Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Coronavirus et avortement

Le Texas, l’Ohio et le Mississippi ont interdit les interventions chirurgicales « non nécessaires », ou « non urgentes et non vitales », afin d’assurer la disponibilité en lits et en équipements de protection pour les personnels chargés de soigner les malades du coronavirus.

Le gouverneur du Mississippi, Tate Reeves, a souligné qu’il prendrait des mesures si l’unique avortoir de l’Etat continuait de fonctionner. Il a déclaré : « Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir depuis de nombreuses années pour faire du Mississippi l'endroit le plus sûr en Amérique pour les enfants à naître. Il ne fait aucun doute que la clinique de Jackson pratique des opérations non urgentes et non obligatoires, et qu'elle doit donc suivre les directives proposées par le ministère de la santé de l'Etat. »

Le procureur général du Texas, Ken Paxton, a souligné que l’avortement était inclus dans l’ordonnance du gouverneur Greg Abbott exigeant que les prestataires de soins de santé « reportent tous les actes chirurgicaux qui ne sont pas immédiatement médicalement nécessaires ».

Dans l’Ohio, le vice-procureur général Jonathan Fulkerson a envoyé des lettres à trois avortoirs pour leur enjoindre de respecter l’ordre du directeur de la santé de l’Etat. Deux avortoirs ont répliqué que « selon l’ordonnance le Planning familial peut continuer à pratiquer des procédures essentielles, ce qui inclut l’avortement chirurgical ».

Dernière nouvelle : dans le Texas, les avorteurs intentent une action en justice contre l’Etat.

Commentaires

  • Espoir :
    https://breizatao.com/2020/03/26/coronavirus-lexpert-britannique-qui-conseillait-le-gouvernement-francais-revise-drastiquement-a-la-baisse-ses-previsions-du-nombre-de-morts-et-admet-quil-ne-tuera-pas-plus-que-la-grippe/

  • Ce n'est pourtant pas compliqué : il suffit juste de rajouter les amendements suivants :
    1) toute femme en situation de détresse ( en clair , voulant avorter ) se présentera illico au dispensaire le plus proche , qui l'hébergera et prendra en charge ses frais de gésine ;
    2) il sera nommé illico un curateur au ventre , qui veillera au bien-être de la femme et prendra en charge toutes démarches ;
    3) il est institué une IVG " à jouissance différée " de 9 mois ;
    4) la femme accouchera sous X si elle veut confier son enfant à l'adoption ;
    5) à l'inverse , si elle veut le garder , l'enfant sera déclaré "pupille de la nation " , et la femme , veuve de guerre ;
    6) si , néanmoins , la femme veut avorter , le tuteur au ventre saisira le président du tribunal en référé d'heure à heure , qui s'assurera du libre consentement de la femme , le directeur de chaque ONG pro-IVG devant présenter par écrit ses réquisitions , et le président autorisant l'IVG , le médecin avorteur étant délié du serment d'Hippocrate ;
    7) dans tous les cas de figure , le tuteur au ventre exercera contre le géniteur l'action récursoire en remboursement des frais de gésine avancés par l'État , ou contre le directeur de l'ONG pro-IVG l'action en réparation des frais médicaux et de réparation du préjudice moral de la femme ;
    8) le tout sera soumis à référendum , le vote étant obligatoire , et le nom des abstentionnistes étant affiché sur le mur des cons .

Écrire un commentaire

Optionnel