Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dilecta mea

Un très très beau texte de Mgr Carlo Maria Viganò, tout ému d'avoir retrouvé l'inestimable trésor qu'est la messe de toujours. Je ne veux pas le citer, il faut le lire entièrement (même si c'est un peu long).

Commentaires

  • Bonjour.

    Un grand merci pour le partage de ce texte beau, saisissant, d’une réelle profondeur mystique !

    Humble laïc, par des voies différentes, je (re)découvre la richesse, la profondeur, la transcendance palpable de la messe Tridentine. Enfant dans les années 1990, je ne comprenais pas la relégation des magnifiques ornements et objets liturgiques à la sacristie. Le latin, les reliquaires, les statues déposées m’attiraient irrésistiblement… puis le temps a passé.

    Avec Traditionis custodes -plus largement avec ce pontificat, il y a comme un mouvement naturel de séparation du bon grain et de l’ivraie, dans le trouble et la confusion, comme un précipité chimique qui s’opère ; les camps se dessinent avec netteté, les semences de vérité déposés dans le cœur des fidèles germent.

    Cette intervention de Monseigneur Vigano m’a profondément touché.

  • L'abbé Laguérie, dont j'aime le très beau catéchisme, n'aurait-il pu trouver une légion d'arguments contre la messe de Bugnini ? Le problème est-il conciliaire, liturgique ou plus complexe ?
    https://www.bing.com/videos/search?q=abb%c3%a9+lagu%c3%a9rie&&view=detail&mid=F112BCCCDD2B2C4E9A2DF112BCCCDD2B2C4E9A2D&&FORM=VRDGAR

  • Assez sympa dans Thalasso, avec Houellebecq et Depardieu.
    H. : Moi, je crois à la résurrection des corps, hein...
    D : La résurrection des corps ?...
    H : Les gens qui sont morts... Je vais pleurer... Tu pourras les re-toucher, en vrai... Ma grand-mère, je crois que je vais la retoucher... Tu comprends ? (Il pleure)
    D : Mais c'est pas la résurrection, ça.
    H : Si, c'est la résurrection des corps. Pouvoir toucher le corps des gens en vrai, pareil. Pareil, exactement pareil. Exactement pareil. Ce sera comme avant. Ils sont morts, mais en fait c'est une erreur.
    D : Mas, euh... Euh... Je comprends pas ce que tu me dis... Je suis, euh... abasourdi.
    H : Attends, attends, attends, j'ai pas eu le temps de réfléchir clairement, là... Mais disons que le projet homme était pas le truc le plus évident que Dieu ait fait... Je sais que je reverrai les gens.
    D : Pardon ?
    H : Je sais que je reverrai les gens.
    D : Tu les as en toi. La caresse de ta grand-mère, tu l'as en toi.
    H : Non, non, c'est ailleurs qu'en moi, ça se reproduira. Ce qui a été (il pleure). La... La mort n'existe pas.
    D : Oohh !
    H : La mort n'existe pas, Gérard. La mort n'existe pas...
    D : D'où tu sors ça ?
    H : Je le sais. Je le sais... Crois-moi.

Écrire un commentaire

Optionnel