Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sainte Radegonde

Mgr Louis-Joseph Gaillard n’a pas laissé un grand souvenir, si l’on en croit Wikipedia, puisqu’il est le seul archevêque de Tours depuis 1314 à ne pas avoir de notice…

A son actif cependant l’imprimatur donné le 29 avril 1939 à un formulaire de messe de sainte Radegonde « pro Gallia ».

En réalité la messe est entièrement du commun des femmes non vierges, en dehors de l’oraison, qui est fort bien conçue avec son double parallélisme très traditionnel, et que voici :

Deus, cujus ope beáta Radegúndis aulæ delícias vitæ monásticæ austeritáte commutávit : da nobis, ejus collucentíbus exémplis et suffragántibus méritis, terréna non sápere, sed amáre cæléstia.

Dieu, vous avez, par votre grâce, amené la bienheureuse Radegonde à échanger les délices de la cour pour l’austérité de la vie monastique : faites qu’éclairés par ses exemples et soutenus par le suffrage de ses mérites, nous ne goûtions pas les biens terrestres mais aimions ceux du ciel.

C’est le genre d’oraison qui a été mis à la poubelle par les fabricants de la néo-liturgie, parce que, faisant semblant de ne pas comprendre le langage liturgique (mais peut-être ne le comprenaient-ils plus), ils trouvaient insupportable pour l’homme d’aujourd’hui qu’on demande à Dieu de ne pas goûter les biens terrestres, et de vaincre le monde...

Je ne sais pas ce qu’est la collecte de la messe de la néo-liturgie, si tant qu’il y en ait une, puisqu’il n’y a rien du tout sur sainte Radegonde sur le site du diocèse... (Ça ne vous étonne pas ? Moi si, quand même un peu, je suis un incorrigible naïf.)

Dans le propre de la congrégation de France de l’ordre de saint Benoît, concocté par dom Guéranger, sainte Radegonde est une mémoire, avec une autre collecte :

Deus, qui beátam Radegúndem advérsus mundi illécebras viriliter decertáre fecisti : da nobis insígnes ejus triúmphos recoléntibus, fidem illam cólere quæ vincit mundum, et ea caritáte fervére quæ cælos apprehéndit.

Dieu qui avez fait combattre virilement la bienheureuse Radegonde contre les séductions du monde, faites que nous, qui rappelons ses triomphes insignes, cultivions cette foi qui vainc le monde, et brûlions de cette charité qui s’empare des cieux.

Écrire un commentaire

Optionnel