Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les bons conseils de l’archevêque de Berlin

Sur le site internet de l’archevêché de Berlin est apparue une page intitulée « Conseils pratiques pour l’utilisation de méthodes dans le travail pédagogique sexuel avec les groupes de jeunes » (sic).

Naturellement, il est nécessaire d’éliminer les « tabous », les « préjugés », les « stéréotypes », y compris sur l’homosexualité ou la masturbation, tout en cherchant à résoudre la « tension » entre ces comportements, qui relèvent de l’identité de la personne, et la (lamentable) doctrine « officielle » de l’Eglise.

Les Conseils pratiques répondent à la question : « Quand est-il normal d’avoir des relations sexuelles ? »

Et la réponse n’est pas simple…

L’archevêché aborde donc toute une série de scénarios.

Ainsi le scénario 2 est celui d’un homme de 22 ans qui veut coucher avec une fille de 15 ans. Est-ce possible ? Réponse de l’archevêché catholique de Berlin : « En principe les personnes majeures peuvent coucher avec des mineurs, à condition qu’il s’agisse d’un acte sexuel consenti. Cela devient difficile, cependant, si l’acte sexuel est contraint. »

Scénario 5. « Laura, 15 ans, aimerait coucher avec son petit ami et envisage divers contraceptifs. » Mais elle a peur que ses parents le découvrent. L’archidiocèse catholique de Berlin déclare que, puisque Laura a moins de 16 ans, son médecin peut informer ses parents qu’elle veut des contraceptifs oraux. Cependant, Laura peut « essayer de convaincre le médecin qu’elle est assez mature pour prendre la décision ».

L’archidiocèse catholique de Berlin ajoute que « pour les moins de 14 ans il sera difficile d’obtenir une ordonnance pour des contraceptifs car les rapports sexuels pour les moins de 14 ans sont interdits par la loi ». Qu’à cela ne tienne, cependant, dit l’archidiocèse catholique de Berlin en s’adressant directement au gamin ou à la gamine : « « Les adolescents peuvent acheter des contraceptifs en vente libre comme les préservatifs et les diaphragmes dans n’importe quelle pharmacie. Si tu es gêné de les demander dans une pharmacie, tu peux les acheter de façon anonyme au supermarché. »

Scénario 6. Milena a une « grossesse non désirée ». Après quelques considérations, l’archevêché catholique de Berlin déclare : « Dans un contexte de grossesse conflictuelle, on peut donner des conseils à Milena sur la possibilité d’un avortement ». « Même les filles de moins de 18 ans ont l’opportunité en principe de pouvoir interrompre leur grossesse sans sanction au cours des douze premières semaines. » « Lors de la consultation, le père de l’enfant à naître ou même ses parents [les parents de Milena] peuvent être présents si elle le souhaite. Quoi que Milena décide, elle doit obtenir un conseil et le droit à un soutien psychologique. »

D’autres scénarios évoquent des relations lesbiennes (avec une mineure) ou un garçon qui veut consulter sur une maladie vénérienne sans que ses parents le sachent. Chaque fois ils sont dans le cadre des « droits » des mineurs.

Il y a eu une protestation de catholiques sur le scénario 6. Seulement celui-là. Parce que, quand même, on y voit un archidiocèse catholique faire ouvertement l’apologie de l’avortement.

Alors l’archevêché catholique de Berlin a consenti à ajouter un paragraphe au scénario 6, disant qu’il est « difficile » d’enseigner ce que dit la loi en étant « complètement détaché des questions morales », et que le « contexte ecclésiastique » « offre le thème de la “protection de la vie” ». Sic.

Voilà qui « clarifie », a dit l’archevêque, Mgr Heiner Koch, le fait que les valeurs chrétiennes doivent être enseignées en même temps que les « conseils ». Et l’on a même ajouté, figurez-vous, pour faire plaisir aux rigides pharisiens pélagiens racornis dans leur doctrine d’un autre âge, qu’on ne doit pas faire pression sur les jeunes filles pour qu’elles avortent.

