« 2013-01 | Page d'accueil | 2013-01 »

11 janvier 2013

La mosquée de Morlaix

Selon les gazettes, la ville de Saint-Martin-des-Champs, près de Morlaix, n’a pas d’église mais vient d’avoir une mosquée.

L’image est assurément frappante, mais elle ne correspond pas à grand chose dans la réalité. La commune de Saint-Martin-des-Champs, fabriquée par la Révolution française, n’a jamais eu de véritable existence, même si elle a une mairie qui refuse la fusion avec Morlaix. Le territoire a été coupé en deux par le chemin de fer, puis coupé en deux dans l’autre sens par la route à quatre voies Rennes-Brest, et il est de plus en plus mangé par l’urbanisation morlaisienne. Quant à son nom, il vient de celui de la très belle église du XVe siècle qui se trouve sur le territoire de Morlaix mais a toujours été considérée, et pour cause, comme celle de Saint-Martin-des-Champs…

En réalité, ce qui est à retenir dans cette affaire, c’est que l’association islamique avait demandé un permis de construire à la mairie de Morlaix, ce qui avait suscité une certaine émotion dans la population, et que la demande avait été rejetée par la sous-préfecture. Alors les musulmans ont très discrètement loué un local de 400 m2 à Saint-Martin-des-Champs, pour y faire une mosquée, sans même avertir la mairie.

« La salle de prière aurait dû, comme tout lieu accueillant du public, faire l'objet d'une déclaration publique préalable en mairie, en bonne et due forme. La procédure n'a pas été totalement respectée. C'est un peu léger et je vais le signifier », dit le maire.

18:53 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (1)

Chantons au Seigneur la glorieuse Epiphanie

Chantons au Seigneur la glorieuse Epiphanie ;

Jour où les Mages adorent le vrai Fils de Dieu.

La Chaldée et la Perse accourent vénérer sa puissance infinie.

Tous les Prophètes l'avaient célébré, annonçant sa venue pour le salut des nations.

Sa majesté s'est inclinée jusqu'à prendre la forme d'esclave.

Dieu avant les siècles et les temps, il s'est fait homme en Marie.

C'est Celui dont Balaam a prophétisé : « Une brillante étoile sortira de Jacob,

« Et écrasera les armées des princes de la région de Moab, dans sa puissance souveraine. »

Les Mages lui apportent d'illustres présents, de l'or, de l'encens et de la myrrhe.

Par l'encens ils proclament un Dieu, par l'or un grand Roi, par la myrrhe un homme mortel.

En songe, un Ange les avertit de ne pas retourner près d'Hérode, devenu inquiet pour sa couronne.

Il tremblait à la naissance du nouveau Roi, craignant de perdre son trône.

Les Mages, sous la conduite de l'étoile qui brillait devant eux, prennent aussitôt la route qui les reconduit dans leur patrie, et méprisent les commandements d'Hérode.

Ce prince, saisi au cœur d'une violente colère, donne ses ordres pour ne pas laisser impunie la pieuse fraude des Mages, et commande aussitôt qu'ils soient privés de la vie.

Que cette assistance joigne donc sa voix de louanges au souffle vibrant de l'orgue ;

Qu'elle offre au Christ Roi des rois des dons précieux et pleins de mystères ;

Demandant qu'il daigne protéger tous les royaumes de l'univers, dans les siècles des siècles. Amen.

(Séquence d'un ancien missel. In L'Année liturgique)

06:24 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (4)