Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

C’est fait

A minuit, l’amendement dément du Parlement britannique, voté par aucun député d’Irlande du Nord, sans aucune consultation des citoyens d’Irlande du Nord, est entré en vigueur : on va pouvoir tuer les enfants à naître et marier les invertis.

Et cela grâce uniquement aux catholiques.

Il y a quelques années, personne n’aurait imaginé une réunification de cette sorte entre la République d’Irlande, qu’on croyait encore catholique, et l’Irlande du Nord que les protestants continuaient à faire résister à la culture de mort…

Les évêques catholiques d’Irlande du Nord ont quand même cru bon de se fendre d’un communiqué désapprobateur (mais seulement sur l'avortement) :

A minuit la nuit dernière, 21 octobre, l'Irlande du Nord a supprimé toute protection explicite accordée à l'enfant à naître jusqu'à 28 semaines de grossesse, ce qui pourrait donner lieu à l'un des régimes d'avortement les plus libéraux et non réglementés au monde.

C’est un jour tragique pour les enfants à naître qui ne béniront plus jamais notre monde de leur vie unique et précieuse. C’est aussi un jour triste pour notre démocratie locale.

Au cours des trois derniers mois, avec des dizaines de milliers d'autres personnes, nous avons appelé nos représentants politiques à rétablir l'Assemblée d’Irlande du Nord, non seulement pour remédier aux problèmes économiques, sociaux, sanitaires, sociaux et éducatifs de ce temps, mais aussi particulièrement pour débattre de la législation sur l'avortement qui a été adoptée à la hâte par le Parlement de Westminster en juillet 2019, et la stopper.

Décrire comme un « coup de pub » les efforts de milliers de citoyens de tous les secteurs de notre communauté pour utiliser le système démocratique afin de traiter d’un problème d'une importance aussi fondamentale est profondément offensant.

L’incontournable vérité est que nos élus locaux ont eu le temps et le pouvoir d’empêcher que cette législation draconienne de Westminster sur l’avortement ne soit introduite au détriment des citoyens locaux, mais ils ont choisi de ne pas le faire. Les citoyens ont le devoir de demander des comptes à leurs élus pour les décisions qu'ils ont prises.

L'avortement est une violation brutale du précieux don de la vie. Le droit à la vie ne nous est donné par aucune loi ni aucun gouvernement.

Toute loi humaine qui supprime le droit à la vie est une loi injuste à laquelle toute personne, tout électeur, tout représentant politique doit s'opposer.

Commentaires

  • Et personne n'a rien à dire là-dessus. Merci, Monsieur Daoudal, de relayer ce genre d'information. Certains contestent la sainteté de saint Jean-Popol ou de saint Popol VI. Souvent, on leur associe Mère Thérésa, mais c'est un tort. Elle a dit un truc du style : "le plus grand obstacle à la paix, c'est l'avortement". Sans l'avortement, nous n'aurions pas l'immigrationnisme ; nous n'aurions pas la gaypraïde ; nous n'aurions pas ces connards qui pensent que les animaux ont une raison et une conscience. Donc, Mère Thérésa, je te kiffe...

  • Il est étrange d'observer la quasi simultanéité de la question de l'avortement entre divers parlements .... Belgique / France/ Pays-bas .....

  • L'histoire interprète souvent comme simultanés et fortuits des événements aussi consécutifs que conséquents.
    Je ne peux pas vous donner l'auteur de ce qui a l'air d'une citation : c'est de moi.

  • Par exemple, vous avez Vatican II et la "révolution" sexuelle.

  • Ou la guerre de 14 et le divertissement de masse.

Écrire un commentaire

Optionnel