Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Notre Dame des 7 douleurs

Huvbert .jpg

(Peinture aujourd'hui attribuée à un assistant de Jan Van Eyck, début du XVe)

Cette Reine des Vierges est aussi Reine des martyrs ; mais c’est encore en son cœur que le glaive la transperça, car chez elle tout se passe au-dedans !... Oh ! qu’elle est belle à contempler durant son long martyre, si sereine, enveloppée dans une sorte de majesté qui respire à la fois la force et la douceur… C’est qu’elle avait appris du Verbe Lui-même comment doivent souffrir ceux que le Père a choisis comme victimes, ceux qu’Il a résolu d’associer à la grande œuvre de la rédemption, ceux qu’il « a connus et prédestinés pour être conformes à son Christ », crucifié par amour.

Elle est là au pied de la Croix, debout, dans la force et la vaillance, et voici mon Maître qui me dit : « Ecce mater tua », Il me la donne pour Mère… Et maintenant qu’Il est retourné au Père, qu’Il m’a substituée à sa place sur la croix, afin que « je souffre en mon corps ce qui manque à sa passion, pour son corps qui est l’Église », la Vierge est encore là pour m’apprendre à souffrir comme Lui, pour me dire, pour me faire entendre ces derniers chants de son âme, que nul autre qu’elle, sa Mère, n’a pu surprendre.

Quand j’aurai dit mon « consummatum est », c’est encore elle, « Janua coeli », qui m’introduira dans les parvis divins, me disant tout bas la mystérieuse parole : « Laetatus sum in his quae dicta sunt mihi, in domum Domini ibimus !... »

Sainte Elisabeth de la Trinité, Dernière retraite, quinzième jour.

Écrire un commentaire

Optionnel