Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De recul en recul

dsc01418.jpg

Photo de la messe d’installation d’une nouvelle « équipe pastorale », dans une église de Marseille, « présidée » par Mgr Pontier.

Il n’est plus question, bien sûr, de célébrer la messe au maître autel. Et l’on a installé un autel permettant de célébrer la messe « face au peuple ».

Mais cet autel est encore beaucoup trop digne et fait trop référence au sacré. Alors on a mis… une table devant. Pour être plus proche du peuple. Et pas en haut des marches, comme si les prêtres étaient supérieurs aux fidèles…

Sans considérer qu’en faisant ainsi les fidèles qui ne sont pas dans les premiers rangs ne voient rien…

Comme se le demande Perepiscopus, on verra bientôt l’autel au milieu du peuple, et à force de reculer, derrière le peuple : la messe face au dos du peuple…

 

N.B. Je vois aux commentaires que mon intention n'a pas été comprise. Je suis assez vieux pour savoir qu'il y a longtemps qu'on célèbre des "messes" au plus près des gens, voire parmi les gens, et tous en rond, etc. Ce qui m'a frappé dans la photo est le fait qu'on a d'abord abandonné le maître autel pour un autel qu'on a placé devant, puis qu'on abandonne cet autel pour une table qui est encore devant, et il n'y a pas de raison que ça s'arrête... C'est l'impression visuelle, c'est tout.

Enregistrer

Commentaires

  • 'Perepiscopus' est en retard : à Saint-Ignace (église du XIX° siècle réaménagée régulièrement), près du Bon Marché, à Paris, ou encore à Saint-François de Molitor, église récente dans le XVI° arrondissement, l'autel - enfin le cube - est en bas et au milieu d'un cercle formé par les gradins où se tiennent les fidèles. Comme si c'était la piste d'un cirque...

  • "Il n’est plus question, bien sûr, de célébrer la messe au maître autel."
    Je dirais même plus : il n'est plus POSSIBLE de le faire, car cet autel semble avoir été détaché du tabernacle pour que l'on puisse y célébrer face au peuple. Cela s'est beaucoup fait en Italie.

  • Cela dit... Relativisons.

    Pensez-vous que S. Pierre ou S. Paul se souciaient de célébrer l'Eucharistie sur un niveau de trois marches au-dessus des fidèles ?...
    Célébraient-ils dos au peuple ?

  • Dites, Dranem : y avait pas une "ch'tite" persécution du temps desdits saints Apôtres ? Ça relativise votre argument, ça, non ?

    Monseigneur de Marseille est loin de ce genre de "désagrément" !

  • l'autel au milieu c'est déjà le cas à saint merri à paris. a fuir...

  • Mouvement liturgique ? :

    http://jevoro.over-blog.com/article-mouvement-liturgique-38186266.html

  • Bravo. Et donc déjà vu en 1990...

  • Il est temps de se réveiller : l'Eglise va vers des temps de retour aux catacombes et de vie clandestine sous le feu des persécutions à venir.

    La Providence dispose tout, peu à peu, imperceptiblement.

    De là le Concile.
    De là la descente de la sedia.
    De là l'abandon de la tiare.
    De là l'abandon de la soutane.
    De là, le délabrement progressif des églises majestueuses.
    De là leur abandon progressif.
    De là, la descente du maître-autel.
    Etc.

    Dans des temps futurs de terreur, les fidèles apeurés se serreront, l'oreille aux aguets, autour du prêtre et autour d'un autel de fortune, où la l'Eucharistie sera célébrée en un temps minimal et inquiet.

    Les mille ans de règne "matériel" du Christ en ce monde, dont parlent le chapitre 20 de l'Apocalypse, ont effectivement eu lieu et correspondent à peu près aux mille ans qu'a duré la Chrétienté occidentale triomphante, depuis le début du lumineux et magnifique Moyen Âge chrétiens jusqu'aux temps modernes. Après quoi, la déchristianisation apostate commence, et celle-ci ira et s'aggravera jusqu'au retour du Christ.

    Nous sommes dans les temps de cette déchristianisation apostate, encore pourtant à ses débuts, laquelle fera plus tard le lit des persécutions. La prophétie de l'Apocalypse s'est accomplie à la lettre : "Le dragon, le serpent antique, qui est le diable, Satan, fut enchaîné pour mille ans. (...). Une fois écoulés, il DOIT être délié pour un peu de temps." Et nous y sommes.

    Il faut donc s'éloigner des petites contingences. Il faut prendre du recul pour pouvoir embrasser les grandes lignes qui se mettent peu à peu en place.

    Oui, la messe de S. Pie V, correspondant à l'apogée de la Chrétienté triomphante, n'a DÉFINITIVEMENT plus lieu d'être, ainsi que tout ce qu'elle impliquait autour d'elle. Elle est désormais un non-sens anachronique, vu l'époque. "Observer les signes des temps". Elle est même devenue, en ces temps-là, un anachronisme dangereux. Attention au symbole de la femme de Lot. Têtue, elle se retourna une fois en arrière, et elle se figea en une statue de sel.