Fabuleux…

(Il est clair que cette page du site de l’archidiocèse a été rédigée par des détraqués sexuels pédophiles, et que s’il y avait une justice en Allemagne ils seraient poursuivis, d’autant qu’ils donnent ouvertement des conseils illégaux.)

Commentaires

  • Bonjour,

    Comme dit Thibaud Collin dans cet article (Deuxième article http://www.diakonos.be/settimo-cielo/les-dubia-sont-plus-vivants-que-jamais-et-le-cardinal-muller-en-ajoute-un-de-son-cru/)

    « La casuistique, officiellement si décriée aujourd’hui, ne s’est jamais aussi bien portée. Et il y a fort à parier que même la béatification de Pascal ne changera rien à l’affaire! »

  • La détraqué est Rebekka Schuppert - d'apres les informations du PDF publié par le diocèse.

    http://www.bdkj-berlin.de/ueber-uns/background/nelli-bohm/

  • @K, merci pour cette information. Mgr Koch est le Barbarin allemand: musulman avec les musulmans, pro-vie avec les pro-vie (il avait envoyé un mot de soutien aux organisateurs de la marche pour la vie à Berlin en septembre), pro-mort avec les pro-mort. Bref, une girouette inconsistante qui laisse diriger son diocèse par les ennemis de l'Eglise, comme cette folle de Rebekka Schupert. Pourtant, il devrait savoir que c'est lui qui rendra compte des âmes qui lui ont été confiées.

  • C'est inimaginable! S'agit-il d'un rappel (même pas exact) de la loi allemande ou de conseils aux jeunes catholiques?
    L'archevêque ne contrôle même pas ce qu'on écrit sur le site de l'archevêché? Approuve-t-il ces conseils? Tout ceci est à éclaircir.
    En tout cas, personne n'aurait osé écrire de pareilles inepties sur un site officiel catholique au temps de Benoît XVI ; ce qui montre que l'actuel pontificat génère un esprit de laxisme difficile à contenir.

  • A peine croyable.

    Et c'est cette soi-disant Eglise catholique en Allemagne qui donne le "la"...

  • Cet archevêque ? me semble avoir plus de connaissances en gynécologie qu'en enseignement religieux....A fuir....

  • Ah ouais, sympa. Ça me rappelle furieusement la devinette de carabin qu'on sortait à l'Université : pourquoi met-on du sparadrap autour des hamsters ? Je ne donne pas la réponse, que tout le monde connaît.

  • vous me voyez navré : je n'ai jamais été carabin et ne connais pas cette réponse
    pourriez-vous la donner ?

  • Finalement, j'en suis presque à être convaincu que la pauvreté de l'église de France est plus un bien qu'un mal !!!!

  • Quelqu'un peut-il donner le lien du document en question en allemand ? Merci.

  • @Bertrand
    ce lien est en pdf à enregistrer sur le document cité par Y Daoudal de Lifesitenews au mot "posted"

    www.katholisches-netzwerk-kinderschutz.de/fileadmin/user_mount/PDF-Dateien/Seelsorge/KNK/2017KNKPraxistippsf%C3%BCrdenEinsatzvonMethoden.pdf

    Il faut être un peu plus entreprenant et pas attendre qu'on vous apporte tout sur un plateau

  • Ouf le mot partouze n’apparaît pas !
    Normal, il s'agit d'un document catholique.

