Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le ton monte…

Lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE ce matin, la ministre belge Sophie Wilmès a présenté une immonde « déclaration » contre la Hongrie, qui a été signée par l’Allemagne, le Danemark, l’Estonie, la Finlande, la France, l’Irlande, la Lituanie, le Luxembourg, les Pays-Bas, l’Espagne, la Suède et la Lettonie.

Le texte dénonce les amendements votés en Hongrie qui « violent le droit à la liberté d’expression sous prétexte de protéger les enfants » : en réalité qui interdisent la propagande LGBT et de l’idéologie du genre auprès des mineurs.

Cela « représente une forme flagrante de discrimination fondée sur l’orientation, l’identité et l’expression sexuelles ».

Tellement « flagrant » que jusqu’ici les réactions ont été pour le moins prudentes…

Mais le texte demande « instamment » à la Commission européenne de sévir, « y compris en saisissant la CJUE ».

Vera Jourova, vice-présidente de la Commission « chargée des Valeurs et de la Transparence », a déclaré dans une conférence de presse que la Commission privilégie « toujours le dialogue et la coopération plutôt que le conflit », mais qu’elle était « prête à utiliser tous les outils à sa disposition si nécessaire » : « Nous sommes en train d’examiner la loi et de voir si et comment elle enfreint le droit européen. »

Mais Ursule est ensuite intervenue pour dire que « cette loi est une honte » parce qu’elle « discrimine clairement entre personnes, sur base de leur orientation sexuelle », ce qui « va à l'encontre de toutes les valeurs fondamentales de l'UE, que sont la dignité humaine, l'égalité et les droits humains fondamentaux ». Elle a donc donné pour instruction aux commissaires responsables « d'écrire une lettre aux autorités hongroises exprimant nos préoccupations légales, avant que la loi n'entre en vigueur ».

Ce même jour, les ministres de la Justice de Hongrie et de Pologne comparaissaient devant leurs pairs dans le cadre de la procédure de l’article 7. Judit Varga était interrogée pour la troisième fois. A l’issue, interrogée sur le sujet du jour, elle a dénoncé un « chantage politique » et des fake news. Elle a rappelé que la loi controversée ne « prive personne de ses droits, ne discrimine aucun membre de la société », et que « c’est le gouvernement hongrois qui est stigmatisé ». Evoquant « un clash d’idéologies », elle a exprimé le droit de son pays à promouvoir « la famille traditionnelle ».

Hier, c’étaient les ministres hongrois et polonais des Affaires étrangères qui comparaissaient devant leurs pairs. Vera Jourova a déclaré que depuis la dernière présentation de la situation de l’État de droit en Pologne en septembre 2020, « la plupart des problèmes graves soulevés n’ont pas été résolus, et entre-temps, de nouveaux problèmes sont apparus ». Dont le « respect des droits des LGBT »…

Bien sûr, pour notre ministricule Beaune, la chasse aux sorcières selon l’article 7, c’est insuffisant. Il demande à la Commission d’« utiliser rapidement » un outil « plus puissant », le nouveau mécanisme liant le versement de fonds européens au respect de l’Etat de droit, en commençant à « investiguer » d’éventuelles violations dans les pays membres. « Ne perdons pas de temps », a-t-il ajouté. Il ne sait même pas que « le nouveau mécanisme » ne peut pas être plus efficace que l’article 7, qui ne l’est pas. Tout cela sert uniquement à harceler les gouvernements qui tentent de préserver quelque chose de la loi naturelle.

Commentaires

  • Les valeurs de l'Europe se limite apparemment à la culture LGBT. Les valeurs de la république me donnent de plus en plus envie de virer à la monarchie.
    On paye lourdement des siècles de "humanisme" sans spiritualité, et de "lumières" maçonniques, et de matérialisme, et de déchristianisation quasi universelle.

    Tremble et prends courage, petit reste. Mt 24 : Quand donc vous verrez l’abominable profanation[c] annoncée par le prophète Daniel s’établir dans le lieu saint – que celui qui lit comprenne ! [...] à ce moment-là, la détresse sera plus terrible que tout ce qu’on a connu depuis le commencement du monde[d] ; et jamais plus, on ne verra pareille souffrance.

    On est parti pour de sacrées persécutions. Mais bon, "jamais plus, on ne verra pareille souffrance", tout nuage noir a une frange dorée.

  • "tout nuage noir a une frange dorée."
    Pas ce soir à Lyon (Violente averse, grand vent, ciel noir sans dorure).

  • Petite erreur de ponctuation au second paragraphe :
    "et de. L’idéologie"

  • Vous avez encore le droit de rire des Belges et des blondes. Ne risquez pas une remarque sur les juifs et sur les pédés, surtout si elle est vraie. Le général couillu, Delawarde, vient d'en faire l'expérience. Pays de larves et de merdes !

  • Lu sur un blog le commentaire lapidaire d'un intervenant que je trouve bien vu:
    "la vérité est antisémite"
    S'il est identifié par la gestapo, il risque la perpétuité.
    Quand je traitais le docteur Pierre Simon ou Simone Veil d'avorteurs, j'étais un antisémite. Quand je disais la même chose de Giscard ou Chirac ou Mitterrand ou Hollande, je ne l'étais pas. A crime identique (qualifier quelqu'un d'avorteur) devrait donner lieu au même qualificatif et à la même vindicte médiatique. Et bien, non.

  • Heureuse Hongrie dont on dit tant de mal ! (cf. Les Béatitudes).

Écrire un commentaire

Optionnel