Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Maur

Dans le calendrier romain c’est aujourd’hui la fête de saint Paul, premier ermite, l’homme qui vécut seul près de cent ans sous son palmier… Dans le calendrier monastique c’est la fête de saint Maur, le grand disciple de saint Benoît. Voici l’une des hymnes propres pour la congrégation de France (mais elle existait avant la Révolution), avec la traduction de dom Guéranger :

Maurum concelebra, Gallia, canticis,
Qui te prole nova ditat, et inclyti
Custos imperii, regia protegit
Sacro pignore lilia.

Gaule, consacre tes chants à la gloire de Maur, c’est lui qui t’enrichit d’une nouvelle famille ; gardien de ton illustre empire, il protège, par sa tombe sacrée, les lis de tes rois.

Hic gentilitiis major honoribus,
Spretis lætus adit claustra palatiis,
Calcat delicias, prædia, purpuram,
Ut Christi subeat jugum.

Plus grand que les honneurs de sa naissance, il méprise les palais, et s’enfuit joyeux sous l’ombre du cloître ; les délices, les héritages, la pourpre, il foule tout aux pieds, pour porter le joug du Christ.

Sancti propositam Patris imaginem
Gestis comparibus sedulus exprimit;
Spectandis pueri lucet in actibus
Vitæ norma monasticæ.

Plein de zèle, il exprime dans ses actions les traits du bienheureux Père ; dans la vie merveilleuse d’un enfant, brille la règle de la vie monastique.

Se sacco rigidus conterit aspero,
Frænat perpetui lege silentii;
Noctes in precibus pervigil exigit,
Jejunus solidos dies.

Dur à lui-même, il se couvre d’un cilice ; pour toujours il s’enchaîne sous la loi du silence ; la nuit, il veille dans la prière, et le jeûne remplit ses journées.

Dum jussis patriis excitus advolat,
Sicco calcat aquas impavidus pede,
Educit Placidum gurgite sospitem,
Et Petro similis redit.

A l’ordre du Père, il vole, intrépide, et, d’un pied sec, il foule les eaux ; il arrache et sauve Placide de l’abîme, et revient, comme Pierre autrefois.

Laudem jugis honor sit tibi Trinitas,
Quæ vultus satias lumine cœlites!
De sanctæ famulis tramite Regulæ
Mauri præmia consequi.
Amen.

Que l’éternel honneur de la louange à vous soit rendue, ô Trinité, qui rassasiez les habitants du ciel de la lumière de votre visage ; accordez à vos serviteurs d’arriver à la récompense de Maur, par le sentier de la Règle sainte. Amen.

Commentaires

  • Lors de la réforme du calendrier, en 1969, la fête de saint Paul premier ermite a été "reléguée aux calendriers particuliers ; en effet, la 'vita S. Pauli' de saint Jérôme présente de nombreuses difficultés d'ordre historique" (Calendarium Romanum, editio typica [1969], Variationes, p. 112).
    Étonnante, cette remise en cause de saint Jérôme !...

Écrire un commentaire

Optionnel