  • Cela saute aux yeux partout et en tout, il y a désormais deux camps de catholiques et, par extension, de chrétiens :
    1. Ceux qui ne croient pas du tout que nous sommes dans les derniers temps, dans les temps du second Avènement du Seigneur Christ Jésus, dans la fin des temps antichrétiens. Ils ne connaissent et ne reconnaissent rien du tout des innombrables causes qui génèrent la grande apostasie et cette fin des temps. Et bien sûr, dans cette ignorance, cette inconscience et cette insouciance, ils ne savent pas ce qu’il faut faire ni ce qu’il ne faut pas faire pour empêcher ces causes de proliférer et d’aggraver leur dévastation, ils n’en dénoncent rien et ne s’y opposent en rien. Ainsi, s’assimilent-ils au nombre de ceux qui génèrent cette grande apostasie au dénouement apocalyptique inexorable et très proche.
    2. Ceux qui croient fermement que nous sommes dans les derniers temps et qui fondent leur raison précisément sur les innombrables causes d’apostasies qu’ils connaissent et reconnaissent. Ils savent évidement ce qu’il faut faire et ne pas faire pour empêcher ces causes de proliférer. Et on a beau les traiter d’élitistes, de sectaires ou d’intégristes, ils sont ceux qui ne contribuent pas du tout à générer cette grande apostasie au dénouement apocalyptique inexorable et très proche.
    Au sommet de l’Eglise, il y a Jorge Bergoglio et ses lieutenants qui, bien sûr, ne croient pas du tout non plus que nous sommes dans les derniers temps, sans quoi ils n’auraient pas entrepris leurs œuvres dévastatrices sachant bien qu’elles seraient vouées à l’échec. Et c’est précisément parce qu’ils n’en croient rien que cela s’accomplit. Mais surtout, tous ces gens là savent très bien :
    1. que le grand nombre des baptisés ne croit pas du tout que nous sommes dans les temps derniers, et s’en moque éperdument même s’il en entend parler,
    2. qu’en règle générale, le dégoût que peut susciter l’immoralité du monde est beaucoup moins grand que la crainte de perdre les privilèges, le bien être et la jouissance que confère l’opulence et qu’un dénouement apocalyptique pourrait leur enlever.
    3. qu’il n’y a donc vraiment qu’un très petit nombre qui pourrait croire en cette fin des temps,
    4. que ce petit nombre ne peut qu’être rapidement tourné en dérision, piétiné par la puissance du grand nombre, refoulé aux frontières de la déraison, comme au temps de Noé,
    Ainsi, tous ces gens-là sont ils convaincus de pouvoir agir sans que rien ne puisse les entraver dans leurs desseins d’établir une (fausse) Eglise catholique et un (faux) christianisme répondant aux aspirations (et pulsions) sensuelles (et sexuelles) du grand nombre.
    Oui vraiment, la réalité que nous pouvons de plus en plus constater est bien celle qui nous a été anticipativement décrite par la vision de St Jean (Ap 13 :11-17). Et comme a dit St Matthieu : « Que le lecteur comprenne ! »

  • « Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il encore la foi sur la terre ? » (Lc 1::8)
    Combien pourraient-ils encore bien être à croire vraiment ?
    Déjà en 1995, lors d’une interview, l’abbé Pierre déclarait : « A voir la façon dont les chrétiens se comportent, on peut se poser la question de savoir s’il y en a vraiment qui croient au Christ. Certainement qu’il y en a mais pas beaucoup ! ». Que dirait-il aujourd’hui ?

    L’Eglise catholique se fait forte d’un nombre croissant de baptisés dans le monde entier. Mais ce ne sont que des apparences illusoires qui malheureusement portent atteinte à la Vérité en suggérant que le seul baptême confère systématiquement la foi et le salut. En réalité, sur le terrain :
    1. les réalités de la foi, de l’espérance et de la charité ne sont presque plus du tout enseignées, on leur substitue l’enseignement de réalités purement terrestres telles que la sociologie, l’écologie et même, apparemment, un tout, tout petit peu de sexologie. C’est dans l’air du temps, on garde le même contenant mais on change le contenu.
    2. il y a donc de plus en plus de baptêmes « porte bonheur », de mariages « télé réalité », d’Eucharistie « potion magique », de sacrement de Pénitence « placebo ».
    3. et forcément, il y a de moins en moins d’adhérents à la pratique dominicale assidue. Les églises se vident et on ne sait plus quoi faire pour les remplir au point qu’on y fera bientôt des banquets comme nous en a donné récemment l’exemple François Pape.
    En réalité, il ne saurait pas y avoir plus de vrais époux qu’il n’y a d’époux fidèles, plus de vrais croyants qu’il n’y a de croyants fidèles à la pratique dominicale (bien sûr sans pouvoir considérer le nombre de baptisés animés du désir de la pratique mais valablement empêchés, et qui doivent être assez nombreux). Et du coup, le « gros bonhomme Michelin » se dégonfle et se ratatine dangereusement !

