Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mission accomplie…

Le candidat très à droite et très pro-vie Roy Moore a perdu l’élection sénatoriale de l’Alabama face au candidat très à gauche et militant de la culture de mort Doug Jones.

Pour empêcher Roy Moore d’être élu on avait monté une campagne contre lui autour d’un « harcèlement sexuel » dont il aurait été coupable il y a 30 ans. On avait ensuite trouvé trois autres femmes, puis quatre autres, qui dénonçaient des gestes déplacés de Roy Moore toujours il y a une trentaine d’année.

Selon les observateurs cela n’a pas été un élément majeur de la défaite de Moore. Mais il suffisait d’une efficacité à la marge, dans un scrutin disputé où Roy Moore ne faisait pas l’unanimité à droite parce que trop à droite. Or Roy Moore a perdu de 20.000 voix, dans un Etat où il y a 3 millions d’électeurs.

Le résultat est que la majorité républicaine au Sénat devient très fragile, à 51-49.

La presse anti-Trump (pléonasme) triomphe évidemment. Mais dans moins d’un an il y aura les élections de renouvellement d’un tiers du Sénat. Et sur les 13 Etats où l’on considère que l’élection sera disputée, 11 ont un sénateur sortant démocrate.

Commentaires

  • Et des Républicains sont anti-Trump, par exemple McCain. Ils risquent de bloquer ses réformes.
    Déjà sur l'immigration, et les mineurs clandestins...
    Sans parler de la bêtise de la division sur l'ObamaCare.

  • Exact, il y a trois sénateurs se disant républicains qui s'opposent systématiquement aux réformes de Trump. Et Soros a largement arrosé Doug Jones comme champion promoteur de la culture de mort tous azimuts qu'il est devenu.
    Et le Vatican invite les créatures de Soros comme Jeffrey Sachs et Ban Ki-Moon aux conférences de ses académies. Etonnons-nous que tout aille mal.

Écrire un commentaire

Optionnel