

    S'adapter à l'esprit du monde c'est se placer du côté des ennemis du Christ. Ces théologiens sont des adeptes de l'antichrist, leur rôle est de leurrer les brebis.

    Dans la mesure où ils sentent mauvais, l'odeur de la pourriture du monde. ceux qui les suivent deviennent des ennemis du Christ mais n'ont pas d'excuses s'ils ne se repentent.

  • Il était donc bien, particulièrement indécent, de demander cette "synthèse" à Benoît XVI.
    Et particulièrement manipulateur d'en faire cette présentation "comme d'une continuité" entre Bergoglio et son prédécesseur.

    Dirigée par des "politichiens" pareils, c'est pas demain que l'Eglise reprendra de belles couleurs.

  • Si vous n'avez pas un démenti de Ganswein ou du Vatican d'ici huit jours, je fais comme Laurel et Hardy dans Way out West : je mange mon chapeau.

  • Étant donné que le Vatican a officiellement confirmé qu’il s’agissait bien du contenu complet de la lettre, si maintenant les mêmes publient un démenti il y aura de quoi s’interroger sur leur santé mentale.

  • C'est énorme! L'arroseur arrosé. Non seulement BXVI refuse d'appuyer une apologie d'Imbroglio, pardon, de Bergoglio, mais en plus il rappelle juste qui est Hünermann et sa fronde contre Veritatis Splendor! C'est du grand Ratzinger que Vigano, piteux, est obligé de rendre compte: la Splendeur de la Vérité!

  • Ainsi, les clercs relativistes comptaient manipuler le "sens de l'Eglise" de BXVI à leur profit. Mais son "sens de l'Eglise" ne pouvait pas aller contre la vérité. Impossible pour Ratzinger! Son "sens de l'Eglise" a consisté à bien préciser sur l'enveloppe que sa réponse était confidentielle (cf Sandro Magister). La publication partielle par Vigano et ce qui a suivi avec les journalistes est un bel hommage à l'Esprit Saint, l'Esprit de Vérité, Celui Qui "ruse avec le pervers" (Psaume 17).

  • La discrétion aurait été de ne pas lire la lettre, car maintenant on a DEFORME le contenu de la lettre. Ou et le respect ici pour le pape émérite Benoit XVI,

    Mgr. Vigoano devrait démissionné

    « La vérité vous rendra libres » (Jn 8, 32).
    Fausses nouvelles et journalisme de paix
    http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/messages/communications/documents/papa-francesco_20180124_messaggio-comunicazioni-sociali.html

    https://www.rkdocumenten.nl/rkdocs/index.php?mi=680&nws=4143

    Ce n’ait vraiment pas honnête envers le pape émérite benoit XVI

Écrire un commentaire

Optionnel