Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Garder les enfants à l’école à tout prix

Dans le cadre du projet de loi de « refondation » de l’école, le Sénat a abrogé la disposition qui permettait (enfin, en 2011 !) l’apprentissage à partir de 14 ans. Cette disposition a déjà été abrogée par les députés (ça m’avait échappé).

« Le collège est en souffrance. Nous devons le réformer non en excluant ceux qui s’y sentent mal mais en le transformant pour qu’ils s’y sentent bien », a déclaré Vincent Peillon.

C’est-à-dire qu’il faut coûte que coûte garder les enfants à l’école le plus longtemps possible pour les formater aussi complètement que possible à la pensée unique.

Et l’on appelle « exclusion » ce qui est légitime, voire salutaire orientation.

Au passage, on constate que le ministre de l’Education nationale devrait apprendre à parler le français. Il arrive trop souvent qu’il y ait des colis en souffrance à la Poste. Mais on ne voit pas dans quel centre de tri le collège pourrait être en souffrance.

Lien permanent Catégories : Ecole, Gouvernement, Politique française 1 commentaire

Commentaires

  • Comme toujours avec les gauchistes ! Comme le fait la "loi-taubira" pour les adultes en modifiant toute la législation maçonnique, pseudo républicaine et pas du tout "démocratique" pour que les dégénérés, malades mentaux, "se sentent bien", la "refondation de l'école" a pour but de faire croire aux tares qu'elles sont égales aux meilleurs travailleurs les plus capables ! Cela s'appelle le "nivellement par le bas" et toute personne dans la moyenne qui conteste est à arrêtée séance tenante avec menotte dans le dos et à violer en Garde à Vue comme la jeune fille en photo dans le SB... Plus terrible encore, toute personne supérieure, doit cracher au bassinet pour toucher moins que la tare qui a bien le droit de toucher autant que le meilleur ! Non mais… Et l’égalité alors !? Vous voyez, j'ai tout compris. Mais je n'ai aucun mérite, car je suis bien placé pour le voir moi qui subis la dure loi socialiste en question...

Écrire un commentaire

Optionnel