    Mais c’est pas tout ! Au concept originel de « croyant pratiquant » est venu s’ajouter celui de « croyant non pratiquant » dont un prêtre disait à l’un de ses paroissiens qui s’en glosait : « Vous avez juste le même problème que le diable ! Lui aussi croit en Dieu mais ne pratique pas non plus ! ». Et cet esprit de fond de « religion à la carte » (à vrai dire de protestantisme) s’est étendu à toute l’Eglise au point qu’aujourd’hui on trouve un nombre inquiétant de « pratiquants non croyants » qui réfutent la morale catholique traditionnelle pour embrasser la morale catholique bergoglienne ou bien qui choissent parmi les réalités de la vraie foi celles qui les arrangent et rejettent celles qui les dérangent afin de ne pas compromettre leurs plaisantes relations humaines. Ceux-là risquent bien de s’accommoder des « innovations » bergogliennes antichrétiennes trouvant même qu’elles contribuent à renforcer la paix et la fraternité comme est supposée devoir le faire la fausse messe œcuménique en cours d’élaboration. C’est alors que les vrais croyants fuiront ces abominations, fuiront ces églises dans la certitude de faire la volonté de Dieu : « " Sortez, ô mon peuple, quittez-la, de peur que, solidaires de ses fautes, vous n'ayez à pâtir de ses plaies ! » (Ap 18:4).
    « Au Portugal se conservera le dogme de la foi ! » Fatima renvoie à La Salette et tous deux renvoient à l’Apocalypse de St Jean comme unique raison pouvant générer une foi indéfectible et inébranlable. Voilà donc ceux qui formeront le nombre des vrais croyants qui restent. Combien ?

  • Depuis le temps qu’on parle de l’Antichrist sans jamais le voir venir, on se l’est imaginé sous tant d’horribles formes qu’il n’en a plus du tout de réaliste et n’est plus qu’un personnage légendaire. Mais cette erreur n’est pas sans conséquence car elle aveugle l’esprit sur la réalité qui actualise les Ecritures sans même qu’on puisse en prendre conscience.
    L’Antichrist est bien loin de ce que les hommes se sont imaginés et bien plus proche de ce qu’ils ne s’imaginent pas. A noter que les Ecritures ne parlent jamais d’Antéchrist mais uniquement d’Antichrist. Et Saint Jean le décrit : « Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus soit le Christ ? Le voilà l'Antichrist ! Il nie le Père et le Fils. » (1Jn2:22)
    Et selon cette définition, il y a donc une multitude d’antichrists. Mais forcément, l’un d’entre eux doit s’avérer plus grand que les autres surtout par les pouvoirs qui lui sont conférés.
    Le terme « antichrist » ne veut pas dire « opposant au Christ », mais « substitut de Christ », qui se substitue au Christ, qui éclipse le Christ et se met à sa place. Jésus a d’ailleurs dit : « Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez ! » (Jean 5:43)
    Il s’agit donc de quelqu’un qui établit de lui-même ce qui est bon et ce qui est mauvais, ce qui est vrai et ce qui est faux.

