Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

(Saint Michel à Colosses)

michael2.jpg

Dans le calendrier romain c’est aujourd’hui une férie. Le martyrologe commence par évoquer le prophète Zacharie, mais à Rome on n’a jamais célébré les fêtes des prophètes. Et il faut attendre la fin du martyrologe pour trouver un saint romain, l’abbé Eleuthère, dont on ne sait rien d’autre que ce qu’en dit saint Grégoire que « par sa prière et ses larmes il ressuscita un mort ».

Dans le calendrier byzantin c’est aujourd’hui la fête de l’apparition de l’archange saint Michel. Sa première apparition en Orient, à côté de Colosses (détruite par un tremblement de terre sous Néron). Il y avait là une fontaine miraculeuse, et auprès d’elle une église dédiée à « l’archistratège » Michel, car la fontaine avait jailli après que saint Jean, de passage en ce lieu, eut annoncé que saint Michel allait visiter l’endroit. Longtemps après, un homme appelé Archippe s’installa près de l’église, vivant comme un ermite et servant de sacristain. Les païens tentèrent souvent, mais en vain, de le chasser, car il était connu pour sa sainteté et faisait des miracles. Un jour ils voulurent boucher la source (qui continuait à faire des miracles, elle aussi), mais ils n’y arrivèrent pas, car sans aucun doute saint Michel les en empêcha. Finalement ils détournèrent deux rivières qui coulaient plus haut, afin que leurs flots emportent l’église et son sacristain. Mais saint Michel apparut à Archippe et le rassura. Au moment où les eaux arrivèrent, il frappa la pierre, et le torrent fut comme absorbé par le rocher. C’est pourquoi le lieu fut appelé Chonè (entonnoir). C’est aujourd’hui la ville turque de Honaz.

L'apolytikion, par le P. Grigorios Karalis:

Τῶν οὐρανίων στρατιῶν Ἀρχιστράτηγε, δυσωποῦμέν σε ἀεὶ ἡμεῖς οἱ ἀνάξιοι, ἵνα ταῖς σαῖς δεήσεσι τειχίσῃς ἡμᾶς, σκέπη τῶν πτερύγων, τῆς ἀΰλου σου δόξης, φρουρῶν ἡμᾶς προσπίπτοντας, ἐκτενῶς καὶ βοῶντας· Ἐκ τῶν κινδύνων λύτρωσαι ἡμᾶς, ὡς ταξιάρχης τῶν ἄνω Δυνάμεων.

Archistratège des célestes armées, nous te supplions, malgré notre indignité, de nous protéger par tes prières et de nous garder à l'ombre des ailes de ta gloire immatérielle, nous qui nous prosternons devant toi et te crions instamment : Délivre-nous des dangers, ô Prince des Puissances d'en-haut.

Le doxastikon des vêpres, par Theodoros Kokkorikos :


Συγχάρητε ἡμῖν, ἅπασαι αἱ τῶν Ἀγγέλων ταξιαρχίαι· ὁ πρωτοστάτης γὰρ ὑμῶν, καὶ ἡμέτερος προστάτης, ὁ μέγας Ἀρχιστράτηγος, τὴν σήμερον ἡμέραν, ἐν τῷ σεπτῷ αὐτοῦ τεμένει, παραδόξως ἐποπτανόμενος ἁγιάζει· ὅθεν κατὰ χρέος, ἀνυμνοῦντες αὐτόν, βοήσωμεν· Σκέπασον ἡμᾶς, ἐν τῇ σκέπῃ τῶν πτερύγων σου, μέγιστε Μιχαήλ Ἀρχάγγελε.

Réjouissez-vous avec nous, toutes les angéliques divisions : celui qui est votre chef, en effet, en même temps que notre protecteur, le grand archistratège Michel, sanctifie la présente journée en apparaissant de merveilleuse façon dans son temple sacré ; c'est pourquoi, le célébrant comme il se doit, nous lui crions : Protège-nous à l'ombre de tes ailes, suprême archange Michel.

Commentaires

  • Mon ignorance va vous faire rire, mais je rêvasse parfois avant de m'endormir. La hiérarchie céleste m'intrigue. Dans l'ordre de la nature, les anges sont supérieurs à l'homme. Cependant, dans l'ordre de la grâce, il n'en va pas ainsi puisque la Bienheureuse Marie toujours Vierge est la Reine du Ciel. Et saint Michel, qui n'est qu'archange, est certainement au-dessus des Séraphins, des Chérubins, des Trônes, etc. De saint Jean-Baptiste, le Christ nous dit : "De plus grand parmi les enfants des femmes, il n'y en a pas ; et cependant le plus petit dans le Royaume de Dieu est plus grand que lui." Notre Seigneur parle-t-il de l'ordre de la nature, de celui de la grâce ou de l'impossibilité pour les enfants des hommes, dans l'ordre de la grâce, de surpasser celui de la nature ? Même si le cas de Jean-Baptiste est exceptionnel, je pense que le Christ veut parler ici de l'ordre de la nature, car sinon la Très Sainte Vierge ne pourrait régner sur les anges.
    Une fois la Vierge Marie au-dessus de tous les anges et de tous les hommes, je me demande quand même où situer les saints au Paradis dans l'ordre de la grâce : en dessous des anges ? Ou au-dessus de tous les anges à l'exception de quelques uns particulièrement remarquables ?

Écrire un commentaire

Optionnel