Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Raymond Nonnat

Ramon-Nonat-1.jpg

Cette estampe catalane conservée au musée de Montpellier montre saint Raymond Nonnat devant son couvent de Barcelone, tenant la palme du martyre : quoiqu’il ne fût pas techniquement martyr, il mourut des suites des mauvais traitements subis pendant les huit mois qu’il fut aux mains des barbaresques. Dans l’autre main il tient un ostensoir, en référence au miracle qui eut lieu juste avant sa mort : il avait demandé à communier mais il n’y avait pas de prêtre présent, alors on vit une procession d’anges accompagnant le Christ qui venait lui-même donner la communion au saint religieux.

La palme et l’ostensoir sont communs dans les représentations de saint Raymond Nonnat. Le chapeau de cardinal, qu’on voit ici porté par un ange, est beaucoup plus rare. Le pape l’avait nommé cardinal lors de sa libération des musulmans. Mais Raymond mourut alors qu’il s’apprêtait à quitter Barcelone pour Rome où l’avait appelé le pape précisément pour lui remettre le chapeau.

Commentaires

  • Ma fille cadette vient de me faire lire Silence, un roman de Shūsaku Endō sur les persécutions anticatholiques dans le Japon du XVIIe siècle. L'auteur se prétendait catholique mais il y a lieu de se poser là-dessus autant de questions que sur Graham Greene qui l'admirait ou sur Scorsese qui l'a adapté sans génie.
    Torturé pendant huit mois à se faire clouer les lèvres et autres joyeusetés par les mahométans algériens, j'espère que ce saint Raymond Nonnat avait des compensations. Je suppose que le silence de Dieu existe et qu'il peut être une épreuve pour certains. M'enfin quand même...

Écrire un commentaire

Optionnel