    Est-ce tout cela que veut nous faire comprendre le célèbre vaticaniste Antonio SOCCI lorsqu’il rapporte que le pape François se comporte « Comme s’il était un JESUS II » ?
    « L'Église appartient à Jésus-Christ et non au Pape. Les Papes ne sont que leurs fiduciaires temporaires, et non leurs propriétaires ... Par définition, seule la Loi de Dieu est « irréversible », à savoir ce qui est dans l'Écriture Sainte et dans le Magistère constant de l'Église. Les Papes sont soumis à cette Loi, ils n’en sont pas les maîtres. Ils doivent être comme des chauffeurs qui emmènent la mariée (précisément l’Église) à la rencontre avec l'Époux (le Christ Lui-Même). Si le chauffeur veut s'approprier la mariée à lui-même et ... changer la destination d'une manière irréversible, alors il dirait qu'il s'est substitué au vrai Époux. Comme s'il était un « Jésus II » .... ]
    http://dieuetmoilenul.blogspot.be/2017/09/socci-sur-bergoglio-en-tant-que-jesus-ii.html
    http://dieuetmoilenul.blogspot.be/2017/09/francois-devoloppe-le-faux-magistere.html
    http://benoit-et-moi.fr/2017/actualite/le-pape-jesus-ii.php
    http://www.diakonos.be/settimo-cielo/de-la-fin-du-monde-les-choses-dernieres-selon-francois/
    « Qu’adviendra-t-il si les fils de lumière sont moins avisés que les fils des ténèbres ? »
    « Jésus leur dit : " Pour peu de temps encore la lumière est parmi vous. Marchez tant que vous avez la lumière, de peur que les ténèbres ne vous saisissent : celui qui marche dans les ténèbres ne sait pas où il va. Tant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin de devenir des fils de lumière. " Ainsi parla Jésus, et s'en allant il se déroba à leur vue. » (Jn 12 :35-36)

  • Aube nouvelle,

    d'après votre raisonnement, Jorge Bergoglio, « substitut de Christ » et non « Vicaire du Christ », est bien l'Antichrist.

  • @ Camille
    Merci pour votre suivi
    Vous avez parfaitement compris ce qui a été exposé dans le but de montrer que ce personnage est bien celui annoncé par :
    1. Le prophète Daniel : Dn 7:21 - Dn 7:25 - Dn 9:24 - Dn 9:25 - Dn 9:26 - Dn 9:27 - Dn 11:31 - Dn 12:6-12
    2. L’évangéliste Saint Matthieu : Mt 24:15-18
    3. L’apôtre Saint Paul : Epître 2 TH 2:3-12 après que « celui qui le retient soit d’abord écarté » (2Th2 :7) et qui est Benoît XVI lequel sait certainement tout cela et a dû planifier son « écartement » en conséquence. C’est un « marqueur » important.
    4. La vision apocalyptique de Saint Jean : Ap 13:11-17, avec, pendant la même époque, les « deux témoins » cités par Ap 11:3-13, un autre « marqueur » important.
    5. L’apparition de la TSV Marie à La Salette
    6. L’apparition extraordinaire de la TSV Marie à Fatima

  • (suite à Camille)
    Mais très peu voudront bien le croire et le dire parce que :
    1. très peu veulent bien faire l’effort de savoir alors qu’on dispose de moyens prodigieux d’information et de réinformation dont le présent blog de Mr Daoudal qui, dès le 13.03.2013, avertit du comportement étrange de Jorge Bergoglio. Très peu de baptisés catholiques s’inquiètent vraiment « des affaires de Dieu et de son Eglise catholique ». Il suffit, dans la recherche sur le Web, de mettre les mots « Bergoglio » - « François » - « Faux prophète » - « Dubia » - Correctio filialis », … pour avoir une foule de renseignements.
    2. beaucoup préfèrent ne pas savoir et se laisser bercer d’illusions, par l’hédonisme, le matérialisme et le consumérisme, passer du temps à autre chose qu’au salut éternel auquel d’ailleurs on ne croit plus guère,
    3. tous ceux qui en arrivent à cette conclusion et la professent sont systématiquement assimilés à des hérétiques, des schismatiques, des intégristes, des sectaires, des élitistes. C’est donc un comportement qui est sanctionné d’excommunication par le droit canon, laquelle bien sûr est sans aucune valeur ni effet devant Dieu puisqu’on est face à un faux pape, faux prophète dont les actes sont sans valeur.
    (voir un exemple : http://dieuetmoilenul.blogspot.be/2017/08/professeur-galat-il-critique-le-pape.html - Ce professeur d’université a publiquement dénoncé Jorge Bergoglio comme étant le « faux prophète de la Bible ». Il s’est fait excommunié.
    (voir aussi : Ap 11 19 – Ap 13:13 – Ap 13:15 – Ap 13:17)
    4. La connaissance et la conscience des réalités de la fin des temps est une épreuve de la foi difficile à supporter, presque hallucinant et insoutenable.
    5. Beaucoup de prêtres qui désapprouvent Jorge Bergoglio sont tiraillés entre le devoir de parler et l’intérêt de se taire.
    (voir parmi d’autres liens : http://dieuetmoilenul.blogspot.be/2017/11/sur-la-peur-pastorale-ou-pourquoi.html)
    6. Et encore ceci, et encore cela, etceteri, etcetera, …
    Et tout cela fait la force de ce personnage qui peut ainsi faire à peu près tout ce qu’il veut. Mais le seul fait qu’il permette l’accès à la Sainte Eucharistie aux divorcés remariés et, par extension, aux concubins, puis à n’importe quel baptisé devrait suffire pour amener les gens à se poser des questions, à chercher et à trouver.
    Petite note : l’affirmation concernée ne découle pas d’un raisonnement mais de conclusions fondées sur la visualisation de centaines de liens Web, recoupés entre eux pour établir l’authenticité des informations et pour que puisse s’en dégager la certitude de ne pas se tromper ni de tromper les autres.

