Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20e dimanche après la Pentecôte

Meménto verbi tui servo tuo, Dómine, in quo mihi spem dedísti : hæc me consoláta est in humilitáte mea.

Souvenez-vous, Seigneur, de votre parole à votre serviteur, de cette parole en laquelle vous m’avez donné l’espérance ; c’est elle qui m’a consolé dans mon humiliation.

Screenshot_2020-10-17 LU1065.png

L’antienne de communion de ce dimanche est aussi simple que profondément belle. Le texte, tiré du psaume 118, renvoie à la confiance de l’officier royal de l’évangile, et à l’humble appel du bon larron. C’est l’attitude que nous devons avoir en allant communier. Humilité, confiance, amour, et paix. Sur chaque phrase la mélodie descend tranquillement, doucement, de la dominante à la tonique. Avec un léger accent d’imploration sur Domine. Et un fort accent de joie sur me, seul mot où la mélodie monte au-dessus de la dominante : c’est à moi, à moi, que tu as donné l’espérance. Je communie à ton Corps qui me donne le salut en espérance. Spe salvi. Les mots qui suivent, dans le psaume, disent : « parce que ta parole m’a vivifié. » Vivificavit me. Ta parole faite pain me fait vivant.

Par les moines de Solesmes en avril 1930:


podcast

Écrire un commentaire

Optionnel