Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Il se marre

« Au cours des temps de persécution, de nombreux catholiques ne pouvaient recevoir la sainte communion de manière sacramentelle », dit Mgr Athanasius Schneider. Nous y revoilà. Mais la persécution actuelle est organisée… par les évêques. On entend le diable se bidonner.

Les évêques ont trouvé un bon prétexte pour se venger des fidèles qui continuent de croire assez au Saint sacrement pour vouloir le recevoir dans la bouche. Et, comme l’ajoute Mgr Schneider, il semble que certains « éprouvent une sorte de joie cynique à propager de plus en plus le processus de banalisation et de désacralisation du très saint et divin Corps du Christ ».

Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Dans le diocèse de Beauvais on a carrément interdit la messe. Comme en Italie du nord. Et maintenant en Italie il y a des messes clandestines. Comme au temps des pires persécutions. Or celle-ci est le fait des évêques… Le diable se tient les côtes. Et il a mis en vacances des légions qui n’ont plus à suggérer aux catholiques de rester au lit ou d’aller se promener plutôt que d’aller à la messe : ce sont les évêques qui se chargent du boulot, avec une efficacité de 100%.

Bien entendu, pendant que les évêques interdisent la messe, on se presse dans les supermarchés et dans les bistrots, dans les stades, les gares et les aéroports...

Ceci est l’un des nombreux tableaux représentant saint Charles Borromée, archevêque de Milan, distribuant la communion aux pestiférés, pendant la peste de 1576. (Jacob van Oost II, 1673)

SaintMacaireFlandes.jpg

Addendum

Il y aura eu un évêque pour sauver l’honneur, en ayant le courage (car hélas il en faut) de rejeter le diktat de la « conférence épiscopale » (qui n’a pourtant aucune autorité) : Mgr Pascal Roland, évêque d’Ars-Belley :

« Loin de moi donc, l’idée de prescrire la fermeture des églises, la suppression de messes, (...) l’imposition de tel ou tel mode de communion réputé plus hygiénique (...), car une église n’est pas un lieu à risque, mais un lieu de salut. »

Commentaires

  • Si Yves daoudal le permets, j'invite les lecteurs à lire le beau communiqué de Mgr Roland
    https://www.lesalonbeige.fr/parole-deveque-epidemie-du-coronavirus-ou-epidemie-de-peur/

  • Oui, merci ! Bravo à Mgr Roland.

    Quant à mon évêque, il est d'autant plus horriblement décevant qu'il est un ami de la messe traditionnelle.

    https://www.vannes.catholique.fr/coronavirus-communique-de-mgr-centene-a-tous-les-pretres-et-fideles-du-diocese/

  • Dans le diocèse de Lyon, en dehors des messes traditionnelles au moins à Saint Just avec la FSSP, c'est la communion sur la main imposée. Un prêtre me dit que c'est à cause du risque de transmission dans la bouche, oubliant les risques dans la main plus importants. Il ajoute que les fidèles ne savent pas communier correctement, pour éviter les risques de contact, je lui dis qu'à la table de communion, le prêtre est bien placé pour éviter ce risque. en plus, lui seul touche les saintes espèces et les objets servant à consacrer.
    Quand je ne peux me rendre à une messe traditionnelle, je communie spirituellement.
    Chez les premiers chrétiens, les femmes communiaient avec un dominical, linge qu'elles ouvraient pour recevoir la communion et la mettre dans leur bouche. Aucun contact avec leur main et aucun risque.
    Triste et affligeant de voir cette précipitation alors que le risque dans la main est bien plus important. Mais je ne pense pas qu'ils le fassent uniquement pour des raisons d'hygiène.

  • Je ne sais pas si Monseigneur Roland sera suivi par le curé d'Ars, Patrice Chocholski, qui ne rate jamais une occasion d'étaler sa servilité à l'égard de Bergog et de sa cour de maoïstes homophiles, judéophiles et immigrationnistes. Ars est un sanctuaire dans lequel œuvrent nombre de prêtres qui ne sont pas tous dans ces idées. D'un autre côté, Chocholski a tout à fait la stature d'un évêque bergoglien. Il parle plusieurs langues, dont sans doute le volapük, et il s'est appliqué à très mal recevoir le cardinal Sarah, il y a trois ou quatre ans.
    N'en doutons pas, en effet : cette offensive gauchiste contre la sainte eucharistie vient de très haut. S'aplatir devant l'oligarchie qui tient les médias et fait l'opinion, c'est la politique ouverte du Vatican depuis 2013 : le terrible virus mortifère mondial (qui débouchera peut-être, après tout, sur un nouveau Vendredi noir) après l'incendie mégotique de Notre-Dame, est encore un moyen pour cette oligarchie de cinglés de vérifier qu'en tenant l'information et nos ignobles politicards elle tient l'opinion.

  • Info : Roland pas suivi à Ars, ce dont m'informe un de mes correspondants, à qui on a refusé la communion sur les lèvres.
    Par contre, à Saint-Georges (saint Pie V), à Lyon, ils l'ont donnée hier.

  • stavrolus l’antisemite forcené a encore frappé

  • Salut Abidgeon.

  • stavrolus l’antisemite forcené a encore frappé

  • Amitiés, Curmugail.

  • stavrolus l’antisemite forcené a encore frappé

  • Bien à vous, duc Ondisparu.

  • et quelle belle bande de pharisiens

    Comme si le bon Dieu allait nous punir pour cela.

  • Ah ben là, on vous retrouve... C'est vrai que c'est moins grave qu'un méchant tag antijuif sur une synagogue... Et chez vous, la communion, comment c'est-y qu'on la donne ?

  • Même s'il doit aimer les juifs, un curé n'est pas obligé de consacrer une homélie tout entière à exalter le judéo-talmudisme : les juifs, exemple pour les chrétiens, frères aînés dans la foi, même cheminement vers Dieu, et toutes ces conneries ressassées par Chocholski la dernière fois que j'ai eu la sottise d'aller l'écouter. Et quand c'est pas ça, c'est vive Kasper, le Christ, roi des migrants, etc.
    Pauvre saint Curé d'Ars, qui doit frémir quelquefois dans sa châsse...

  • Il semble que la peinture ne représente pas saint Boromée mais saint Macaire de Gand venant au secours des victimes de la peste -tableau au Louvre

  • Alors, mettons des gants...

Écrire un commentaire

Optionnel