  • Avec l'appui du pape, ces évêques allemands ont enfin eu gain de cause sur la traduction du missel à leur guise. Le cardinal Sarah a d'ailleurs eu sa dose d'humiliation pour la bonne cause. Ils pourront désormais introduire dans la liturgie toutes les idées farfelues qui les passeront par la tête. Ils vont disparaître parce que Dieu vomit les tiède.

  • @ Aube nouvelle

    Un commentaire sous un article devrait être un commentaire synthétique : donc bref et clair.
    Vous, il vous faudrait écrire des articles sur un blog personnel et nous y renvoyer avec des liens déposés ici et ailleurs.
    Ce serait mieux pour tout le monde, plus utile et plus efficace en terme d'information et moins astreignant pour vous !
    Et puis si vous avez de bons articles, on relaiera sur http://dieuetmoilenul.blogspot.fr/

  • Il y a eu il y a quelques jours un débat sur ce blog au sujet de l’élection « non canonique » (ou pas ?) de Jorge Bergoglio

    Voici un article (traduit de l’anglais) publié le 21 octobre dernier sur

    http://dieuetmoilenul.blogspot.fr/2017/10/un-pape-elu-de-facon-non-canonique_25.html
    et
    https://gloria.tv/article/AUSBVi7KF7zv3BFLXRnZyXMxP

    qui expliquer la "chimère pontificale" née du conclave de 2013(de David Martin, ancien modérateur de St. Michaels Radio)

    source : http://canadafreepress.com/article/an-uncanonically-elected-pope An Uncanonically Elected Pope?

