Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jeudi de la quatrième semaine de carême

Screenshot_2020-03-24 Breviarium gothicum secundum regulam Beatissimi Isidori .png

Dans le bréviaire mozarabe, ce jour à laudes :

Tibi soli peccavimus Domine; et malum coram te fecimus: cui quidem non celantur abscondita nostra, quae cordis retinent claustra: et tamen erubescimus pandere, quod non timemus perpetrare. Sed tu Domine, qui non despicis poenitentes, suscipe preces humilium; et veniam tribue peccatorum: ac per potentiam Trinitatis, rectitudinem, qua gradiamur, doceat nos Spiritus Sanctus; et ad sanctitatis gloriam pertrahat spiritus rectus, atque ad iustificationem principalis deducat spiritus: ut unicae virtutis immensa potestas, et Pater regat quos condidit; et Filius custodiat quos redemit; et Spiritus Sanctus repleat quos creavit. . Amen.

Contre toi seul nous avons péché, Seigneur, et nous avons fait le mal devant toi, à qui certes n’est pas caché ce qui est au plus profond de nous, que les serrures du cœur retiennent ; et pourtant nous rougissons de dévoiler ce que nous n’avons pas craint de perpétrer. Mais toi, Seigneur, qui ne méprises pas ceux qui se repentent, accueille les prières des humbles ; et accorde le pardon aux pécheurs. Et par la puissance de la Trinité, que le Saint-Esprit nous enseigne la rectitude par laquelle nous puissions avancer, et qu’un esprit droit nous entraîne à la gloire de la sainteté, et que l’esprit principal nous conduise à la justification ; afin que l’immense puissance de l’unique force, et le Père dirige ceux qu’il a créés, et le Fils garde ceux qu’il a rachetés, et le Saint-Esprit remplisse ceux qu’il a créés. Amen.

Cette oraison suit le psaume 50 et lui est étroitement liée. Elle en reprend plusieurs expressions, dont le début qui est le début du verset 6 et qui sert aussi d’antienne. Elle reprend surtout les « trois esprits » que les pères de l’Eglise avaient repérés et où ils avaient vu la Sainte Trinité, ce qui est explicitement le cas ici : l’esprit droit, l’esprit de rectitude (verset 12), est le Fils, l’esprit saint (verset 13) est le Saint-Esprit, l’esprit principal (verset 14) est le Père. Principalis traduit le grec ἡγεμονικός (hègemonikos) : qui guide, qui dirige. L’adjectif substantivé désignait la raison chez les stoïciens, la partie supérieure de l’âme, qui la dirige et l’unifie, concept repris par Clément d’Alexandrie et Origène.

Écrire un commentaire

Optionnel