Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La dernière barrière

Le cardinal Carlo Caffarra avait écrit une préface pour le livre de Gabriel Kuby La révolution sexuelle globale : la destruction de la liberté au nom de la liberté, paru en 2015. Mais son texte était arrivé trop tard. LifeSite l’a publié hier, la veille de la parution du motu proprio de François détruisant l’Institut Jean-Paul II sur la famille, dont le premier président était le cardinal Caffarra, principal auteur des dubia, mort deux jours avant la signature du motu proprio. Comme le dit un auteur de LifeSite, on peut se demander si la destruction de l’Institut n’est pas la réponse de François aux dubia…

Voici une traduction rapide de ce texte.

L’étude que fait Gabriel Kuby du paysage culturel est une sonnerie de clairon pour nous réveiller du sommeil de la raison qui conduit à la perte de la liberté et donc de nous-mêmes. Et Jésus nous a prévenus que cela, la perte de nous-mêmes, serait la perte la plus tragique de toutes, même si nous devions gagner le monde entier.

A chaque page que je lisais j’ai entendu en moi les paroles du Trompeur du monde entier : « Vous serez comme Dieu, sachant le bien et le mal ».

La personne humaine s’est élevée elle-même à une position d’autorité morale souveraine dans laquelle « moi » seul détermine ce qui est bon et ce qui est mauvais. C’est une liberté qui est littéralement folle : c’est une liberté sans logos (c’est-à-dire sans raison ou principe d’ordre).

Mais si tel est le contexte théorique (si je peux le dire ainsi) de tout le livre, l’étude examine spécifiquement la destruction de la dernière réalité qui lui barre le chemin. Comme je l'expliquerai, le livre montre aussi que la liberté qui s'est révoltée génère progressivement les tyrannies les plus dévastatrices.

David Hume a écrit que les faits sont têtus: ils défient obstinément toute idéologie. L'auteur soutient, je pense à juste titre, que la dernière barrière que cette folle liberté doit mettre à bas est la nature sexuelle de la personne humaine dans sa dualité d'homme et de femme et dans son institution rationnelle établie par le mariage monogame et la famille. Eh bien aujourd'hui cette raison insensée est en train de détruire la sexualité humaine naturelle, donc aussi le mariage et la famille. Ces pages, dédiées à l'examen de cette destruction, sont d’une rare profondeur de vision.

Mais il y a un autre thème qui traverse les pages de ce livre : l’œuvre de cette liberté insensée a une stratégie précise, car elle est dirigée, guidée et gouvernée à l'échelle mondiale. Quelle est sa stratégie ? Celle du Grand Inquisiteur de Dostoïevski, qui dit au Christ : « Tu leur donnes la liberté ; je leur donne du pain. Ils vont me suivre. » La stratégie est claire : dominer l'homme en formant une alliance avec l'un de ses bas instincts. Le nouveau Grand Inquisiteur n'a pas changé de stratégie. Il dit au Christ: « Vous promettez la joie dans l'exercice sage, juste et chaste de la sexualité ; je promets le plaisir sans aucune règle. Vous verrez qu'ils me suivront. » Le nouvel inquisiteur asservit par le mirage d'un plaisir sexuel complètement privé de toute règle.

Si, ainsi que je le crois, l'analyse de Gabriel Kuby est de celles que l’on partage, il n'y a qu'une seule conclusion. Ce que Platon prévoyait va arriver : la liberté extrême conduira à la plus grave et plus féroce tyrannie. Ce n'est pas un hasard si l'auteur a mis cette réflexion de Platon en exergue du premier chapitre : une sorte de clé pour interpréter l'ensemble du livre.

Et les clercs ? Il n'est pas rare qu'ils semblent être les facilitateurs de cette euthanasie de la liberté. Et pourtant, comme Paul nous l’a enseigné, le Christ est mort pour nous rendre vraiment libres.

J'espère que ce grand livre sera lu surtout par ceux qui ont des responsabilités publiques ; par ceux qui ont des responsabilités éducatives ; et par les jeunes, les premières victimes du nouveau Grand Inquisiteur.