    Avec toute la controverse entourant l'élection du Pape François lors de la démission du Pape Benoît en 2013, il semble que les Catholiques aient perdu de vue un élément clé de cet épisode, à savoir que Benoît XVI n'a jamais démissionné de son office papal, mais seulement de l’exercice actif de celui-ci.
    À la veille de sa démission, il a déclaré : « Quiconque accepte le ministère Pétrinien n'a plus aucune vie privée. Il appartient toujours et complètement à tout le monde, à toute l'Église ... « Le « toujours » est aussi un « pour toujours » — il ne peut plus y avoir de retour à la sphère privée. Ma décision de démissionner de l'exercice actif du ministère ne révoque pas cela ». (Audience générale, 27 février 2013)
    Selon ces paroles, Benoît XVI reste Pape, sans révocation de ses fonctions. Selon la loi de l'Église, un Pape doit abandonner « son bureau » pour que sa démission soit valide. (Canon 332) Le Pape Benoît a clairement choisi de conserver son poste « pour toujours », ce qui signifie qu'il est toujours Pape, ce qui signifie que François ne peut pas être Pape, puisqu'il ne peut y avoir deux Papes. Le défunt expert de Fatima, Nicholas Gruner, le signale dans une rare vidéo sur la démission de Benoît XVI. Si François est le Pape, alors l’office de Benoît est révoqué, mais Benoît insiste sur le fait qu'il n'a pas été révoqué.
    Pour expliquer la chimère pontificale née du Conclave historique de 2013, l'Archevêque Georg Gänswein, préfet de la Maison pontificale, a déclaré à la presse que l'annonce de la démission de Benoît XVI le 11 février 2013 marquait l'introduction d'une nouvelle institution dans l’Église Catholique : « Un ministère élargi de facto, avec à la fois un membre actif et un membre contemplatif ». Il a dit que l’office de Pierre est maintenant une « papauté commune » comprenant plus d'un membre, à savoir Benoît et François.
    Malheureusement, il n'existe pas de « papauté partagée », et Gänswein réalise sans doute qu'il s'agit d'un argument utilisé par les hérétiques pour saper la primauté de Pierre, mais son explication à la presse était apparemment la meilleur qu'il pouvait faire pour couvrir une situation très embarrassante qui a fait détrôner l'homme qu'il honorait.
    Ce qui se résume au fait que Benoît XVI a été contraint d'abdiquer.
    Cela revient à dire que Benoît XVI a été forcé d'abdiquer, c'est-à-dire d'abandonner le « ministère actif », mais cela s'est fait sous le couvert d'une démission pour ne pas diviser la Barque déjà dans la controverse. Les rapports crédibles de 2015 indiquent que Benoît XVI a été contraint à démissionner, ce qui était providentiellement préfiguré dans le discours inaugural du Pape Benoît XVI du 24 avril 2005, quand il a dit : « Priez pour moi, afin que je ne puisse pas fuir par peur des loups ».

  • Avis à ceux qui prennent mon blog pour un déversoir de leurs opinions, voire de leurs fantasmes, ou y publient des textes trouvés ailleurs et qui n'ont rien à voir avec ma note, c'est fini. je supprimerai désormais tout ce qui n'est pas un commentaire (non démesuré) de ce que j'ai écrit.

    Tout le monde peut s'exprimer sur internet en créant un blog, c'est gratuit.

    J'en profite pour rappeler également que ceci est un blog, mon blog, et non un forum de discussion.

  • Vous devriez faire ce que font la plupart des animateurs de blogs : de la modération.
    Et ne publier qu'en différé.

  • Sage décision pour la qualité de votre blog, qui souffre effectivement de ces commentaires impertinents. Courage pour l'exécution de celle-ci.

    Imparable argument d'ailleurs que celui de la liberté de bloguer ailleurs pour les commentateurs. Combien de fois ne me suis-je retenu de le rappeler à @Ahmed, @Théofrède et autre @AubeNouvelle...

    Merci encore pour votre travail ici.

  • @Luc
    les lèche-bottes sont de retour !
    puis-je savoir quels sont mes commentaires impertinents ?
    sans doute ceux qui ne vous plaisent pas

  • Je partage entièrement le raisonnement de Aube Nouvelle. La multiplication des déclarations et des actes de Bergoglio, dont une partie (significative) est répertoriée dans la correctio filialis au niveau de l'argumentaire, conduisant à la conclusion qu'il est 7 fois hérétique, ne donne aucunement lieu à une contradiction raisonnée et plausible. Ni de la part de Bergoglio, ni de la part de ses thuriféraires.

    Par contre l'air romain est pestilentiel. La correctio filialis a déjà conduit au licenciement d'un des signataires au moins (il avait une charge de cours). Et à contrario, on ne compte plus les déclarations hétérodoxes de religieux promus par Bergoglio, ou simplement maintenus en place malgré leurs hérésies, et / ou malgré leurs moeurs de dépravé.

    La prophétie de la Salette dit notamment : Rome perdra la foi et sera le siège de l'Anté-Christ. La prophétie de St Malachie (dont on objectera que son authenticité est douteuse) prévoit justement que celui qui succède au 111e pape de la liste (Benoît XVI étant le 111e): "... Pierre le romain siégera". Le verbe latin, conjugué au futur, est bien sedebit... même idée d'un siège. D'une occupation... sous-entendue illégitime.

