Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tiens, ça a disparu…

J’avais signalé l’ignoble document de l’académie de Grenoble intitulé « Education à la sexualité en GS-CP ».

Et j’avais donné deux liens : un qui donnait directement le tableau des cours de sexualité, l’autre qui renvoyait au document pédagogique.

L’un et l’autre de ces liens renvoient désormais à une page : « Objet non trouvé ».

Le site F.Desouche, qui avait attiré l’attention sur ce document, constate qu’il a été retiré. Mais il avait gardé le tableau, qu’on peut toujours consulter.

Ces pourrisseurs ont donc honte de ce qu’ils font. A condition de leur faire honte. C’est une des meilleures fonctions d’internet.

Lien permanent Catégories : Culture de mort, Ecole 9 commentaires

Commentaires

  • Je ne crois pas, hélas !, qu'ils en aient honte mais plutôt que découverts et craignant les opérations type "jour de retrait" ils pratiquent l'art du camouflage et ces horreurs sont certainement toujours à disposition des enseignants, seul le grand public s'en voit privée, mais la bête est toujours à l'œuvre, ne surtout pas croire qu'elle recule, elle agit dans cette ombre que son maître adore.

  • En réalité l'Education nationale laïque et son personnel sont très puritains. On retrouve d'ailleurs ce puritanisme dans les pressions sociales exercées sur les femmes pour qu'elles avortent : elles sont très nombreuses à le faire par peur du scandale (enfants illégitimes), et quant aux plus jeunes d'entre elles on leur explique que leur avenir (travail, progrès social, dividendes), serait compromis par une maternité trop précoce. - Ce qui est flagrant dans ce type de programme, c'est son caractère idéologique, et non pornographique. Ce qui est enseigné, c'est un mode de justification religieux, et non une méthode pour trouver le plaisir. C'est le slogan "Il est interdit d'interdire !" qui était réactionnaire - il a fait long feu. - L'Education nationale cherche à faire passer à travers divers moyens de propagande l'idée qu'elle se préoccupe d'épanouissement sexuel, mais la réalité est celle de taux de suicide très élevés, d'une consommation de produits stupéfiants et d'alcool en constante augmentation, de modes de consommation alimentaire déréglés, bref de comportements qui trahissent tous l'aliénation mentale et la frustration. - D'ailleurs on peut très bien être heureux sans avoir la moindre relation sexuelle, ne serait-ce que parce que les femmes occidentales sont très difficiles à supporter. Comme la reproduction n'est plus une priorité nationale, à quoi bon cet effort pour faire passer la sexualité comme la condition sine qua non du bonheur, si ce n'est pour entretenir le réflexe de consommation ?

  • Lapinos, vous portez mal votre pseudo.... Dernier paragraphe: "on peut très bien être heureux sans la moindre relation sexuelle" Bravo! Exact! Et pour cela il faut un idéal plus élevé et accepté, comme nous l'enseigne St Paul. Les femmes n'avortent pas par peur du scandale (il n'y a plus de morale donc plus de scandale), mais parce qu'on leur fait croire soit 1) quelles sont incapables d'élever leur enfant 2) que c'est un droit 3) que nous sommes trop nombreux sur terre, chômage, guerres, l'enfant sera malheureux et autres imbécillités (ça c'est pour Amédée) Nos "dirigeants" ne veulent plus que la femme enfante. Ce sera un utérus artificiel (voir Attali le cinglé). L'instinct maternel est en chute libre, parce que la femme veut être un homme.

    Écrit par : Dauphin

  • @Dauphin Votre post m'a faire rire, non pas que je me moque ou que je désapprouve, mais au contraire parce que je trouve que vous dites tellement bien les vérités !! bravo !!

  • Merci, cher Thècle quelquefois, cela dépasse ma pensée et j'espère ne pas froisser ou exaspérer quelques lecteurs. Je leur demande pardon si cela arrive. L'écrit est plus abrupt et ne transmet pas les nuances et le ton de la parole.

    Écrit par : Dauphin

  • Dans un reportage (qui ne date pas du XIXe siècle), la plupart des femmes fréquentant des cliniques britanniques afin d'échapper aux limites fixées par la loi française en matière d'IVG avouaient être motivées par la peur que leur conjoint (ou concubin) ne découvre leur infidélité. - Par ailleurs ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : le bonheur ou la vertu ne sont pas des préoccupations chrétiennes, ce sont des préoccupations morales, et la connaissance du bien et du mal est la définition du savoir satanique. Le bonheur a été et sera toujours la chose du monde la moins équitablement répartie. La justice du droit naturel est une justice terrible. La swastika est le symbole du bonheur, et le bonheur n'est jamais tant désiré que par les personnes qui souffrent ou sont frustrées. Pour certains religieux masochistes insanes, l'idée de dieu n'est souvent autre qu'une idée de la jouissance après la mort.

  • Bla, bla, bla, ces braves dames, donc avant 1975, n'osaient pas avouer qu'elles avortaient parce que leur conjoint ou "concubin" ne voulait pas de l'enfant. Vous colportez les légendes planningfamilialesques destinées à faire pleurer dans les chaumières. Et comme ce n'était que les femmes aisées qui pouvaient se "payer" le voyage, les mêmes nous ont fait pleurer sur les pauvres ouvrières sans le sou qui mouraient par centaines de milliers (tiens , où sont donc leurs tombes?) aux mains d'avorteuses amateurs. Tout cela pour faire passer une loi assassinant 220000 de nos enfants par an. Depuis, pas besoin d'excuses, c'est un droit de la femme, et l'adultère ou l'infidélité sont plutôt loués que reprouvés dans tous les médias et milieux. Vous dites que les "éducateurs" de l'Education nationale sont des puritains, j'en ai encore mal aux côtes de rire. Alors pourquoi ils distribuent des brochures pour apprendre toutes les perversités sexuelles à des gamins du collège? Par puritanisme?

    Écrit par : Dauphin

  • Eh,Dauphin,ne me faites pas endosser ce que je n'ai jamais préconisé,relisez-moi,vous et vos 70 milliards d'habitants sur cette terre!

  • Amédée, en prêtant foi au mythe de la surpopulation vous participez à propager la peur de la vie, la peur de donner la vie. Comme si Dieu avait créé la terre pour quelle devienne un enfer! C'est le péché des hommes qui la transforme en enfer. La Terre peut contenir des dizaines de milliards d'hommes qui font la volonté de Dieu. Elle ne peut en contenir que bien peu qui font la volonté de Satan. Satan se charge du génocide, nous le voyons actuellement. Où est donc la surpopulation?

    Écrit par : Dauphin

Écrire un commentaire

Optionnel