Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Calixte

calixtus_bnfms.jpg

Le pape Saint Calixte instituant, selon la tradition, les quatre temps (« Ieiunium », est-il écrit), miniature d’une édition du XIVe siècle de la Légende dorée qui dit :

Le jeûne des Quatre-Temps a été institué par le pape Calixte. Il consiste à jeûner quatre fois par an, suivant les quatre saisons. Ce jeûne se justifie par quatre arguments :

1o Le printemps étant une saison humide, nous jeûnons au printemps pour tempérer en nous les humeurs pernicieuses, c’est-à-dire la luxure. L’été étant une saison chaude et sèche, nous jeûnons pour châtier en nous la sécheresse de l’avarice. L’automne étant une saison également sèche, mais froide, nous jeûnons pour châtier la sécheresse froide de l’orgueil. Enfin l’hiver étant une saison froide et humide, nous jeûnons pour châtier le froid de l’infidélité et de la malice.

2o Le jeûne des Quatre-Temps a pour objet de nous rappeler le jeûne des Juifs, qui jeûnaient quatre fois par an, avant la Pâque, avant la Pentecôte, avant la fête des Tabernacles et avant la dédication de décembre.

3o L’homme étant formé de quatre éléments, quant au corps, et de trois facultés, quant à l’âme, nous devons jeûner quatre fois par an, pendant trois jours chaque fois.

4o Le printemps se rapporte à l’enfance, l’été à l’adolescence, l’automne à l’âge viril, l’hiver à la vieillesse. Nous devons donc jeûner au printemps pour être innocents comme des enfants ; en été, pour être forts comme des adolescents, en automne, pour être mûrs par la justice, comme le veut l’âge viril ; en hiver pour acquérir la sagesse et la probité des vieillards. Ou, plutôt encore, nous devons jeûner en hiver pour expier les fautes commises par nous pendant les saisons précédentes.

Commentaires

  • La graphie JEJUNIUM est autrement parlante pour un Français. Certes elle n'est pas la plus ancienne (le latin et les Italiens ne connaissent pas le J), mais elle nous aide beaucoup à retenir le vocabulaire latin.

  • Vous avez raison, et moi-même quand je fais un copier-coller de textes liturgiques je transforme les i en j quand il le faut (puisque le j a été officiellement banni dans les années 60 par les hauts fonctionnaires romains). Mais ici j'ai laissé le i parce que j'ai voulu retranscrire exactement ce qui est écrit sur le papier que tend le pape. (Sinon il y aurait eu quelqu'un pour me dire; mais ce qu'on voit c'est ieiunium...)

    A ce propos il y a une anecdote amusante (que j'ai déjà racontée je crois). C'est lorsque Jean-Paul II signa sa première encyclique. Il signa Johannes Paulus. Son secrétaire lui dit qu'il ne devait pas signer ainsi, mais avec un i, parce que le j avait été banni. Réponse de Jean-Paul II: je suis le pape, je signe comme je veux... Et il a toujours signé avec un J.

  • Merci pour l'anecdote!
    Pour ceux qui veulent se documenter sérieusement sur la question i/j etc, cet article (p 18 et suivantes)
    https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1992_num_150_1_450642

Écrire un commentaire

Optionnel