Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Forte baisse du chômage

En pleine campagne des municipales.

C’est un miracle.

(Et malgré le miracle, c’est encore plus de deux fois plus que dans sept pays de l’UE, dont l’Allemagne ou la Pologne, qu’au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis…)

Commentaires

  • Ses prières devant les de murs de la forteresse Antonia
    sont enfin exaucées ...
    (ça valait le coup d'avoir l'air c..)

    https://pbs.twimg.com/media/EO6Ai6gWsAED94T?format=jpg&name=small

  • D'ailleurs, l'Europe entière est persuadée que c'est vrai.

  • Il y a trente-six ans, François-Henri de Virieu accueillait Jean-Marie Le Pen à l'Heure de Vérité par un : "Vous dites, Jean-Marie Le Pen, que vingt millions de chômeurs, ce sont vingt millions d'immigrés en trop..." Le Pen le corrigeait : "Pas encore, Monsieur de Virieu, je parle de deux millions..."
    Aujourd'hui, les vingt millions de métèques sont bientôt là, et si l'on tient compte de tous les éternels étudiants, stages, emplois précaires, services inutiles, etc., on ne doit pas être loin des vingt millions de personnes en âge de travailler, et qui ne foutent rien. D'ici quelques années, on pourra aussi soustraire vingt millions de petits enfants français, envoyés ad patres par la mère Veil... Tout se tient.

  • C'est d'autant plus un "miracle" qu'on ne voit pas du tout de cause réelle qui pourrait expliquer une *vraie* baisse.
    Tout laisse à penser que cela relève plutôt du nettoyage statistique du stock de chômeurs.

  • Il n'y a rien d'étonnant à cette baisse du chômage officiel , ciblée sur les 4 % d' entreprises statistiquement visibles , au-delà de dix salariés , chaque emploi coûtant 200.000 euros de CESE .
    Et pendant ce temps , 96 % des entreprises crèvent en silence :
    https://www.juritravail.com/Actualite/generalite-assurance/Id/286404

  • CICE PAS CESE JE CROIS§

  • Mouais.
    Les chômeurs en formation ne sont pas décomptés dans le pourcentage officiel.
    Or si, voici une quinzaine d'années, un chômeur ne pouvait bénéficier d'une formation que si celle-ci concernait son poste habituel, aujourd'hui il peut en choisir une sans aucun rapport avec ses emplois précédents.
    Résultats : une secrétaire peut obtenir une formation pour, par exemple, un métier artisanal, un ouvrier en BTP pour devenir conducteur de bus, etc.
    Avec le succès qu'on peut imaginer.
    D'où la "bonne surprise" de la soi-disant baisse du chômage...
    De l'enfumage, c'est tout.

Écrire un commentaire

Optionnel