18 mai 2013

La loi qui nie le mariage est publiée au Journal Officiel

Le président de la République François Hollande a signé la loi qui prétend instituer un « mariage » entre personnes de même sexe immédiatement après sa prétendue validation par le Conseil constitutionnel. Elle a donc été publiée dès aujourd’hui par le Journal Officiel.

A partir de ce jour, le Dictionnaire de l’Académie française, qui est le dictionnaire officiel de la République française, est « homophobe » :

MARIAGE n. m. XIIe siècle. Dérivé de marier .
 1. Union légitime d'un homme et d'une femme, formée par l'échange des consentements que recueille publiquement le représentant de l'autorité civile. Mariage civil. L'institution du mariage. Désigne aussi le sacrement qui lie un homme et une femme s'unissant par l'échange des consentements au cours d'une cérémonie religieuse. Mariage religieux.

Quant à moi je suis résolument « homophobe » avec l’Eglise catholique, dont le Catéchisme officiel enseigne :

2357 L’homosexualité désigne les relations entre des hommes ou des femmes qui éprouvent une attirance sexuelle, exclusive ou prédominante, envers des personnes du même sexe. Elle revêt des formes très variables à travers les siècles et les cultures. Sa genèse psychique reste largement inexpliquée. S’appuyant sur la Sainte Écriture, qui les présente comme des dépravations graves (cf. Gn 19, 1-29 ; Rm 1, 24-27 ; 1 Co 6, 10 ; 1 Tm 1, 10), la Tradition a toujours déclaré que " les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés " (CDF, décl. " Persona humana " 8). Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas.

Commentaires

L'Académie Française a prouvé son inutilité totale, elle n'a pas ouvert sa bouche une seconde. C'est la première concernée par cette affaire, qui est une charge inouie contre les mots. A dissoudre donc, au même titre que le CESE. Belle économie que d'arrêter d'entretenir ces vieillards glacés.

Écrit par : HH | 18 mai 2013

Répondre à ce commentaire

L'Académie française a en garde la langue française depuis RICHELIEU et le fameux BOSSUET. Elle plonge ses racines légitimes dans les auteurs de LA PLEÏADE. Son rôle est légitime, justifié, majeur ! L'Académie doit être respectée ! Mais je suis d'accord qu'elle doit donc rester... respectable ! L'INSTITUT des 5 Académies est une des rares véritables INSTITUTIONS qui nous reste de nos ancêtres : elle doit être respectée.

Écrit par : MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS | 19 mai 2013

Entièrement d'accord avec Monsieur Yves Daoudal et encore il est modéré.

Écrit par : amédée | 18 mai 2013

Répondre à ce commentaire

J'ai cité souvent cette définition de l'Académie seule habilitée à définir et garder la langue française. J'ai signé la saisine de l'Académie française de l'association de Versailles car la loi tend de plus en plus à redéfinir les mots et la grammaire, contournant ainsi l'Académie et son statut officile. QUID des Commissions de LEXICOLOGIE placée par l'Académie dans les Ministères et les Préfectures ? Les conflits de sens entre le BON "sens" et le soit-disant "sens légal" vont être légion ! Il y a malheureusement fort à parier que l'Académie va ajouter quelque chose comme : "Par extension, au sens légal, le mariage peut être prononcé entre personnes de mêmes sexes"... Et le tour sera joué ! Raison de plus pour retourner à l'Elysée-cloaque nos livrets de familles civils et ne garder que nos livrets de familles catholiques seuls encore debouts !

Écrit par : MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS | 19 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire