Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

9e dimanche après la Pentecôte

Justítiæ Dómini rectæ, lætificántes corda, et judícia eius dulcióra super mel et favum : nam et servus tuus custódit ea.

Les arrêts du Seigneur sont droits, ils réjouissent les cœurs, et ses décrets sont plus doux que le miel et qu’un rayon de miel : aussi votre serviteur les gardera-t-il.

℣.1 Praeceptum Domini lucidum illuminans oculos: timor Dei sanctus permanet in saeculum saeculi: judicia Domini vera.

Le précepte du Seigneur est limpide, il illumine les yeux : la crainte du Seigneur est sainte, elle subsiste pour les siècles des siècles : les décrets du Seigneur sont vrais.

℣.2 Et erunt ut complaceant eloquia oris mei et meditatio cordis mei in conspectu tuo semper.

Alors les paroles de ma bouche seront pour vous être agréables : et les pensées de mon cœur en votre présence, toujours.

L’antienne d’offertoire de ce dimanche est aussi celle du troisième dimanche de carême, et elle est affectée à ces deux dimanches dans les plus anciens manuscrits. Avant l’élagage par saint Pie V, elle avait deux versets. L’antienne reprend des mots et expressions de trois versets de la deuxième partie du psaume 18, le premier verset de l’antienne reprend les versets 9 et 10 du psaume, le second verset de l’antienne est le verset 15 du psaume. Habituellement, les versets ont de longues vocalises. Mais cet offertoire est très contemplatif, et il se cantonne à la quinte ré-la (on note que s’il est dit du 4e mode parce qu’il se termine sur un mi, il est en fait tout entier du 6e mode, avec sa tonique fa très appuyée). Il faut attendre le second verset pour faire briller le ou les solistes, et encore les premières vocalises sont essentiellement une broderie sur la dominante ; il faut attendre le dernier mot, semper, toujours, pour le feu d’artifice, dont on constate toutefois qu’il est lui aussi une broderie sur la dominante, mais étendue à toute la gamme du mode.

Il est rare de trouver des enregistrements des antiennes d’offertoires avec leurs versets (qui ne se trouvent pas dans les livres). Celui-ci a été réalisé lors d’un symposium international organisé à Washington entre le 19 et le 22 juin 1983 par le Centre d’études pour la méthode Ward. L’antienne est chantée par un ensemble constitué des chœurs de Bulle (Suisse), Cologne (Allemagne) et Cambridge (Massachusetts). Les versets sont chantés par la Camerata gregoriana Coloniensis sous la direction de Gabriel Steinschulte.


podcast

Capture d’écran 2019-08-10 à 16.31.26.png

Capture d’écran 2019-08-10 à 16.32.00.png

Capture d’écran 2019-08-10 à 16.32.35.png

Graduale restitutum - gregor-und-taube.de, Anton STINGL, jun.

Écrire un commentaire

Optionnel