Carlo card. Caffarra

Archevêque émérite de Bologne

Commentaires

  • Cardinal Caffara, un grand défenseur de l'Eglise, calomnié par la clique du pape. Il ne reste plus qu'à éliminer le Cardinal Burke. Comme il est jeune, ils auront un peu plus de mal

  • Tout dépendra de la méthode employée pour l'éliminer.

  • En tout les cas dans un entretien privé et personnel, samedi dernier à Rome, Mr le Cardinal Burke nous a demandé de BEAUCOUP prier pour lui.
    Je vous réitère sa supplique, comptant sur votre intervention en la matière.

  • sur proliturgia,

    actualité du 22/09
    Le prochain motu proprio auquel travaillent les proches collaborateurs de François devrait porter sur la suppression du titre “pape émérite” actuellement attribué à Benoît XVI.

    et du 21/09
    Lors d’une récente réunion du “Conseil des 9 cardinaux” créé par François et ayant à sa tête le très libéral cardinal Reinhard Marx, archevêque de Munich, il a été question du sort du cardinal Robert Sarah.
    Selon plusieurs sources, ce dernier devrait être la prochaine victime du pape qui, en décembre prochain, lui intimera de quitter la congrégation pour le Culte divin où il n’est déjà plus préfet que de nom.

    Ce sont les purges et épuration à répétition exigées par la "miséricorde" selon la conception de Jorge Bergoglio.

  • Cela montre que, si le Décalogue donné aux hommes par Moïse est inscrit dans nos cœurs, il s'agit là d'une incrustation, en un sens, assez superficielle. Etonnant, non ?

  • "cette raison insensée est en train de détruire la sexualité humaine naturelle, donc aussi le mariage et la famille. "

    Le président de l’Autorité pour la Certification Halal, Mohamed El Mouelhy, avait fait des commentaires sur Facebook en réponse à une étude de chercheurs de l’Université Hébraïque, publiée dans le journal Actualisation sur la Reproduction Humaine, laquelle éclaire la baisse des taux de fertilité des hommes d’Amérique du Nord, d’Australie et de Nouvelle-Zélande :

    "Selon l’Université Hébraïque, le sperme des hommes australiens a décliné de 52% sur les 40 dernières années donc vos hommes sont une race en voie d’extinction, les femmes australiennes ont besoin de nous pour les féconder et les garder entourées de bébés musulmans pendant que les buveurs de bière, les fumeurs de cigarette, les drogués peuvent seulement rêver de ce dont sont capables les hommes musulmans."

    Reste qu' à côté de cela, Sabri Abderraouf, un théologien musulman, invité dans une émission religieuse égyptienne, a répondu à une question sur la possibilité ou non pour un mari d’avoir « une relation sexuelle » avec sa femme qui vient de mourir. Tout en s’offusquant contre cette pratique « hors norme », il a avancé que le mari ne pouvait pas être puni pour adultère et que « cette relation sexuelle » était « halal » (permise par la charia).
    http://www.huffpostmaghreb.com/2017/09/18/egypte-fatwa_n_18031258.html

    Ce n'est pas en faisant l'amour à un cadavre, que les musulmans vont pouvoir aider les occidentaux à se multiplier.

  • Dès que l'Eglise s'exprime sur le dessein de Dieu sur la famille (et donc en matière de sexualité", la machine médiatique devient hystérique et lance ses boules puantes.

    Causeur propose une parade en lançant le thème :
    « Pédophilie, le silence de l’État en procès »

    https://www.causeur.fr/philippe-barbarin-eglise-lyon-pedophilie-146759
    Il faudrait déposer une plainte contre Brigitte Macron pour agression sexuelle sur mineur puisque les rumeurs circulent que sa relation avec son actuel mari aurait commencé alors que celui-ci était mineur. Cette plainte serait bien évidemment classée sans suite, et il serait alors possible de citer Brigitte Macron devant le tribunal correctionnel pour « pédophilie ».

    Et, pour faire bonne mesure, on citerait aussi celui qui était alors ministre de l’Education nationale puisque Madame Macron était enseignante et entamait une relation avec un de ses élèves.

    Et Le Figaro pourrait ainsi titrer : « pédophilie, le silence de l’Élysée en procès ».

Écrire un commentaire

Optionnel