Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Intéressant

Le Premier ministre tchèque Andrej Babiš est arrivé au pouvoir avec un nouveau parti, un peu comme Macron, en profitant de l’usure des partis traditionnels. Et comme Macron il a affilié son parti au groupe « Renew » du Parlement européen, groupe libéral européiste.

Mais le site européiste Euractiv actionne la sonnette d’alarme : Babiš est en campagne pour les prochaines élections tchèques, et son propos est clairement… europhobe.

« Je défendrai notre souveraineté. Luttons contre le fanatisme des néomarxistes immatures au Parlement européen », a-t-il récemment twitté.

Ce qui sème la consternation au sein du groupe Renew. « Il est extrêmement difficile pour les eurodéputés de Renew de voir M. Babiš s’attaquer constamment à l’UE », a pleurniché « une source » dans le giron d’Euractiv. Car la direction de Renew fait la sourde oreille, alors que « pendant ce temps, elle dénonce haut et fort la violation de l’État de droit par Orban, les attaques contre la communauté LGBTI ou les abus de fonds européens »…

Mais Euractiv remarque qu’il « n’est pas dans l’intérêt du président français Emmanuel Macron de détériorer les relations avec M. Babiš », par exemple parce que le gouvernement tchèque est un allié essentiel dans les efforts français pour inclure l’énergie nucléaire dans la taxonomie de la finance verte de l’UE ».

Ce qui est intéressant est qu’un gouvernant tchèque fasse subitement campagne contre l’UE au moment où se profilent les élections. Cela en dit long sur ce que pensent les électeurs tchèques de la dictature de Bruxelles…

Commentaires

  • Et après les élections est-ce que M. Babiš va retourner sa veste? Le Sauveur ne sortira pas des urnes. Les urnes ne génèrent que de petits dictateurs.

  • Sur le fond vous avez raison, mais Trump nous a fait rêver. Il a fait ce qu'il a pu. Et aujourd'hui, ce ne sont plus les urnes, le problème. Ce sont les gens qui manipulent les électeurs et qui truquent les élections pour être sûrs de gagner.
    La démocratie ne serait pas un mauvais système sans la propagande. Qui était déjà à l'œuvre, je vous le fais remarquer, devant le prétoire de Ponce Pilate.

Écrire un commentaire

Optionnel