Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Premier dimanche de l’Avent

Allelúia, allelúia. Osténde nobis, Dómine, misericórdiam tuam : et salutáre tuum da nobis. Allelúia.

Alléluia, alléluia. Faites-nous voir votre miséricorde, Seigneur, et donnez-nous votre Sauveur. Alléluia.

Le verset de l’alléluia, dans le mouvement de l’Avent, demande à Dieu de nous envoyer son Sauveur, et dans le premier stique le mot « miséricorde » est ici un synonyme. C’est la divine miséricorde qui s’incarne pour nous sauver.

Il s’agit d’un verset du psaume 84, qui est tout entier un psaume de l’Avent et de Noël. Et d’un verset qui, avec celui qui le précède, fait partie à chaque messe des prières au bas de l’autel, qui sont aussi un « avent ».

La belle mélodie de cet alléluia, tout empreinte de paix et de joie intérieure, est chantée pour la première fois de l’année liturgique. On l’y retrouvera tout au long, car c’est sans doute la plus utilisée.

 

Commentaires

  • Alléluia aussi car le Conseil d'État a cassé la jauge des trente personnes par messe.

  • Merci cher Philippe de partager cette bonne nouvelle qui ouvre brillamment l Avent 2020 !

  • le Conseil d'Etat n'a fait que son métier, comme il le faisait sous Charles De Gaulle, où il a été avec le Sénat le dernier rempart contre une dictature sanguinaire, ce qui a coûté leur carrière à certains de ses membres

Écrire un commentaire

Optionnel