Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’euthanasie au Portugal

Le Parlement portugais a adopté en première lecture par 127 voix contre 46 et 10 abstentions une proposition de loi socialiste de « dépénalisation » de l’euthanasie (l’euthanasie active et sans fard, comme au Bénélux). Quatre autres propositions de loi similaires, présentées par d’autres partis, ont également été adoptées.

En 2018 le Parlement avait rejeté des propositions de loi d’une courte majorité. Mais depuis lors ce sont les socialistes qui sont au pouvoir.

Les textes devraient être fusionnés en un seul qui pourrait être voté avant l’été. Le président de la République, « conservateur » et catholique pratiquant, pourrait opposer son veto., ce qui renverrait le texte devant le Parlement.

Commentaires

  • Et les associations pro-vie cherchent à bloquer le texte et doivent réunir 60 000 signatures d'ici le 4 mars pour demander un référendum d'initiative populaire. Ce n'est pas la panacée, mais quand les gouvernants déraillent peut être que la majorité du peuple ne les suit pas. "Le Portugal gardera la Foi"

  • Ils ont l'avortement... Le mariage des tafioles... Les incendies des promoteurs... C'est à douter de Fatima... Cela dit, quand on discute avec eux, Salazar suscite de la nostalgie... Plus que Pétain chez nous, en tout cas...

  • La comparaison Pétain/Salazar (à propos de la nostalgie) ne tient pas... Le Portugal n'a pas été occupé militairement, n'a pas connu d'effusion de sang. Salazar est encore proche dans le temps (60 ans, 80 pour Pétain : une génération de plus). Et la nostalgie de Pétain tient sans doute plus que vous ne croyez dans le privé.

  • "Salazar est encore proche dans le temps"
    Je retiens cet argument. Et la révolution des Œillets n'est pas le prodige gaullien d'un pays vaincu qui se retrouve rangé parmi les vainqueurs. Même s'il s'agissait de prestidigitation, comme il est facile de le constater aujourd'hui.
    Quoi qu'il en soit, vos arguments ne sont pas en contradiction avec le constat que m'inspiraient un voyage au Portugal et les conversations que j'ai eues avec des Portugais. Je doute qu'un voyageur portugais trouve beaucoup de Français pour s'épancher sur la déchéance de leur pays depuis Pétain. Un Français a d'ailleurs pour lui une histoire suffisamment glorieuse pour trouver d'autres époques moins équivoques à regretter.

  • a priori, il ne me semble pas nécessaire de faire un voyage au Portugal pour écouter des portugais; notre distingué commentateur ne saurait donc pas qu'environ un portugais sur dix vit en France ?

  • ...et tous ne tiennent pas des propos pro-Salazar, ou, prudents, tiennent les propos que l'interlocuteur veut entendre.
    J'ai entendu (ce n'était pas ce que je voulais entendre) : "le temps où l'on cassait les pierres sur les grands-routes pour touristes".

    Mais c'est vrai que les plus mécontents ont peut-être émigré.

  • Le parti communiste portugais s'oppose fermement à la loi sur l'euthanasie, ce qui semble surprenant puisque partout ailleurs les PC sont pro-culture de mort. Mais ils n'ont plus de député.

  • C'est vrai que l'on en rencontre peu á regretter Salazar. Les gens connaissent mal l'histoire de leur pays, nourris qu'ils sont par l'opinion.

Écrire un commentaire

Optionnel