    Il semble que Bergoglio a, parmi les dossiers funestes qu'il concocte avec ses complices, celui de la messe oecumenique, où chacun pourrait accéder à la Sainte table, étant entendu que la valeur donnée à cette participation dépendrait de chacun. Cela permettrait de comprendre pourquoi Bergoglio refuse obstinément de se mettre à genoux devant le Saint sacrement.

    Si cela se confirme, comment ne pas penser à l'avertissement de Daniel, repris par Notre Seigneur lui- même, lorsqu'il évoque l'abomination de la désolation ?

  • Merci Philippe,
    La pire des croix, c’est celle de l’incompréhension et de la dérision, c’est celle-là que doit porter le cardinal Raymond Burke et bien d’autres à cause d’évêques comme ceux auxquels l’article de Mr Daoudal fait référence, c’est celle-là que nous allons tous devoir porter.
    Apparemment, j’ai dû commettre des impairs qui m’obligent à me retirer.
    Au revoir ! Que Dieu vous garde et vous sauve.

  • Ce qui est littéralement stupéfiant, c'est le "deux poids / deux mesures", des mesures de rétorsions drastiques contre certaines cibles (les Franciscains de l'Immaculée ou le cardinal Burke par exemple), et le fait de laisser de hauts dignitaires de l'Eglise s'exprimer de la sorte... sans aucune sanction.

    D'où l'idée d'un dérèglement fondamental dans l'Eglise, d'où des questionnements sur le pontificat en cours, d'où les interrogations sur les conditions de l'accession à la papauté de Jorge Bergoglio.

    Il faut s'attendre à une succession de scandales de plus en plus outranciers. Jusqu'à quand ?

  • "Les bons conseils de l’archevêque de Berlin"

    __________________________________

    Vous eussiez dû mettre des guillemets à "bons".


    Ensuite, de quoi vous étonnez-vous, mon bon monsieur ?
    Regardez, bien plus proche de nous, au cœur de Paris, ce qu'on fait actuellement et à répétition dans l'église consacrée et catholique de Saint-Merri, avec l'accord actif du curé gauchiste et du CARDINAL DE PARIS :

    Regardez ceci :
    .https://www.christianophobie.fr/breves/eglise-saint-merri-de-paris-curieux-defile-de-mode-en-plein-careme

    Et ceci :
    https://www.riposte-catholique.fr/perepiscopus/relativisme/un-defile-de-mode-dans-leglise-saint-merri-a-paris

    Et ceci, dans une église catholique de Londres :
    http://www.nouvelordremondial.cc/2017/09/24/un-defile-de-mode-illuminati-a-ete-tenu-dans-une-eglise-catholique-a-londres/

    De quoi donc vous étonnez-vous encore ?

  • Deux rectificatifs :
    - compte-tenu de sa symbolique, ce défilé a été qualifié de “satanique”
    - il ne s’agit pas d’une église catholique mais d’une église anglicane https://en.wikipedia.org/wiki/St_Andrew_Holborn_(church)
    (Church of St Andrew, Holborn is a Church of England church on the northwestern edge of the City of London, on Holborn within the Ward of Farringdon Without)

    The Anglican church's alter was transformed into a runway for models wearing inverted crosses, devil horns and vampire costumes to walk down in Turkish designer Dilara Findikoglu's Spring/Summer 2018 collection.

    https://www.premier.org.uk/News/UK/Church-apologises-for-hosting-satanic-fashion-show

  • Et voici ce qu'on fait encore dans l'église Saint-Merri à Paris. Cliquez sur n'importe quelle image :

    https://www.google.fr/search?q=nuit+blanche+%C3%A9glise+saint+merri&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwj__rOlgLTXAhUMvBQKHSp1AdYQ_AUICygC&biw=1280&bih=879

  • Et c'est la "paroisse" de Saint-Merri et le "curé" de Saint-Merri qui s'en vantent :

    http://saintmerry.org/plus-haut-ciel/

  • J'ai vu les photos pour Saint Merry : effectivement cela relève de la profanation.
    C'est à l'autorité dont relève ce curé de réagir.

  • C'est intitulé "quand les cinglés occupent des églises"
    A Berlin et...ailleurs....

Écrire un commentaire

Optionnel