    Réfugié dans les catacombes, le Pape Sixte II célébrait l'Eucharistie dans une salle en sous-sol, sans lumière du jour, entouré de fidèles. Se soucièrent-ils que l'autel fût surélevé de trois marches ?... Se soucièrent-ils si le Pape tournait le dos aux fidèles ou bien si les fidèles l'entouraient ?... Toujours est-ils que soudain les persécuteurs dévalèrent au milieu d'eux, sur une dénonciation. Et le Pape fut égorgé et décapité, assis sur son siège.

    Le traditionalisme, toujours anachronique, tue le traditionaliste et le fige en statue de sel. Autre est la Tradition. Le malheur du traditionaliste est de prendre le traditionalisme anachronique pour la Tradition.

  • Alexandre : "Dites, Dranem : y avait pas une "ch'tite" persécution du temps desdits saints Apôtres ? Ça relativise votre argument, ça, non ?

    Monseigneur de Marseille est loin de ce genre de "désagrément" !"

    ___________________________________

    Oui, Alexandre. Nous n'y sommes pas encore, mais la Providence dispose tout et y prépare, imperceptiblement.

    On ne peut descendre tout d'un coup du maître-autel splendide de la Chrétienté triomphante __ qui n'est plus __ dans les sombres lieux de la vie de catacombe. Nous sommes aujourd'hui en des temps intermédiaires.

    _________________________________

    Je profite de ce post pour corriger (en majuscules) quelques fautes d'inadvertance dans un paragraphe de mon précédent post :

    "Les mille ans de règne "matériel" du Christ en ce monde, dont parlE le chapitre 20 de l'Apocalypse, ont effectivement eu lieu et correspondent à peu près aux mille ans qu'a duré la Chrétienté occidentale triomphante, depuis le début du lumineux et magnifique Moyen Âge chrétieN jusqu'aux temps modernes. Après quoi, la déchristianisation apostate commence, et celle-ci ira et s'aggravera jusqu'au retour du Christ."

  • « Sans considérer qu’en faisant ainsi les fidèles qui ne sont pas dans les premiers rangs ne voient rien… » Au final il y aura plus de prêtres que de fidèles voir le nombre vraiment faible de fidèles. Ce sera au final dix prêtres pour un fidèle, la messe se fera alors dans l'autre sens. Par le fidèle vers les prêtres c'est la tendance il me semble de «Aggiornamento» conciliaire par la parrêsia du discernement personnel qui confirmera la foi du prêtre et non l'inverse.

  • Autel= "alta res", chose en hauteur. Jonction Terre-Ciel
    http://www.sombreval.com/Le-Symbolisme-mystique-de-l-Autel_a661.html
    Ces modernistes nous montrent symboliquement que nous régressons vers la religion "talmudique" adultération de la religion mosaïque. L'autel était à ras de terre, après la rédemption il est est 3 marches au-dessus.
    @ dranem
    "Se soucièrent-ils que l'autel fût surélevé de trois marches ?"
    Qu'en savez-vous? Il avait déjà son siège-cathèdre, pourquoi pas un autel surélevé?
    Dès l'édit de Constantin et le don à l'Eglise de basiliques romaines, celles-ci avaient leur autel surélevé. Et le tombeau de St Pierre qui servait d'autel était surélevé par rapport au niveau de la basilique primitive. Cela gêne beaucoup les protestants qui nient que le tombeau de St Pierre soit situé là.

  • Je pense vraiment que c'est en raison du nombre de concélébrant que cette disposition a été adoptée. Il n'y a aucun lecteur à Marseille, qui sache comment on célèbre habituellement?

  • Désolé de vous décevoir mais PON...machin est un protestant luthérien à tendance communiste, rien à voir grand chose avec un Archevêque Catholique.
    Quand l'on sait que ce personnage a laissé partir de Marseille le trésor spirituel qu'est la congrégation des Victimes du Sacre Coeur de NSJC, monastère ou l'adoration du Saint-Sacrement est ininterrompue chez elles depuis 1838 !!!

    Nous pouvons simplement remercier le ciel qu'il soit si âgé, lui fermant ainsi le siège métropolitain de Paris ........ Siège pour qui il convient de prier en urgence. Les hordes ennemis de NSJC et de la sainte Eglise manoeuvrent ..............

  • L'autel au milieux du " peuple " a déjà été expérimenté. A Saint Sulpice à Paris, ou l'auto était disposé au centre de la nef et les chaises disposées en cercle autour.
    Ce n'est pas si vieux que cela, à peine une petite dizaine. Monsieur Pontier a donc une bonne longueur de retard !!!!!

    Di néo protestantisme, ces personnages ont des destructeurs tout simplement. Il n'y a plus de catholiques, seulement 82 malheureuses ordinations sacerdotales pour le pays tout entier, et comme le dirait un ami : les conneries continuent !!!!

  • Perepiscopus ne sous-entendait pas que l'autel irait au fond de l'église, mais que les fidèles tourneraient casaque...

  • Le principal objectif de Luther était la destruction de la messe catholique, et j'ai comme l'impression qu'il a atteint et même dépassé, son but à un point tel que Cinq cents ans après la publication de ses 95 thèses,
    le pape lui rende hommage...
    Constatons que Bergoglio-super-Christ sait tendre l'autre joue à son ennemi, il pardonne à Luther qui considérait que "le pape est la m...e que le diable avait ch,é dans l'église".
    La messe est dite... tirez la chasse.

Écrire un commentaire

Optionnel