« 2013-01 | Page d'accueil | 2013-01 »

12 janvier 2013

Au fait…

— C’est quoi l’anticolonialisme ?

Quand les anticolonialistes félicitent Hollande d’intervenir au Mali… J’y pense surtout en voyant le commentaire martial de… Harlem Désir…

— C’est quoi l’Europe ?

Quand Hollande a décidé d’entrer en guerre sans la moindre consultation, ni information (officielle) de l’UE, et quand Catherine Ashton dit qu’elle va accélérer la procédure pour envoyer au Mali… 200 militaires.

14:48 | Lien permanent | Commentaires (2)

Les chrétiens menacés du Bangladesh

Les chrétiens ne sont qu’une toute petite minorité au Bangladesh. En dehors du fait qu’ils sont confrontés à l’islam majoritaire et totalitaire, ils sont en train de perdre leurs terres, donc leurs territoires : soit ils les vendent pour survivre, ou pour payer les études à l’étranger de leurs enfants qui ne reviendront pas, soit ils en sont spoliés par les propriétaires terriens musulmans ou par l’Etat. Quant aux jeunes chrétiens qui restent dans le pays, ils sont si peu nombreux que les filles sont conduites à se marier avec des musulmans, donc à devenir musulmanes, et les garçons avec des musulmanes, donc à devenir musulmans… C’est le cri d’alarme que lance le père jésuite John Chinnappan, professeur au grand séminaire de Dacca, dans une interview à Asianews, opportunément traduite par Eglises d’Asie.

13:31 | Lien permanent | Commentaires (0)

Gribouille à Bamako

Hier en fin d’après-midi, François Hollande, de l’Elysée, a solennellement déclaré que la France était entrée en guerre au Mali, contre les milices islamistes qui descendent du nord du pays et qui venaient de prendre la ville de Kona. Alain Juppé (qui se croit toujours ministre) précisait ensuite qu’il s’agit d’un appui aérien à l’armée malienne. Grâce aux Français, donc, Kona était aussitôt reprise aux islamistes. Mais dès ce premier jour un soldat français a été tué.

L’intervention française est saluée par l’ensemble de la classe politique française (hors Mélenchon) et par la communauté internationale.

Juste pour que la vérité ne soit pas oubliée, on rappellera que si les islamistes se sont emparés du nord du Mali c’est grâce à la France, et plus précisément grâce à un certain Lévy et à son obligé M. Sarkozy, qui ont envoyé l’armée française chasser et tuer Kadhafi, ce qui a permis aux islamistes du Sahel de se servir dans les arsenaux du sud Libyen de toutes sortes d’armements, de matériels, de véhicules, etc.

N.B. - Pendant ce temps-là, une opération commando destinée à libérer un otage français a mal tourné en Somalie. Pour l’instant on n’en sait pas plus. Selon les premières informations, deux militaires français et l’otage auraient été tués. Mais les shebabs affirment que l’otage est vivant, et on ne parle plus que d’un mort.

12:50 Publié dans Hollande (François) | Lien permanent | Commentaires (1)

De la Sainte Vierge le samedi

C’est une conséquence aberrante de l’incroyable suppression (par Pie XII) de l’octave de l’Epiphanie, que la commémoraison du Baptême du Christ disparaisse lorsque l’Epiphanie tombe un dimanche. Alors que c’est un mystère si important que c’est le seul que célèbre la liturgie byzantine pendant les huit jours de l’Epiphanie.

La suppression de l’octave fait que ce samedi est un samedi de la Sainte Vierge. Où l’on a gardé néanmoins un répons de l’Epiphanie du Jourdain (transféré du lendemain supprimé…) :

℟. Hódie in Jordane baptizáto Dómino aperti sunt cæli, et sicut colúmba super eum Spíritus mansit, et vox Patris intónuit:
* Hic est Fílius meus diléctus, in quo mihi bene complácui.
. Descéndit Spíritus sanctus corporáli spécie sicut colúmba in ipsum, et vox de cælo facta est.
℟. Hic est Fílius meus diléctus, in quo mihi bene complácui.

En ce jour, quand le Seigneur eut été baptisé dans le Jourdain, les cieux s’ouvrirent, le Saint-Esprit se reposa sur lui comme une colombe, et la voix du Père se fit entendre : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis mes complaisances. L’Esprit Saint descendit sur lui, sous la forme sensible d’une colombe, et une voix vint du Ciel. Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis mes complaisances.

06:17 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (0)